Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mar 26 Oct 2010 - 18:30

J'ignore ce qui vous a poussé à ouvrir ce livre.
Peut être le titre vous a-t-il intrigué... car vous connaissez sans doute Urgal au moins de nom.
La curiosité est une vilaine chose, vous le savez sans doute. Mais qui n'eprouve pas une once de curiosité ne peux être au courant de rien.
Et c'est là ce qui différencie les uns des autres: ceux qui savent et ceux qui ne savent pas. Savoir ou ne pas savoir, telle est la question.
Aussi, lecteur, seras-tu confronté à cette question: veux tu savoir, au risque de ne supporter ce qui te seras dit?
Ou préfères tu ignorer ce que tous se doivent de savoir?
Mais je ne me suis pas présenté. Mon nom est Mahl Terrom. Je suis l'un de ceux qui est à l'origine de ce qu'Urgal est à présent.
Mais je ne tiens pas à ressembler à un de ces auteurs qui, croyant avoir trouvé un moyen tout raffiné d'amorcer leur récit, commencent en dévoilant la fin. D'ailleurs la fin, vous la connaissez déjà: c'est ce qu'Urgal est devenu. Ce que vous cherchez sans doute à savoir est le pourquoi.
Car qui connaît le passé comprend le présent et anticipe l'avenir. Et c'est le pourquoi que je vais vous donner.
 
 
Comme toute chose, la vie d'Urgal a commencé par une naissance.
Un joyeux événement qui s'est produit en Amakna, dans un petit village au nom inconnu des hommes et maudit des dieux.
Le 31 Descendre de l'an 588, Urgal de la famille des Guillemaut voit le jour.
Le père d'Urgal écrivit, cette nuit là:

"Ma femme a enfin mit au monde le petit. Nous avions déjà peur que ce ne soit pas pendant le mois de Djaul, mais les dieux semblent nous avoir béni.
Nous lui avons donné pour nom Urgal. Urgal de Guillemaut. Alors que j'écris ces lignes, le petit regarde quelques images.
Si jeune et déjà si attiré par les pratiques sombres... ou n'est-ce là que du hasard?
Il regarde les peintures sans vraiment les voir... après tout, peut être ne regarde t-il rien du tout et je ne me fais que de vains espoirs.
Le lendemain, une fête aura lieu. Qui refuserai donc l'invitation d'un comte de ma renommée! Et il faut que je passe voir Massa.
Ce vieil Ecaflip ne refusera sans doute pas de parier avec moi sur le grand choix que fera Urgal, plus tard. Xelor sera son dieu, j'en suis convaincu."
 
 
L'enfance d'Urgal n'a rien d'intéressant. Elle est même des plus banales.
A 10 ans, il passa une epreuve de 9 mois, seul, dans les Landes de Sidimote, comme il était coutume de le faire dans sa famille.
Après cette epreuve dont je n'ai pas retrouvé la moindre trace, Urgal gagna soudainement en maturité, en puissance mais, surtout, il s'intéressa chaque jour un peu plus à ce qui était, avant que Brâkmar ne re-emerge, une forme des plus primitives du Rushuisme. De simples sacrifices de temps à autres et des recherches très approfondies à propos du sang. Ce qu'il a découvert n'a pas sa place ici et va même jusqu'à défier l'imagination des plus simples.
Le sang est la forme la plus simple de transfert d'energie. Sacrieur utilise ce principe en boostant en quelques sortes le sang qui coule dans leur veine. L'adrénaline donne de l'energie. Celui qui veux, peux.
Mais vous vous demanderez sans doute quel dieu Urgal a choisi. A t-il choisi de vénérer la déesse Sacrieur, espérant mieux maîtriser le sang un jour?
N'a t-il fait aucun choix, attendant que Rushu, dont il semblait curieusement déjà connaître l'existence, ne rejoigne le panthéon divin? Non.
Son père a été des plus ravi quand il a apprit qu'il avait choisi de vénérer Xelor, ayant entre temps parié avec une bonne partie du village!
Mais à l'époque, Urgal était bien plus attiré par le Sang que par le Temps. Cette passion pour le temps, c'est moi qui lui est insufflé lors de nos longues leçons dans la Cité Pourpre.
Car oui, n'oublions pas qu'en l'an 600, Brâkmar ressurgie du néant dans lequel elle était plongée depuis des siècles. Et Bonta, la si injustemment nommée Cité Blanche.
La famille de Guillemaut, par un quelconque miracle dont je ne parvient toujours pas à discerner le pourquoi du comment, fut l'une des rares familles à decouvrir le retour de la Cité et la rejoignit en l'an 601. Urgal lui même ne semble pas vouloir justifier sa présence, alors que tous les autres peuples durent attendre jusqu'en l'an 635 pour que l'existence des deux cités soeurs leur soit révélée. La plupart des Brâkmariens, pour ne pas dire tous, sortaient de plusieurs siècles de gel temporel. Leur memoire avait été altérée, un avantage de poid pour les Guillemaut qui parvinrent, non sans mal, à s'integrer dans la vie de Brâkmar.

Le père d'Urgal, perfectionniste qu'il était, appella les plus renommés des maîtres pour former son jeune disciple. C'était en l'an 601.
Les 3 élus n'étaient autres que Jahr, Val et moi même. Au bout de 2 ans d'étude, Urgal commenca à se rendre compte que ses trois maîtres avaient une vision complétement différente du monde et de Brâkmar.


Dernière édition par MagnumUrgal le Sam 1 Jan 2011 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ghama-Noula
Tofu Royal
avatar

Nombre de messages : 767
Age : 26
Grade : Ancien ancien Nedora
Guilde : Sammar
Date d'inscription : 16/12/2007

Personnage
Nom: Ghama-Noula
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
147/200  (147/200)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Jeu 28 Oct 2010 - 2:38

/hrp

Original et bien écrit, ça donne envie d'attendre la suite.
Bravo en tout cas, et content qu'un bon roliste déménage à Sumens, mais est-ce définitif ?
Je viendrais de temps en temps voir l'avancement du background, après tout c'est l'aspect atypique qui m'attire, en plus du côté sombre qu'évoque Brâkmar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bcl-roleplay.com/
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Jeu 28 Oct 2010 - 12:07

[HRP]

Bah disons qu'en ce moment la permanence selenyte est souvent vide et mon Urgal hecatien attend son up 180, donc niveau RP...
Pendant que j'enchaîne les créatures sur Frigost (et quelle chance quand on a vu les questions sur Frigost du boufton faible de hier Razz), je joue le méchant en permanence nedora!
Un tranquille équilibre que je compte tenir encore longtemp, surtout que je commence à m'attacher à la maison nedora avec ses mercenaires, misérables fientes de crottin de kanigrou de bwork larvesques des montagnes Very Happy

Sinon pour la suite je compte la mettre vers fin des vacances... en espérant qu'elle soit à la hauteur de vos attentes (ce qui me stress d'ailleurs vu le niveau d'attente^^)

[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 3 Nov 2010 - 13:43

C'était en l'an 601. Les parents d'Urgal, Tamara et Troy, venaient d'emmenager en Brâkmar qu'Urgal atteignait déjà ses 13 ans. Mais cette année, il n'y eu aucune fête mémorable. Cette année, il n'y eu aucune épreuve titanesque. La demeure familiale vit défiler des dizaines de maîtres, des vieux et des jeunes, des riches et des médiocres, des connus et des incompétents, et ce du matin au soir jusqu'à ce que le jeune disciple de Xelor ne se décide enfin. Ses trois maîtres différaient tous les uns des autres de par leurs points de vus. Mais là où certains verront chaos et choix maladroit, Urgal voyait là une combine d'intelligence et de sagesse. A quoi bon avoir 3 maîtres qui pensent la même chose quand on peux se forger trois points de vus complétement différents?




********************





- Maître Val? Il y a quelque chose que j'ai lu dans un livre et que je n'ai pas très bien saisi...
- Raconte, je pourrais peut être t'éclairer.
- A ce que j'ai entendu dire, une guerre a eu lieu il y a très, très longtemp. Une guerre qui a détruit Bonta et Brâkmar... je...
- Il y a beaucoup de versions... personelement je soutiens celle où Maimane intervient.
- Oui... oui, sans doute. Mais pourquoi ces guerres? Qu'est-ce qui différencie vraiment Bonta de Brâkmar?
- Leur façon de penser. Brâkmar pense que le mal est plus noble que le bien, et Bonta répand le bien dans notre monde.
- Mais pourquoi êtes vous des notres, alors?
- Brâkmar est bien plus influente, Brâkmar est plus puissante et j'y suis mieux. Je préfère cette ville sans pour autant être en accord avec ses principes, voilà tout.
Bonta ne m'attire pas.



********************

La Tour de Gisgoul était bien active, en ces temps de froid et de brume. Les Jahrshuistes semblaient preparer une fête en l'honneur de quelques vieilles traditions. Cà et là, on entendait quelques cris d'agonie ou de desespoir. Jahr marchait vite devant moi.
- Maître Jahr?
- C'est bien moi.
- Je... je voulais savoir ce qui différencie Brâkmar de Bonta.
- C'est leurs objectifs. Alors que Brâkmar est là pour aider Rushu à accèder au panthéon divin, Bonta est là pour contrer toutes les tentatives de Brâkmar.

Je pourrai aussi bien parler à un mur. Jahr était absorbé par les preparatifs de la Cérémonie. Une Messe Noire se preparait, et tout devait être parfait. Une vieille tradition pour bien commencer le mois de Descendre. Il arrivait que les Rushuistes venerent Djaul, mais en aucun cas ils ne travaillaient avec les autres Djaulistes.
Un novice adepte de Rushu souffla quelques mots aux oreilles de Jahr. Celui-ci lui chuchotta quelques mots, desquels je ne compris que "Bain de Sang" et "Salle des Tortures". Puis il poursuivit sa marche dans la sombre Tour, plus active que jamais. Un bras vola. Du sang gicla. Nous penetrâmes dans une salle toute rouge, deux niveaux sous la surface. C'était en quelques sortes les coulisses du Temple. Quant au mur, ils avaient été fraîchement repeints...


- Mais quelle cité vaut mieux que l'autre?
- Brâkmar. La Pourpre est là pour régner sur le monde. Bonta est là pour que la Pourpre ne réussisse pas. Bonta est là pour faire durer la guerre.
Brâkmar est là pour maintenir la paix.
- Mais alors, pourquoi tous ces principes de sacrifice si la paix est si importante? N'est-ce pas... paradoxale?

Jahr se retourna brusquement, sans prevenir, ne me laissant pas le temps de m'arrêter. Je le percuta de plein fouet.

- La fin justifie les moyens. Et la fin est proche, Urgal.


********************




- Mahl?

Mahl me regarda longuement. C'est étrange ce sentiment que quiconque puisse deviner jusqu'à nos pensées les plus intimes. Mahl a de l'experience, et en cet instant, j'étais en train de comprendre que ce que je m'apprêtais à lui demander, d'autres lui avaient déjà demandé et d'autres lui demanderont encore. Alors pourquoi parler, puisqu'il savait déjà ce que j'allais dire? Je me contentais donc de plonger mon regard dans le sien, attendant qu'il ne prenne la parole. Le jeune disciple de Xelor que j'étais sentait chaque seconde passer. Le temps est abstrait. Pourtant, c'est une des rares choses qui n'est pas illusion dans ce monde de brutes.
Mahl soupira.


- Tu apprends la sagesse, Urgal. Et avec la sagesse viennent les questions. Et les questions, on connaît très bien ca, tous les deux.

Je me contenta d'hocher la tête, attendant qu'il ne poursuive. Mais Mahl semblait avoir dit ce qu'il avait à dire.

- Je voulais savoir ce qui nous différenciait vraiment de Bonta.
- Question très intéressante. Je présume que Maîtres Val et Jahr t'ont déjà donné leur point de vue. Je te retourne donc la question: Qu'est-ce qui différencie une cité d'une autre?
- Son histoire et sa façon de penser?
- C'est ton point de vue que je demande, pas celui des autres.

Je ne pu m'empêcher de rougir sous mes bandelettes. Mahl savait vraiment tout ce qui valait la peine d'être su. Force était de le reconnaître, il avait vécu bien plus que je ne vivrai sans doute jamais... depuis l'an 493, tout de même! Il était sans doute de ces disciples de Xelor qui pouvaient courber le temps jusqu'à en faire une boucle.

- Les habitants des cités.
- En effet, Urgal. Car ce sont les habitants de la Pourpre qui définissent ce que la Pourpre est.
Et ce sont les habitants de la Blanche qui définissent ce que la Blanche est.
- Mais... quelle véritable différence entre les habitants de la Pourpre et de la Blanche alors?
- Il n'y en a aucune. La plupart des habitants de la Pourpre sont incultes et rejoignent notre cité à défaut de rejoindre l'autre. Et les habitants de la Blanche ignorent eux aussi tout de leur cité.
- Tous?
- Non, mais trop peu s'intéressent à l'avenir -et plus important encore au passé- de leur cité pour que cela ait une quelconque influence sur Brâkmar ou Bonta.
Nous ne sommes que deux moitiés d'un seul tout. Nous ne sommes ni bons, ni mauvais. Nous sommes égaux. Et la seule différence entre la Blanche et la Pourpre est simple: ce que les habitants croient, ce qu'ils doivent croire et ce qui est vraiment. Et là, Brâkmar dit plus souvent la vérité que Bonta.
- Paradoxalement.
- L'enfer est pavé de mauvaises intentions. Bonta n'a rien d'une blanche cité immaculée.




********************




J'avancais comme à mon habitude vers le jardin isolé en Brâkmar où Mahl me donnait mes leçons. Voilà un mois jours pour jour que Mahl m'enseignait. J'aimais cette petite clairière. On se sentait libre et bon, l'air était frais et on était seul. Chaque pas que je faisait sur cette herbe me rapprochait de la Sagesse. Mahl y vouait un véritable culte! Il était assit au milieu de cette ambiance paradisiale. Le Vieux Sage... un surnom qui lui allait à merveille. Je pris place à ses côtés et attendit qu'il ne prenne la parole.
Le vent faisait balancer les arbres, régulièrement. Chaque arbre devenait une horloge vivante, chaque branche une aiguille de Xelor, chaque feuille un papillon Tempousfouguite. Une harmonie des plus parfaites. Les feuilles tombaient, tourbillonant dans les airs pour se poser délicatement au sol.
Mahl resta silencieux un bon bout de temps avant de ne se redresser.



- Le silence apprend parfois plus que ce que la parole n'a à apprendre.
- Mais la parole n'est-elle pas là pour transmettre ce que certains savent et d'autres ignorent?
- Bien vu. Malheureusement, beaucoup parlent pour ne rien dire. Astrub en est le parfait exemple. Viens.

Mahl m'entraîna sans un mot dans en direction du Cimetière des Torturés.
Nous passâmes par le quartier des Forgerons. Je n'aimais pas ce quartier. Là bas, les vieillards mendiaient leur pain quotidien, n'hesitant pas à voler ceux qui leur refusaient l'aumône. Là bas, des dizaines de mineurs se promenaient, sales, puants, noirs de charbon, sortant tout droit des mines cachées de Brâkmar. Car à l'époque, la Pourpre contenait bien des mines. C'est d'ailleurs ce qui l'aida à prosperer. Mais les mineurs avaient tout exploités, ne laissant le temps à la nature de renouveler ses richesses. C'est dans le Quartier des Forgerons que s'entraînaient à l'epoque les futurs guerriers de Brâkmar. De vulgaires chaires à canon. Ils s'imaginaient être des legendes, des grands protecteurs de Brâkmar, mais ils n'étaient rien. Eux qui s'étaient engagés à Brâkmar, ronds et gras, ils voyaient désormais leur peau épouser leurs os. Ils finissaient tous par se ressembler. Ils étaient devenus des ombres pareilles les unes aux autres. On pouvait les confondre, on pouvait en eliminer quelques-unes chaque jour, parce qu'on pouvait en ajouter quelques autres tout aussitôt, et cela ne se voyait pas. Les mêmes silhouettes et les mêmes visages osseux occupaient toujours le sombre quartier des Forgerons. En sortant de Brâkmar, Mahl m'arrêta de la main.



- Quand tu sauras maîtriser le temps, nous n'aurons plus à marcher comme le font ces misérables. En attendant, j'aimerai que tu ne te fasses pas remarquer. Il y a dans le Cimetière des Torturés des âmes damnées, des démons d'un autre monde que l'on ne reveille pas impunément.


Nous poursuivîmes notre chemin, nous rapprochant peu à peu du centre du Cimetière.
Un endroit desert où les seules âmes sont celles de morts mille fois damnés. Une atmosphère des plus étranges.
Ici, les arbres n'avaient aucune vie. Les fleurs qui poussaient n'avaient rien de romantiques et les rafales de vent, mêlées à l'odeur de putréfaction et aux cliquetis des chafers rendaient l'endroit bien plus hostile qu'il ne l'était réellement.
Mahl prononca quelques mots en agitant ses mains et les chafers, les fantômes et les quelques autres créatures présentes disparurent. Rien à voir avec la magie Xelor? Je n'en étais pas convaincu, mais cette question était de l'ordre du détail par rapport à ce qui allais m'attendre, je le sentais.



- Le cimetière... quel meilleur endroit pour trouver la Mort elle même?
Mais la Mort a-t-elle une quelconque importance quand on sait que jamais nous ne la connaîtrons? Ce n'est pas le temps qui s'en va. C'est ceux qui ne le maîtrisent pas qui s'en vont. Mais qu'est-ce que le temps, Urgal?
- Le temps, c'est Xelor. C'est les secondes, les minutes, les heures. Les jours, les mois et les années.
- Tu me décois, Urgal... le temps a existé bien avant Xelor et existera encore après lui. Quant aux minutes, ne sont-ce pas là que des tentatives de mieux maîtriser le temps? Un ensemble de repères qui permettraient à ceux qui ne ressentent pas le temps de le comprendre?
- Alors qu'est-ce que le temps?
- Tu n'espères pas que je vais faire ton travail, non? Sans le raisonnement adéquat, le savoir ne sert guère. Alors raisonne!
- Le temps... c'est la durée entre un intervalle A et un intervalle B? Une sorte de ligne où sont modélisées les actions de chacun dans un ordre donné?
- Garde le principe de la ligne. Maintenant, comment agir sur le temps?
- En modifiant la ligne? En l'allongeant, la tordant ou la raccourcissant.
- Exactement. C'est le principe de l'immortalité. Tord cette ligne jusqu'à ce qu'elle ne devienne une courbe. Là, jamais la mort ne viendra te cueillir.
- Mais... le temps comme nous le ressentons... il n'a aucun rapport avec l'immortalité?
- Si bien sûr. Mais comment veux-tu devenir immortel sur une si petite durée... il te faut voir le temps avec bien plus de recul que ca! Le temps tel que tu le vois te serviras pour tout sauf l'immortalité. Et d'ailleurs je veux que tu t'entraînes à maîtriser le temps.
- Maintenant?

Mahl se contenta de me regarder de travers et me tendit un etrange sablier.
Là, il me raconta l'histoire du Cadran de Xelor.
Je me souvenais de notre première lecon. Mahl m'avait alors dit:


"L'Histoire que je t'apprendrait, c'est l'Histoire telle que nous l'avons toujours imaginé. Ce ne sont que des rumeurs. Nous ne sommes mêmes pas sûr que l'Aurore Pourpre ait réellement eu lieu. Nous ne sommes ni certains que l'Horloge Divine ait réellement existée. Nous ne savons même pas si les dieux existent vraiment! Mais nous devons nous conformer aux rumeurs, si nous voulons avancer. J'ai fait ce choix. D'autres ont fait ce choix avant moi. Choisi de croire l'entière vérité, l'entière Histoire du Monde des Douze, ou de ne rien croire du tout. Mais n'oublie jamais que ce n'est pas la vérité pure, si tu ne veux baser ta vie là dessus!"



Les chafers se tenaient à distance raisonnable, observant avec curiosité l'etrange spectacle.
Je joignit mes mains et laissa mon esprit vagabonder dans le cimetière. Je ressentais le Temps comme jamais je ne l'avais senti. Le maîtriser parraissait si simple... mais il n'en était rien. Le sablier n'était qu'un objet abstrait, une aide des plus psychologiques dont les debutants dans mon genre avaient besoin pour imaginer le Temps. Xelor avait un sablier dans le genre, mais il lui permettait des choses inimaginables... corriger les accrocs du Temps, entre autre.
Je joignit mes doigts et répéta le geste que m'avait si souvent montré Mahl.
L'univers s'est élargie dans un soupir. Les couleurs sont devenues plus ternes et les chafers, comme enlisées soudain, ont semblé ralentir. Le monde qui m'entourait pris soudainement quelques teintes par endroit, comme si l'air s'était progressivement coloré par endroits. Le Temps. Les arbres morts semblaient déjà bien plus fragiles, comme si chaque précipitation du temps pouvait les faire tomber en poussière. Ici, le vent n'existait pas. Ou du moins si, il existait, mais était bien trop faible pour m'atteindre. Mahl se tenait derrière moi. Nous étions les seuls à pouvoir se deplacer normalement. Puis, tout devint noir.
Je m'était évanoui alors que Mahl criait: "On ne joue pas avec le Temps. Encore moins aussi tôt!"


Dernière édition par MagnumUrgal le Sam 1 Jan 2011 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Dim 5 Déc 2010 - 12:39

Alors que l'Apprentissage Sombre d'Urgal prend peu à peu fin, lui laissant une connaissance non negligeable sur tout ce qui peux rêver d'être su, commence pour la politique en Brâkmar une periode de crise comme jamais il n'y en avait eu auparavant. En effet, les années du Triumvirat commencaient déjà à prendre fin... Un contexte historique très important. Malheureusement, la plupart de ceux qui liront mes lignes n'auront sans doute aucune idée sur l'Histoire de Brâkmar. Domen, Ralgen et Kalfen * furent en réalité mis en prison par Mustam, ce Rushuiste qui n'en n'ai pas vraiment un. Ce dernier fait d'ailleurs encore semblant d'être gouverné par les trois têtes, mais il n'en ai rien. Seul Domen aura réussi à s'échapper, se suicidant pour sortir de la prison maudite sous forme d'un fantôme. Mais je m'égare!

Nous étions 3 à former le plus jeune fils des Guillemaut. Jahr, Val et moi même. Et bien que Jahr soit en grande partie responsable du monstre qu'Urgal est devenu, nous y sommes tous à l'origine. Car nous lui offrîmes chacun quelque chose. Val lui offrit un coeur à l'écoute des autres. Je lui forgeai un esprit critique et objectif, une intelligence au delà de la normale.
Et Jahr... Jahr lui rongea son âme.
Des années durant, il y insuffla convoitise et arrogance, froideur et cruauté, sadisme et démence. Alors que je lui avait offert l'amour du Temps, Jahr lui imposa un amour du Sang qui n'était pas le sien, obligeant Urgal à suivre ses traces. Et c'est ainsi qu'Urgal de Guillemaut devint un noir adepte de Rushu, membre de l'un des clans rushuistes les plus extrêmes, dirigé par Jahr en personne... les Jahrshuistes. Mais les Jahrshuistes furent dissouds en l'an 610.


Nous sommes donc en l'an 621**. Comme chaque jour, le Tavernier Loch, tenancier de l'auberge de la Chope Grasse, rentrait chez lui après une longue journée de travail. C'était un homme d'une quarantaine d'années, au corps massif et au visage bouffie. Il avait la chance d'avoir une jeune femme d'une vingtaine d'années, qui par ailleurs (et par le plus grand des hasards) tenait aussi le rôle de serveuse dans sa Taverne. Il vivait près de la Milice de Brâkmar. Loc decida de faire un grand detour, passant pour la première fois par les riches quartiers de Brâkmar. La nuit tombait vite en cette saison. A la hauteur d'une Grande Maison de Brâkmar, Loch appercut une etrange lueur bleutée. Quelques voies lui parvenaient, comme des murmures que perçoit un aventurier, perdu dans la Forêt Maudite d'Amakna, une nuit d'hiver. Ne pouvant retenir plus longtemp son insatiable curiosité, Loch s'approcha dans la plus grande discretion de la fenêtre. Son large corps se plaqua contre le mur, tandis qu'il entendait:


- Urgal, Urgal, Urgal... tu m'impressioneras toujours.
Rares sont ceux qui ont réussi à s'innocenter dans tel forfait aussi facilement, comme tu l'as fait ce soir.
Encore moins quand c'est Refibrom *** qui tient la séance...


C'était un grand brâkmarien tout de noir vêtu qui venait de prendre la parole. Il ne semblait pas parvenir à comprendre comment ledit Urgal avait réussi à se disculper de son crime aussi facilement. Loch ignorait quel crime avait commis le jeune Xelor qu'était "Urgal". Même dans la Cité Pourpre règne un semblant de justice, Loch le savait d'experience. Bien que la plupart des juges étaient corrompus, les quatre personnes présentes dans la salle peinaient à comprendre. Mais qu'importait, cela valait mieux pour eux.

- Oh, disons que j'ai eu un bon maître... et de bonnes relations... , répondit une voix douce et glaciale, tandis que de froids frissons glissaient le long du dos de Loch.
- Voyez vous ca... quel genre de "relations"?, reprit la première voix.
- Oh par Rushu, Jahr, epargne nous ta curiosité!

C'était une troisième voix, indescriptible et mysterieuse, qui venait de jeter ses mots à la figure de "Jahr". L'individu était encapuchonné et était le seul à se tenir debout, dans l'ombre. Le Tavernier fut reprit de froids frissons alors que celui qui semblait être le politicien Urgal, dont on entendait tellement parler ses temps-ci, reprenait la parole:

- Oh non, non, je ne pourrai cacher quoi que ce soit à Jahr. D'ailleurs vous n'êtes pas sans savoir que...

Les trois brâkmariens présents se penchèrent un peu plus sur Urgal. Loch lui même esquissa un mouvement en avant. A en croire les rumeurs qui couraient, il n'était pas chose courante que le jeune Xelor qu'était Urgal racontait quelques bribes de sa vie. Il était encore plus rare de l'entendre dire la verité. Et ce qu'Urgal s'apprêtait à dire ne pouvait être que la vérité. Jahr, l'homme mysterieux et celui qui n'avait pas encore parlé le savaient. Urgal laissa durer le silence quelques instants encore. Il aimait laisser défiler le Temps, savoir que lui seul dans sa Grande Maison, demeure familiale des Guillemaut à quelques pas de la Milice de Brâkmar, était capable de ressentir les Xelorians passer.

- Nous sommes en l'an 610. Je rencontrai pour la première fois Tjana, elle habillée d'une sombre robe, moi vêtu de ma longue cape.
L'aura sombre, si impressionante aujourd'hui, ne m'accompagnait pas alors. Etait-ce parce que mon âme était encore d'une blancheur immaculée?
Sans l'ombre d'un doute. Vous vous souviendrez encore de la nuit où l'Institut a été créé. Jamais je n'avais vu les Tenebres aussi denses.
Tandis que toi, Jahr, toi, Mi-Black et toi, [ce nom a été brûlé] vous quittiez les acclamations de la foule, je restai pour
repondre aux questions, aux ingrats et aux journalistes. Tjana était alors la directrice de la gazette La Verité.
Je lui promit une interview à la Taverne du Chabrûlé, puis vous rejoint. Après quoi je l'invitais à prendre un bain de sang.
Tjana n'avait encore jamais goûté à ce privilège. Nous avons eu une relation d'une année. Une petite année.
Puis vint le jour où le Conseil des Parties Brâkmariens fut renouvelé et où l'on me proposa une place en tant que Représentant de l'Institut et,
plus globalement, du Rushuisme. Je n'ai eu le courage de refuser.
Trois jours plus tard, je rencontrai celui qui devint mon meilleur ennemi. Ahm'Tessel, réel symbole du Djaulisme en Brâkmar.
Suite à quelques... mhh... differents que nous avions, Tessel et moi même, je tuai sa femme et ses trois enfants tandis que lui tua celle qui serait
devenu ma femme, Tjana. Une série de meurtres sanglants survint, espacés de quelques heures ou de plusieurs mois.

- C'est pour ca que Val a quitté Brâkmar je suppose... on ne sait toujours pas où il est...

Urgal fusilla celui qui s'appellait Mi-Black du regard. Il detestait être interrompu pendant qu'il parlait. Mais Black n'avait pas tort. Val était bel et bien parti en l'an 613 pour rejoindre Bonta. Urgal ignorait tout de la vie qu'il avait mené, mais tandis qu'il reprenait son récit, le rire de Val s'élevait au dessus de Bonta.

- Au bout d'un certain temps, Ahm'Tessel le Djauliste envoya un assassin traquer mes parents.
Le 31 Descendre de l'an 619, celui-ci manqua de mettre fin aux jours de ceux qui m'ont donné la vie.
Il fut gelé dans le Temps, petrifié, glacé, emprisonné pour l'eternité et plus longtemp encore. Quant à mes parents... je compris qu'ils n'étaient qu'un
poids, un boulet que l'on traîne inutilement derrière soit, m'empêchant d'avancer et me rendant vulnérable. C'est pourquoi je les ai jetté dans la lave de Brâkmar.

Un sourire étirait les lèvre du Xelor, tandis que ses compagnons ricanaient. Mais aucun d'entre eux ne se doutait alors de l'etendue du mensonge. Ni même Loch, qui n'avait pas l'habitude d'entendre une voix aussi glaciale et était sentait, dehors, dans la nuit et le froid, la peur prendre peu à peu le dessus sur ses modestes capacités. Les êtres qui étaient dans cette pièce n'étaient plus humains. Et plus rien, rien ne pourrait jamais leur rendre ce qu'ils aveient perdu de plus cher: leur humanité. C'étaient des monstres, réduits à l'état de bêtes, sans sentiments, tuant pour se faire plaisir et parlant de choses que peu pouvaient comprendre.

- La suite, vous la connaissez. Le procés pour ce fatricide, le discours que j'ai tenu à Refibrom pour m'innocenter et la défaite
de Tessel, ce Djauliste qui pensait vaincre Urgal! Voilà l'histoire de ma petite ascenssion au sein de la Pourpre, ces dix dernières années!



Les autres ricanèrent de bon coeur et tous se levèrent -mis à part le mysterieux individu au nom si noir que Loch en tremblait encore. Il n'arrivait pas à en revenir: il avait devant ses yeux LE Bras Droit du Mal en personne. Non, Loch ne parlait pas d'Urgal qui à lui même est déjà une partie du Mal en ces Terres, sans pour autant servir qui que ce soit... Les pensées de Loch s'entrechoquaient sans que personne ne puisse les comprendre. Il repensait à la terrible légende, au nom du mysterieux Bras Droit du Mal, à Urgal et ses complots diaboliques, à Jahr et aux Jahrshuistes, à Mi-Black et à l'Institut. Il pensait à l'apocalypse et à sa mort, il pensait à ce qu'il venait d'entendre et ce que cela impliquait, il pensait à Brâkmar et à Mustam, il pensait aux Djaulistes et au Triumvirat. Et il se dit finalement qu'il avait mis les pied dans un beau tas de merde!

Urgal fit entrer quelques Brâkmariens des quartiers pauvres de la Cité Pourpre. La plupart étaient originaires du Quartier des Forgerons. C'était là une bien vieille tradition. Loch connaissait ce jeu. Certaines grandes familles de Brâkmar aimaient, de temps à autres, prendre une petite dizaine de neophytes brâkmariens et assouvir leurs instincts sadiques sur eux. C'était un jeu, une partie de plaisir, et celui qui faisait le plus souffrir son ou ses brâkmariens-pauvres gagnait quelques kamas, privilèges ou objets de tout genre. Jahr s'avanca et regarda les malheureux de haut. Il était de ceux qui adorait ce petit jeu et y avait gagnait plus d'un kamas. Il saisi deux malheureux et les jetta au sol. Un sourire étirait les lèvres de tous.

Le cerveau humain est un mechanisme fragile. Plein d'energie divine, il est très complexe et le moindre choc peux le mettre "hors service". Mais Loch ne detournait pas les yeux. Et ce qu'il voyait était de l'ordre de la Terreur.
Les minutes passèrent comment passent les heures. Loch ignorait combien de temps s'était ecoulé quand le dernier brâkmarien-pauvre s'ecroula au sol. Un instinct de conservation lui dictait de partir. Mais la curiosité est plus forte que la prudence. Jahr et Mi-Black finirent par prendre congé, laissant le Bras Droit du Mal et le Mal lui même entre eux.


Le mysterieux toussota tandis qu'Urgal se tournait vers lui. Tout alla très vite. Trop vite. Loch se rendit compte que le jeune Xelor qu'était Urgal avait enfermé sa demeure dans une bulle de Temps. Un sortilège qu'il n'avait jamais été donné de voir au Tavernier. Les yeux de Loch eurent le temps d'entrevoir le mysterieux donner à Urgal quelques Tablettes. Une etrange melopée envahit la pièce, et Loch reconnut là une prophétie. Les Tablettes du Phoenix... Douze Statuettes à rassembler... Il ne comprenait rien à ce que disaient les deux êtres démoniaques. Puis Urgal s'avanca vers la fenêtre, rapidemment. Trop rapidemment. Une lueur bleutée eclata. Et Loch comprit qu'il était en train de mourrir.






* Ralgen, Domen et Kalfen sont les trois membres qui forment le Triumvirat. Mais Mustam les a envoyé en prison dans le but de régir, seul, sur la sombre ville.

** Quelques mots de l'auteur (hrp= moi en l'occurence, pas Mahl!) : Ceci est sans doute une des parties les plus importantes du BackGround d'Urgal. Tellement importante que j'ai dû couper beaucoup de scènes et faire ca sous forme de simple "résumé" de ces dix dernières années (609-621) pour eviter de ne faire une partie trop longue!
Aussi dois-je m'excuser si certaines choses sont mal expliquées, je ne peux m'etendre sur tout le sujet. C'est d'ailleurs pour cela que je met des notes * et des mots en gras! Encore toutes mes excuses, c'est sans doute la partie de mon BG la plus enervante à lire et la plus compliquée à comprendre. A la fin de cette longue histoire qui a amené Urgal là où om est, un grand résumé sous forme de dates importantes sera publié dans le but d'epargner la lecture à ceux qui n'aiment pas lire mais aiment les histoires Wink


*** Refibrom, alias Satirev Refibrom est le juge de Brâkmar. C'est le frère jumeau du juge de Bonta, Satirev Onivin. Afin que personne ne sache ce secret familiale, ils ont inversés leur prénom pour brouiller les pistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Lun 21 Fév 2011 - 14:32

Je marchais.
Brâkmar était froide en ces temps où ne regnent que neige et glace. Et Djaul.
On ne croisait que peu de monde dans les rues de la Pourpre. Et c'était mieux ainsi. Des guerriers qui aiment à se prétendre protecteurs de Brâkmar quand passe la belle, tous étaient partis à la Taverne. Et des rares que l'on trouvait encore perchés sur les sombres murailles de Brâkmar, tous se tenaient serrés les uns contre les autres, arc posé au sol, bière à la main. Brâkmar sous le règne de Mustam. J'en venais presque à regretter le Triumvirat.

Je marchais.
Les gardes me regardaient avec ironie. Il n'était pas courant de voir un vieil homme longer les murailles. Ce quartier était reservé aux soldats. Ma vieille cape traînait derrière moi, entraînant avec elle la neige qui gisait au sol. Un regard vers les gardes me suffit pour comprendre que si la neige était toujours là, c'était que ceux qui devaient la faire fondre étaient trop occupés à "garder la porte". Je n'aimais pas marcher. Depuis trop longtemp déjà, la magie du Temps m'evite d'avoir à parcourir d'inutils trajets. Mais aujourd'hui, mon instinct me conseillait de garder mon energie pour autre chose.

Je marchais.
Arrivant à hauteur de la Porte, un jeune arrogant me barra le chemin.
- On n'passe pas. La Porte Nord est reservée aux guerriers. Les civils, c'est ailleurs.
Ses quatre amis ricanèrent. Un sourire narquois étira le visage du jeune homme. Il fallait vraiment croire que je n'étais pas d'humeur à ca. Je souris.
- Tu te nommes?
Le jeunot me regarda de travers, comme si je n'avais rien compris. Levant sa lame un peu plus haut, il me conseilla "de degager, et vite, le vieux". Le vent balaya le pont de Brâkmar, entraînant un peu de neige dans la lave. Le garde se retrouva bien vite à terre. De ses quatre collègues, deux furent jetés dans la lave, un prit la fuite et la tête du troisième fut gelée dans le Temps.


Mahl Terrom poursuivit son chemin. Le grand Mage n'aimait pas être dérangé par les Serviteurs de Mustam. Alors qu'il entrait dans les Landes, il entendit un cri strident, loin vers l'est. C'était à une petite teleportation de là. Mais Mahl marcha. Arrivé là où coule la plus meurtrière lave de Brâkmar, il apperçut un jeune Xelor lui tournant le dos. S'approchant, il distingua un peu plus bas deux cadavres. Un homme et une femme. Un père et une mère.


- Tu arrives tard, Mahl.
Jahr était sorti de l'Ombre.
- Nous n'avons pas les mêmes notions du Temps, Serviteur de Rushu.
- Tes beaux discours ne te servent plus à rien, Urgal est à moi. Tu vois ces corps, dans la lave? Devine donc de qui il s'agit...
- Tu es immonde.
- Ta Sagesse semble s'eteindre, Adepte de Brumaire. Tu es un homme fini.
Un jet de lave frappa Jahr au torse.
- C'est toi qui est fini.


Mais Jahr avait déjà disparu. Il ne restait plus que Mahl. Mahl et Urgal. La brume se fit plus dense autour du Grand Mage, formant une sphère de Ténèbres autour du vieux Xelor. La sphère s'elargie jusqu'à englober totalement Urgal. Ils avaient quitté le Monde tel que les plus simples d'esprits le percevait. Le Temps s'écoulait plus fluidement ici, et l'espace était bien moins stable, aisément deformable. La Brume semblait avoir disparu.

- Où sommes nous?
- Les Sages de notre peuple l'appellent le Refuge. Et tu y resteras jusqu'à ce que ton âme soit libérée de l'emprise de Jahr.
- Mon âme nage dans la libertée la plus totale.
- Je suis navré, Urgal. Vraiment. Mais je dois te laisser seul. Seul avec tes pensées.



Le Temps passa vite dans le Refuge, si bien que, quand Mahl revint auprès d'Urgal, près de quatre mois étaient passés. Ce dernier appris à Urgal l'emprisonnement de Jahr, qui semblait conspirer contre Mustam.
Urgal, comprenant que les Djaulistes le considèrent, lui, disciple de Xelor d'une trentaine d'années déjà, comme un danger à éliminer rapidemment, se rendit dans la prison de Brâkmar, où il libéra Jahr quelques jours avant son exécution. Il partit, seul, vers un lieu abandonné des dieux.
Je ne decouvrît que bien plus tard qu'Urgal était en réalité à la recherche des 12 statuettes du Phoenix...


Jahr, quant à lui, regagna Brâkmar. Mustam envoya des gardes à son encontre. Tous mourrurent. Jahr se rendit voir Satirev Refibrom. Il exigea un procés juste. Au cours d'un long et dernier procés pour haute trahison et conspiration, Jahr échappa à la peine de mort. Par mesure de précaution, le procureur du procés, Agenor, demanda à ce que les pouvoirs de Jahr soient enfermés dans des objets, selon un ancien rituel démoniaque. Ainsi furent forgés les trois anneaux d'Agenor. Ils furent dispersés dans le monde de sorte que jamais Jahr ne puisse mettre la main sur eux. Car ces anneaux, rassemblés, rendraient à Jahr sa puissance légendaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theochaos Rakle
Ancien Nedora
Ancien Nedora
avatar

Nombre de messages : 1828
Age : 23
Grade : Patriarche de La Famille Rakle
Guilde : -Lithium-
Date d'inscription : 17/10/2009

Personnage
Nom: Theochaos Rakle
Dieu: Iop Iop
Cercle de puissance:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Lun 21 Fév 2011 - 16:56

Vraiment très bien écrit, j'apprécie beaucoup ton histoire, et c'est très enrichissant,même si j'aimerai éclaircir un certain point avec toi. ( IG )

_________________
Théochaos Rakle, patriarche de La Famille Rakle



La vertu, comme le corbac, niche dans les ruines. La justice se rend dans la lumière et l'équilibre est établi dans l'ombre.

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Dim 6 Nov 2011 - 19:04

L'Âme d'Urgal avait été délivrée de l'emprise de Jahr. Désormais, il était à nouveau lui même : Le Mal. Mais pas le Mal à la façon de Jahr. Urgal redevint ce qu'il n'avait jamais véritablement cessé d'être : le Mal dans toute Sa Noblesse. Et alors que le Temps défilait, Hecate laissant place à Sumens, Urgal tournait à présent ses aiguilles vers la Cité Blanche. Là, il partit à la recherche de son ancien Maître -Val- possédant l'une des douze Statuettes du Phénix. Les douze statuettes, réunies, accompliraient les "Tablettes du Phénix". Mais Val se tenait caché, et avait fondé sa famille en Bonta, épousant une certaine Mya qui donna naissance à Cytosines*, disciple de Jiva qu'Urgal n'a que trop apprit à connaître et presque à respecter. Nous étions en l'an 632 **.
Mais l'attirance qu'exerçait la Statuette possédée par Val sur Urgal se faisait plus forte au fur et à mesure que les jours défilaient. Urgal restait un être possédé. Si bien que l'inévitable ne pu plus longtemps être évité...




*******************


Le soir était tombé brusquement.
Très vite, la nuit s'était épaissie au-dessus de la Cité Blanche. Un claquement de doigts. Père fit jaillir le feu dans la cheminée. Seule source de Lumière dans ce monde de Ténèbres. Les Ombres s'étiraient sur les longs murs de la large demeure, plongeant la pièce un peu plus dans l'Obscurité. Père s'installa en face de moi. Ses mains me proposaient de manger. Mais je n'avais pas faim. Depuis la mort de Mère, Père avait perdu la parole. Mais il n'en devenait pas moins sympathique. Nous "parlâmes" durant un certain temps, avec pour seule clarté le feu de Crâ. Descendre est un mois froid et sec. Un chienchien hurlait. Nous parlions, à propos de tout et de rien, de la Blanche à la Pourpre, d'Allister et sa passivité neutre jusqu'au prix des guildalogemmes ***. Quelle était donc l'origine du Mal ? Et du Bien ? Père se redressa et me regarda longuement.


Un concentré d'Obscurité tout droit sortir des plus profondes couches de la Pénombre se matérialisa entre nous deux. L'origine du Mal ? J'en étais alors certaine. La brume se dissipa peu à peu, laissant entrevoir une petite masse sombre. La créature à forme humaine me tournait le dos. Je ne pouvais qu'admirer la noirceur qu'il dégageait. Il ? Ou elle ? Père sourit largement, à la façon de quelqu'un qui retrouve un vieil ami.


- Quel honneur de te revoir, Xelor Noir. Je peux te servir quelque chose ?

Des années que Père n'avait pas prononcé un mot... un choc en guérit un autre...


- Bonsoir, Val. Tu devrais savoir que je ne bois pas en service.
- Alors inutile de discuter plus longtemps, puisque c'est le destin qui t'envoie.
- Je ne crois pas au destin, Val. Disons que c'est... le hasard. Mais oui, achevons ce que nous avions commencé il y a de ca des années.


L'aura noir qui émergeait du "Xelor Noir" rampait sur les murs. Il ricanait. Un rire sans joie. Un rire sans vie. Et tandis que Père mourrait, le feu de Crâ s'éteignit. L'Obscurité était partout. Et le Xelor Noir s'avança vers moi. Un sourire mesquin semblait étirer ses lèvres que je ne distinguait qu'à peine, et le silence se fit plus pesant encore. D'instinct, je compris que ma vie touchait inexorablement à sa fin. Et cette fin inexorable avait pris une apparence des plus sombres. Nous aimons tous jouer aux héros, les mains pures, un coeur en or et des pieds qui n'ont jamais marchés dans le sang. Mais c'est la Guerre. Et la Guerre est toujours criminelle. Synonyme d'héroïsme et de sacrifice de soi, mais surtout de traîtrise, de lâcheté, de coups bas. Impossible de se battre autrement. A moins de se déclarer vaincu d'avance. Et ici, se battre était inutile.


Celui que feu Père avait nommé Xelor Noir me contourna sans me prêter un regard. Il se pencha sur une horloge, accrochée dans la chambre, tendant ses mains. Un flux d'énergie s'échappa de l'horloge. Le Xelor Noir tenait à présent une étrange Statuette, la rangeant soigneusement sous sa cape. Puis il revint vers moi, lentement. Ses mains se tendirent vers moi à l'instant où la porte vola en éclat, laissant apparaître un deuxième disciple de Xelor, dégageant une aura d'une blancheur absolue.

- Le Xelor Noir en personne... quel honneur.
- Tu arrives trop tard, Illimilis. Beaucoup trop tard.
- Voyons, Urgal... un Xelor n'arrive jamais en retard. Ni en avance d'ailleurs. Il arrive précisément à l'heure voulue.


Mais le Xelor Noir avait déjà disparu.






* [Avec l'autorisation de Cytosines, ancienne rôliste bontarienne et fondatrice de l'ex-Inquisition.]

** [Note d'Urgal : Cette année est régie par de grands troubles d'ordre économique : la malédiction de Solar, posée sur les Bûcherons de la famille Boulgoure, a commencé en l'an 627, plongeant les cités en pénurie de bois. La reconstruction de Brâkmar comme de Bonta, jusqu'alors extrêmement rapide, ralenti de par cette pénurie, et atteint son seuil le plus bas au début des années 630. Des troubles politiques se font aussi ressentir, à Brâkmar bien entendu, avec le Triumvirat dont le pouvoir commence à être discuté par Mustam et ses adeptes, mais aussi à Bonta. Rien d'étonnant à ce que les cités ouvrent leur porte publiquement en l'an 636 ! Vous l'aurez compris, l'an 632 est une des années très incertaine, et cette incertitude se fait bien ressentir par les habitants du monde des douze... ]


*** [Oui je n'ai pas pu y résister : la baisse du prix des guildalogemmes que nous avons connus il y a des années de ca a eu des conséquences énormes sur la communauté de Dofus... Bref, c'était la parenthèse troll ! Sinon niveau BackGround, la première guilde était celle d'Allister (bien que la Confrérie de Fon puisse être considéré comme une Guilde), et la pratique s'est très rapidement répandue. Les guildes de marchands ont profité des besoins des deux cités et de la disparition du monopole des Bougloures pour fructifier leur commerce, en Bonta tout particulièrement.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 30 Nov 2011 - 15:16

Le Temps et l'espace ne font qu'un. Il nous faut des années pour le comprendre. Et des années pour appréhender ces conséquences sur la maîtrise du Temps. Sur l’étoffe du monde lui-même. Un bruit de pas se fit entendre. Lointain. Assis en tailleur, mes mains dénudées de leurs bandelettes, j’attendais. Non, je ne pouvais attendre, car nos actions ne sont que les motifs d’une éternelle tapisserie qui se dessinait d’un trait. Seul le monde spirituel échappe à cette triste vérité. Je réfléchissais. Le froid s’immisçait avec une lenteur exaspérante dans ma cellule. Ceux qui avaient trahi ma confiance inexistante devaient avoir de bonnes raisons de le faire. Des raisons qu’il me fallait comprendre. Rien n’empêchait un adepte du Temps de mon rang de quitter les lieux d’un claquement de doigts, même privé de mes bandelettes. Mais ils me retrouveraient. Ils me retrouvent toujours.
Les pas venaient de s’immobiliser devant la porte de ma cellule.
Il est bien plus sage de savoir observer dans l’attente du bon moment.



La porte s’ouvrit. Sans effets superflus, ni paroles insensées. On ne cherchait pas à m’impressionner.
Une voix s’éleva, calme, froide et impartiale. Dénuée de toute émotion. Une voix d’Inquisiteur.


- Grand Mage Noir Urgal de Guillemaut, vous et vos institutions vous êtes acharnés à détruire l'équilibre des forces. Pour avoir sciemment tué un Inquisiteur. Pour avoir tenté d'imposer un système incompatible avec le grand Traité. Pour avoir projeté d’outrepasser les limites de nos monde... Vous êtes puni de mort immédiate et définitive sans privation de vos droits civiques.

- Je me dois de vous rappeler les circonstances de ce regrettable événement. Comprenez que je n'ai enfreint ni la lettre, ni l'esprit du grand Traité. L'Inquisition est en droit de s'étonner que je collecte des Statuettes, mais nullement de me châtier pour cela.



J’ouvris enfin les yeux. L’Inquisiteur était seul.
Les véritables Inquisiteurs étaient rares. Tout autant que ceux qui prétendent connaître leur existence. Un poids jeté en notre monde par le Destin pour rétablir l’équilibre. Pour rétablir le Destin. Ma mémoire défilait, fils argentées oscillant autour de l’Inquisiteur. Cherchait-il des circonstances atténuantes ? Ou une sanction plus impartiale ? Un bébé Tofu entra dans la cellule. Mes yeux se figèrent. Et je compris.



- L’Inquisition vous tournera vers l’Equilibre. Le moment venu. Posez les sceaux sur l'accusé.


L'Inquisiteur leva la main droite, et de minces fils d'énergie se tendirent vers moi.
Me tournant vers l'Equilibre, le moment venu... importe ce que cela pouvait signifier. Avais-je de la chance ? Il me faudrait des années pour comprendre que la bonté inattendue de l'Inquisiteur ne faisait que renforcer mon châtiment.


- Justice soit faite, le monde dût-il en périr.


Des bandelettes vinrent recouvrir mon corps poussiéreux, tandis que l'Inquisiteur disparaissait au travers d'un portail.
Un portail gris. Le tofu plongea son regard dans le mien, longuement. Et je disparaissais dans la pénombre pour me retrouver en Amakna. Nous étions en l'an 634.





[*une page est arrachée, cachée aux yeux du monde dans une bibliothèque sans
nom*]





Le froid recouvrit mon corps. L'eau se fit solide. La glace me recouvrit totalement. Je n'avais jamais imaginé recourir au gel du temps sur moi-même. Mon état d'hibernation commençait. A mon réveil, le monde aura changé. A mon réveil, tous auront oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 16 Mai 2012 - 18:13

Le Temps ne semblait plus avoir aucune emprise sur un monde qui perdait ses couleurs. Partout, les temples brûlaient, et de leurs cendres naissaient des créatures difformes. Partout, les disciples reniaient leurs dieux pour sortir du chaos des doctrines obscènes. Brâkmar et Bonta étaient tombées dans les limbes de l'oubli. Et tandis que les dieux abandonnaient ce monde, grondait des profondeurs de terres qui n'étaient plus les miennes une créature qui ne devait pas exister. Les lourds secrets que renfermaient les Tablettes du Phoenix avaient été révélés...


Le monde reprit soudain ses couleurs alors que j'émergeais de ce rêve cauchemardesque. Le froid qui recouvrait mon corps se dissipa, mettant fin à mon état d'hibernation. "A mon réveil, le monde aura changé. A mon réveil, tous auront oublié." Combien d'années ont passé ? Une dizaine, une centaine peut être ? Le désir de savoir me rongea.



********************



Quelque part en Brâkmar, dans un sombre bureau, édifice de corruption et symbole de folie, deux tristes sir traitaient des récents événements avec la discrétion de ceux sur qui le voile opaque d'ignorance et de calamité qui entoure les plus simples esprits n'a aucun effet.
- La tournure que prend les événements ne me plaît pas du tout. Les choses sont en train de m'échapper.
- Les rumeurs diraient vrai ? MagnumUrgal serait vivant ? Vivant et de retour ?
- Cela ne fait plus aucun doute, Saltem. Nous nous devons de garder le monopole politique, sans quoi le contrôle de Brâkmar pourrait nous échapper définitivement.
- Que proposez-vous, Tessem ?

Ahm'Tessem laissa couler son regard vers l'édition hebdomadaire de La Vérité, un triste sourire aux lèvres. "L'espoir s'est embrasé". Sous cette inscription, le mage illusionniste Gralest avait enchanté une peinture d'Urgal, souriant à un djauliste encapuchonné pendu à une corde sur une place public.

- Urgal n'est qu'un pion utilisé par nos ennemis. Le danger n'est pas la présence d'Urgal, mais ce que les effets de masse en feront. Le danger n'est pas Urgal, mais la gazette La Vérité, l'Institut et... Mahl-Terrom.
- Cela ne change rien au problème.
- Au contraire, Saltem. Cela implique que la mort d'Urgal - de MagnumUrgal- ne résoudrait rien. Et si celui-ci venait à se montrer en public...

Un corbac se posa sur le bureau, entre les deux hommes, un parchemin accroché aux pattes. Ahm'Tessel déplia le message, un éclat de malveillance dans les yeux. D'un geste sec, il glissa le parchemin vers son interlocuteur qui le saisit, le regard incertain. Son visage s'illumina aussitôt. Le corbac s'envola, tourna dans le ciel ténébreux, puis disparut aux yeux du monde.



********************




C'était une catastrophe. Toute cette énergie dépensée, cette hibernation dans des rêves tortueux... tout ça pour cinq misérables années ! Mes détraqueurs n'avaient eu le temps d'oublier mes actes, les bons comme les mauvais.
C'était une catastrophe. Que faire ? Brâkmar n'était plus un lieu sûr. Mustam avait pris le pouvoir. Et l'Institut ne renaîtrait pas de ses cendres d'aussi tôt. Le Temps jouait contre moi. C'était une catastrophe.

Contacter Mi-Black. Contacter Mahl-Terrom. Contacter



[*les trois prochaines pages sont arrachées, conservées dans les bandelettes mêmes de MagnumUrgal. Tout porte à croire que celles-ci relataient la Quête de l'adepte de Xelor et les aventures de l'Institut de l'année 639 à 640*]





Extrait du journal de Mahl-Terrom :

"Urgal a été tourné vers l'équilibre. Jamais plus il ne se sentira chez lui dans une Brâkmar qu'il ne reconnait plus.
Jamais il n'embrassera les idéaux de Neutralité. Seul lui reste le Rushuisme. Le Rushuisme et le Temps.
Mais la Magie des Inquisiteurs n'est pas éternelle, et ne s'applique qu'à la personnalité qui définissait Urgal, pas à Urgal lui-même. Et sa personnalité change à une vitesse vertigineuse. Urgal se libérera bientôt de ses liens, et de ses choix dépendra beaucoup."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Ven 24 Aoû 2012 - 20:43

- ... lutterons sans relâche contre cette ignoble corruption qui n'a que trop gagné nos idéaux, nos traditions, notre cité. Le règne de l'Usurpateur s'achève. A l'aube, le Triumvirat sera libéré de ses fers. Nea Hïordek Sheltra !


La foule éclata en applaudissements tandis qu'Urgal baissait les bras, balayant l'arrière salle de la taverne du Chabrulé d'un regard pénétrant. Quelque chose n'allait pas. Leur présence ici ne pouvait être restée secrète. Mustam ne pouvait les laisser faire. Où étaient-ils ? La rédactrice de La Vