Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Passé sombre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Forcellius
Bouftou
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 24
Grade : Nedora.
Guilde : Hawkeye.
Date d'inscription : 19/03/2010

Personnage
Nom: Force-Naturelle
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Passé sombre.   Mer 12 Mai 2010 - 13:15

Une lumière blanchâtre éclaira la chambre de la taverne, le soleil du matin filtrant à travers les volets, les bruits de la ville se fessaient déjà entendre depuis des heures, ce qui ne semblait gêner nullement le sommeil de l'être profondément endormie sur le lit. Les draps éparpilles, la couverture tombant sur le sol et les coussins par terre témoignent d'un sommeil agité, c'est de ce sommeil agité que sorti l'être.

Il avait l'impression d'être dans un brouillard, n'entendant rien, ne sentant rien, ne voyant rien. Il frotte son visage avec ses mais et sent le contact, mi- sec mi-doux, d'une forte pilosité.
Il avança d'un pas incertain vers un robinet de fer et l'ouvrit, le contact de l'eau froide chassa son engourdissement et il put voir ses mains, d'une couleur sombre et brune. Il regarda dans une glace accroché au mur, celui-ci reflétait un visage, un visage de Sadida, un visage qu’il ne connaissait pas.

Et d’ailleurs, qu’est ce que c’était ? pensât-il en touchant l’évier de fer. Il savait s’en servir, il connaissait cette matière, mais il n’arrivait pas en leur donner un nom. Il se dirigea vers la porte, il connaissait la fonction et l’attribut de ce qui l’entourait, mais pas leurs noms. L’espace surélevé dans lequel il a dormi, l’objet dur et froid qui fessait coulé du liquide, et même cet objet transparent et cylindrique, il le ramassa.
Il était creux a l’intérieur et seul une espèce de trou qui prenait la forme d’un petit tunnel permettait de mieux voir a l’intérieur, une forte odeur semblable à de la menthe s’en dégageait, le Sadida jeta la bouteille sur le sol et sortit par la porte.

Le tavernier en voyant arrivé l’homme reposa la chope qu'il nettoyait.
- Alors ? Bien dormi, vous vous sentez mieux ? Vous inquiéter pas pour payer, vous m’avez déjà donné assez pour séjournez pendant plus d’une année entière, nourriture et boisson comprise ! Aller donc vous asseoir a cette table et je vous apporte un petit-déjeuner.

Le Sadida ne comprenait pas les différents sons qui sortaient de la bouche de l’homme, mais il s’assit quand même à la table indiquer.

Qui était-il ? D’où venait-il ? Il tenta de se remémorer tout ce qui fessaient son identité mais rien ne lui venait à l’esprit. Ce fut le choc de plateau de bois contre la table qui le sortit de sa rêverie.
-Et voila pour monsieur ! Des croissant avec de la confiture et du bon lait de bouftou ! Lui dit le tavernier en déposant le plateau. Si jamais vous désirez autre chose faite moi signe !

Le Sadida prit un des croissants, l’odeur de la confiture sucré, la mie tendre et légèrement grillé, il croqua dedans, même le gout de la nourriture, il connaissait tout cela. Pourquoi connaissait-il ce monde sans
pour autant le comprendre ? Il but son lait de bouftou d’un trait avant de se lever et de rendre le plateau au tavernier, il hocha la tête en remerciement après l’avoir donné, ce geste le surpris lui-même, et retourna à sa table.
Il resta des heures, jusqu’au coucher du soleil, et quand la nuit vint il partit dans sa chambre pour dormir et faire la même chose le lendemain.
A chaque fois il restait la, à sa table, écoutant, regardant les gens passer, mangeant la nourriture que lui servait le tavernier. Chaque geste, chaque regard ou expression ile le fessait par instinct, quand quelqu’un lui souriait, il lui rendait son sourire, quand un ivrogne lui criait dessus il l’ignorait.
Chaque jour était pareil, régler comme sur du papier à musique, pendant plus d’un mois il continua, quand un jour…

Alors que le Sadida prenait un des repas apportés par le tavernier, une jeune femme entra, il jeta un œil à l’arrivante, il ne connaissait pas sa classe mais avait le sentiment qu’elle était spécialisée dans les protections et les glyphes.
La Feca s’assit à une table proche du Sadida et s’effondra dessus, la tête des ses bras, un bruit d’estomac se fit entendre.
-Tavernier ! Vous n’auriez pas quelque chose de nourrissant et pas cher ? Dit-elle d’une voix faible.
Le propriétaire s’avança vers elle.
-Si. Et vous ? Vous avez de quoi payer ?
La Feca resta silencieuse, laissant son ventre gronder.
-Pas de Kamas, pas de repas ! Dit le tavernier en repartant à son bar.
La jeune Feca soupira.
-Mais j’ai faaaiiiiiiiim !

Le Sadida voyant la jeune femme prit son assiette et le lui donna, il était évidant, que avec une tête pareil, elle devait avoir faim.
La jeune femme le regarda, sans bouger, comme si il s’agissait la d’une cruelle farce et qu’il retirerait l’assiette juste avant qu’elle ne l’a prenne. Pendant ce temps le Sadida ne sut quoi faire. Elle n’avait pas confiance ? Il lui fessait peur ? Ou alors elle n’avait pas faim ?
Mais vu la vitesse avec laquelle la Feca prit son assiette et se mit l’engloutir, sa dernière pensée était fausse.
-Ahhhhhhh… Merci beaucoup ! Je vous dois une fière chandelle !
Le Sadida était assis sur une chaise à coter d’elle, encore surpris par autant d’appétit pour une si frêle créature.
-Au fait. J’aimerais connaître le nom de mon sauveur. Si cela est possible.
Le Sadida ne comprit pas sa requête. Il affichait un regard interrogateur.
-Vous ne voulez pas me le dire ?
Il ne répondit pas. Se contenta de la regarder.
-Vous ne savez pas parler ou quoi ? La jeune femme semblait intriguer par le comportement du Sadida, ce dernier ne comprenait pas la réaction de la Feca et se leva précipitamment avant de partir rejoindre sa chambre.
-Hé ! Mais revenez ! Cria la jeune femme avant de se lancer à sa poursuite.

Le Sadida avait réagi de cette manière par instinct, il se tenait au milieu de la pièce sans bouger, puis fut rejoint par la Feca. Que voulait-elle ? Il n’avait plus rien qui lui appartenait. Et puis… Qu’est-ce que c’était l’appartenance aux yeux de l’homme ? Savait-il ce que cela signifiait ? Pour lui il n’y avait que le besoin et l’instinct qui le dictait comme une machine.

Le jeune Feca ne comprenait pas sa réaction, pourquoi était-il parti dans cette pièce et que maintenant il restait immobile à la regarder, d’un regard vide, un regard qui manifestait une interrogation sur le
monde et une détresse intérieur. Son regard le quitta avant de se poser sur un objet brillant dans un coin de la chambre. La Feca s’approcha et le ramassa, un flacon d’alchimie, vide, et dégageant une forte odeur semblable à de la menthe.
-Ne me dis pas que… Ce breuvage.
Le Sadida baissa les yeux sur le parquet.
La jeune femme comprit de quoi il s’agissait, une potion d’effacement de mémoire. Normalement utilisé sur les criminels ou les anciens combattants, si il avait pris une telle dose, c’est quelque chose d’horrible était arrivé et qu’il avait voulu l’oublier, quitte à y perdre tout ce qui fesait de lui un être humain.
Le manque de parole du Sadida, ses attitudes et surtout son regard. Tout cela lui donna un serrement au cœur et elle entreprit un geste qui eut une grande conséquence dans la vie du Sadida… Un geste qui restera dans sa mémoire.

-Veux-tu venir avec un moi ? Lu dit-elle, la main
ouvert vers lui.

Son geste le surprit, mais il ne fi aucun geste brusque, au contraire, son regard exprimait un étonnement, personne ne l’avait remarqué ni-même agit comme elle l’avait fait auparavant.
Sa main rejoignit la sienne.
Pendant plusieurs mois le Sadida vivait auprès de la jeune femme dans une école, celle-ci y travailler comme institutrice et fessait en sorte qu’il puisse suivre ses cours avec les enfants et bénéficier de soutien le soir. La Feca lui enseigna chaque chose qu’il était importante pour un aventurier, du langage jusqu'à la géographie en passant par le dessin.

Pendant une année entière il bénéficia de son instruction, réapprenant tout ce qui y avait à savoir et si ce n’était plus.
Et puis un jour…

La porte de la bibliothèque s’ouvrit en grinçant, réveillant
le Sadida qui était affalé sur une table, la tête reposant sur un livre.
-Salut Natu’, tu t’es encore endormie. Lui dit une Feca à l’apparence jeune.
-Oh… Bonjour May, bien dormi ?
La Feca s’approcha et prit le livre ayant servi d’oreiller au Sadida. Une tache sombre ornait un coin de la page.
-Tu as encore bavé sur un livre… Lui dit-elle avec un air exaspérée.
Le Sadida se releva avec un sourire et prit le livre avant le refermer et le ranger.
-Arrête de m’appeler comme ainsi. Je trouve ça ridicule.
-Mais j’aime bien t’appeler ainsi, je trouve que tu le porte bien comme nom « Naturel », qu’importe la situation tu reste toi-même et vu que tu ne te souviens pas de ton nom je te le donne.
-Mouais… Si tu veux.
En vérité, cette touche d’attention fessait plaisir au Sadida qui appréciait vraiment cette jeune fille, qui l’avait en quelque sorte, donner la joie de vivre.
Tous deux sortirent au dehors avant de se diriger vers un bâtiment assez grand, et possédant une enseigne en bois où était inscrit dessus « ECOLE »
-Allez, les élèves attendent, maintenant tu peux instruire toi aussi je suis sur qu’ils seront content.
Le Sadida ne réagit que par un sourire.
La porte du bâtiment s’ouvrit sous la force de la jeune femme qui commença à entrer, quand quelque chose piqua l’esprit du Sadida, un détail.
Avant que la Feca n’entre totalement dans la pièce, il l’agrippa par la taille et la tira rapidement vers lui, juste avant qu’un bruit de fracas ne sorte du bâtiment.

-Et bien, et bien, vous avez plutôt de bons réflexes.
Un Osamodas sortit par la porte, soulevant un marteau qui était à moitié enfoncer dans le plancher.
-Je comptais vous assommer, mais on dirait que je vais devoir procéder autrement.
May recula, laissant Naturel passer devant.
-Qu’avez-vous fait des enfants et de la gardienne ?
L’Osamodas posa son marteau sur le sol, aussitôt un cercle apparut sur le sol, une lumière vive en sortit, avant de s’éteindre doucement, laissant place à un dragonnet rouge vermillon.
-Je les ai ligotés, j’ai de l’honneur, mais pour vous, je vais vous écraser !
Aussitôt il attaqua, accompagner de son invocation. Le Sadida écarta son amie avant de stopper l’arme avec ses bras.
-Tu as de la force pour une telle prouesse ! Mais je ne suis pas tous seul !

En effet, le dragonnet se glissa a coter du Sadida et inspira, un jet de flammes surgit de sa gueule.
L’Osamodas recula subitement.
-Prend ça aussi !
Un amas de rochers prit la forme d’un poing de roc géant, qu’il lança sur l’amas de jet de flammes que cracher le dragonnet sur le Sadida. La créature recula aussi et regarda le spectacle. Deux boules de tissus
et de bois complément éclatés et brulés, elles se soulevèrent de chaque coter laissant relever Naturel.
-Entre nous deux je suis le moins seul. Dit-il avec un sourire, il posa les mains au sol, plusieurs ronces en sortis et fusèrent vers l’Osamodas, celui-ci esquiva et envoya une volée de Corbeau. Le Sadida courut
vers l’Osamodas, il se prit toutes les volées de volatiles, mais son geste surprit son adversaire, il en profita pour le choper à la gorge et l’abattre sur le sol, sous la violence de l’impact, l’Osamodas lâcha son marteau et fit disparaître l’invocation.
Le Sadida la souleva par ses vêtements et l’envoya voler contre un arbre, puis avant qu’il ne reprenne son souffle lui donna un coup de poing sur le ventre et posa sa paume sur l’écorce de l’arbre. Des branches
poussèrent et s’enroulèrent autour de l’invocateur, l’immobilisant complètement.
-Travail terminé…


Plus tard.
-Je vous remercie de votre aide, heureusement il y a eu plus de peur que de mal chez les enfants. Lui dit le gardien de la prison avant de partir avec l’Osamodas sur sa dragodinde.
La Feca s’approcha du Sadida.
-Tu ne m’avais pas dit que tu savais te battre Naturel !
-Hé bien, je ne pensais pas non plus mais dans le feu de l’action cela me semblait naturelle. Dit-il en se grattant l’arrière du crane.
-Tu vois que tu porte bien ton nom ! Dit May en rigolant.
-Tu ne préfère pas « Force » ? C’est mieux pour un aventurier non ?
La Feca réfléchit quelque temps, puis déclara avec un sourire.
-Et pourquoi pas « Force-naturelle » ? C’est bien non ? Et tu compte te lancer dans l’aventure ?
-Oui. J’ai envie de réaliser un rêve que tu m’as donner, je pensais au début que je serais trop faible pour réussir a survivre dans le monde mais le contraire vient de se prouver.
-Un rêve que je t’ai donner ?
-Oui, pendant des mois tu m’as enseigner, tu m’as appris bien plus que je ne l’aurais espérer alors que je ne savais rien faire. Et j’ai envie de faire la même chose, de réunir de nombreuses connaissances afin de
bâtir une bibliothèque contenant l’histoire du Monde.

Le Sadida s'arréte de parler et la regarda, avant de prendre son amie dans ses bras.

-May… Je te dois tellement.
-Allez, pars vite, je sais que tu tremble d’impatience de découvrir ce monde, vas !

Le Sadida lâcha son ami, et avec un sourire, partis.
Les adieux avec les enfants se firent avec la promesse de revenir. Mais c’était avec le cœur lourd mais pourtant détermines qu’il partit, marchant pendant toute la journée et le reste de la nuit.

Quand il fut enfin arrivée a la cité mercenaire d’Astrub pour commencer l’histoire de sa nouvelle vie, le destin lui offrit un des plus beaux levé de Soleil qui n’avait jamais vue.

Signe d’un nouveau matin.




/HRP/ Voila une version longue de l'histoire de mon Sadida, laissez vos impressions, commentaires, ect...
Et merci d'avoir lu. /HRP/


Dernière édition par Force-naturelle le Mer 23 Fév 2011 - 16:30, édité 6 fois (Raison : Changement de titre.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elitana
Bwork
avatar

Nombre de messages : 444
Age : 25
Grade : Anciennement Intendante Nédora
Guilde : Anciennement Piwatesse des Kawaibes
Date d'inscription : 24/02/2009

Personnage
Nom: Elitana
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
151/200  (151/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mer 12 Mai 2010 - 19:30

Je trouve ça très original et bien écrit, félicitations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forcellius
Bouftou
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 24
Grade : Nedora.
Guilde : Hawkeye.
Date d'inscription : 19/03/2010

Personnage
Nom: Force-Naturelle
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mer 12 Mai 2010 - 20:07

Merci beaucoup, j'ai arranger un peu la forme du texte et corriger quelques fautes d'inattention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sombre-desespoire
Prespic
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 24
Guilde : endless-friend
Date d'inscription : 22/11/2008

Personnage
Nom: Tark sakuchi
Dieu: Sram Sram
Cercle de puissance:
106/200  (106/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mer 12 Mai 2010 - 23:44

pas mal

une suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espada-tiem.1fr1.net/forum.htm
Spouky-air
Piou
avatar

Nombre de messages : 3
Age : 24
Date d'inscription : 12/05/2010

Personnage
Nom: Spouky-air
Dieu: Crâ Crâ
Cercle de puissance:
158/200  (158/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Jeu 13 Mai 2010 - 9:05

Bravo ! J'ai Adoré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theochaos Rakle
Ancien Nedora
Ancien Nedora
avatar

Nombre de messages : 1828
Age : 23
Grade : Patriarche de La Famille Rakle
Guilde : -Lithium-
Date d'inscription : 17/10/2009

Personnage
Nom: Theochaos Rakle
Dieu: Iop Iop
Cercle de puissance:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Jeu 13 Mai 2010 - 11:51

Trés bonne écriture. C'est une histoire trés captivante. J'aime beaucoup.

_________________
Théochaos Rakle, patriarche de La Famille Rakle



La vertu, comme le corbac, niche dans les ruines. La justice se rend dans la lumière et l'équilibre est établi dans l'ombre.

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forcellius
Bouftou
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 24
Grade : Nedora.
Guilde : Hawkeye.
Date d'inscription : 19/03/2010

Personnage
Nom: Force-Naturelle
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mar 29 Juin 2010 - 18:21

Nouvelle Histoire: La mémoire sombre.

Je pense avoir retrouver mon ancienne vie.
Je fais des songes, je suis devant une porte.
Je ressens de la peur, de la haine, du dégout.
Je n'arrive pas à l'ouvrir, je ne veux pas l'ouvrir, je n'ose pas l'ouvrir.

Qui suis-je ?

Cette question me tourmente, on m'a nommé Force-Naturelle, ce n'est pas un nom, ni un prénom.
Qui étais-je avant ? Cette porte est-elle un souvenir que je voulais effacer ? Pourquoi j'aurais effacé mes souvenirs ? Cela en vaut-il la peine que je tente de les retrouver ?

Non... Je dois
le faire, je dois deviner qui je suis, j'ai besoin de connaitre ce qu'était ma vie.

un ami m’avait demandé de l’aide pour récolter du sang de vampire,
chose que je déteste faire vu ma phobie pour ces créatures, mais j’ai quand même accepté.


J’ignore la raison de cette peur mais elle me fut fatale, alors qu’on se retrouva séparé moi et mon
compagnons au cours d’une embuscade, je me retrouvai face à l’un d’entre eux, j’étais terrifié, son regard m’immobilisait. Le temps semblait s’être arrêté pour moi, jusqu'à ce que je sente une vive douleur dans le coup, un des leurs venait de me mordre par derrière, mon premier reflexe fut de l’attraper de l’abattre violement sur le sol, mon geste provoqua l’effondrement du sol et
je tombai en même temps que le vampire.


Par chance, ma chute n’occasionna aucune blessure grave, mais la morsure du vampire cuisait dans mon cou, son auteur se releva et m’empoigna par la gorge, plongeant son regard dans le mien.

J’entendais ses paroles dans mon esprit. Une voix froide.

« Rejoins mes ténèbres.. »

Les ténèbres… La peur m’immobilisait, chacun de mes sens : Vue, toucher, gout, odorat, ouïe… Tout s’assombrit. Est-ce que j’allais devenir une créature de la nuit ? Un de ses êtres condamné à servir leur propriétaire ?

Puis soudain, dans la noirceur je vis des images : Une porte fermé, une main ouverte taché de
sang, le visage d’une femme aux yeux embués de larme. Et une autre voix pleine de rage qui me disait : Il ne faut jamais abandonner ! Amarcis !


Je ne connaissais pas ces visions, mais elles me semblaient familières, la voix me donna une nouvelle
force, comme si je venais de retrouver une partie de moi.


Je me relevai, fixant le vampire, ce dernier avait un regard interrogateur, n’ayant pas l’habitude de
voir une proie se relever après une morsure.


Il sauta sur moi, un geste, je ne lui donnai qu’une frappe du dos de la main, un coup rapide et
précis, mais qui le fit tomber à terre, il se releva à son tour, et jaillit les crocs en avant pour me mordre de nouveau, je lui mis un violent coup de tête, mon masque de bois que je portai pour l’expédition amplifia le choc et la créature s’écroula de nouveau sur le sol.


Les rôles venait de s’inverser, le chasseur était devenue la proie et vice-versa. Je me pencha sur
le corps, pour inverser le processus de contamination il fallait un prêtre ou une potion bénite. Mais ce n’étais pas ce que je désirais, le choc de la morsure avait réveillé quelque chose en
moi, ma peu des vampires venait de disparaître et les ténèbres avait venaient de faire resurgir mes anciens souvenirs. Ces ténèbres primaire qui faisaient ressurgir le plus profond de chaque cœur.


Il m’en fallait plus ! Plus d’ombre ! Plus de souvenirs ! J’ai besoin de savoir !

Ma main sa chargea de magie, ma peau se changea en écorce, formant un pieu aussi dur que la roche, j’enfonçai l’arme dans la poitrine du monstre. Buvant les ténèbres, devant une sorte de vampire à mon tour, un vampyr.

La créature disparut dans une sorte de nuage de poussière, possédant de nouvelles ténèbres, d’autres souvenirsrefirent surface : Des scènes de combats, des sensations de tristesse, de rage, des souvenirs d’enfance…
Il m’en fallait plus, je n’avais pas tout récupéré, je sortis du trou en escaladant, retrouvant mon
ami en prise avec un groupes de vampires, des cadavres d’autres de ces créatures jonchait le sol.


J’avança sans crainte, mon ami partit vers moi, il disait s’être inquiéter et me questionna.



Je luis demandas de reculer, puis posa ma main au sol, fesant surgir des dizaines de plantes
carnivores, assez puissantes pour ce genre de créatures. Le résultat ne se fit pas attendre, les plantes dévorèrent chaque vampires, mort ou vivant. Pendant ce temps je me sentis chargés des ténèbres, puis un flash, j'aperçus, caché au fond de ma mémoire, l'image d'une maison dans une cité noire.


Mon compagnon était surpris. Il me disait que j’en avais trop fait, qu’il lui fallait les corps.
Mais je ne l’écoutai pas, prit une potion rouge de ma sacoche et la but entièrement.
Je me retrouvai maintenant à Brakmar, la où tout c’était fini, la où j’avais échoué dans ma quête.

Je partis en direction d’une ancienne demeure, celle d’un Sadida au passé chargé, celle de l’ancien
tueur en série : Ellius Amarcis .


Dernière édition par Forcellius le Mer 7 Sep 2011 - 17:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shengji
Piou
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 20
Grade : Voyageur d'outre monde
Guilde : Nightmare
Date d'inscription : 26/06/2010

Personnage
Nom: Shengji
Dieu: Sacrieur Sacrieur
Cercle de puissance:
60/100  (60/100)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mar 29 Juin 2010 - 23:53

La suite !! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Forcellius
Bouftou
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 24
Grade : Nedora.
Guilde : Hawkeye.
Date d'inscription : 19/03/2010

Personnage
Nom: Force-Naturelle
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
150/200  (150/200)

MessageSujet: Re: Passé sombre.   Mar 13 Juil 2010 - 14:03

Le Sadida s’avança à travers la pénombre du couloir, ses pas lourd résonnaient à travers le plancher. Il se remémora chaque instant passé dans cette demeure, les bon comme les mauvais, puis il arriva devant une porte, de la lumière filtrait par en dessous, ainsi qu'une ombre, le Sadida l’ouvrit... Et se retrouva projetter par une force colossalle.

(A suivre.)


Dernière édition par Force-naturelle le Lun 17 Jan 2011 - 14:50, édité 3 fois (Raison : Je fait ce que je veut !:p)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Passé sombre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passé sombre.
» W40K-JDR "La Sombre Hérésie"
» La Garde Sombre
» Probleme avec ma Sega Naomi : affichage trop sombre en 15khz
» La sombre histoire des soeur alabham.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque d'Amakna :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: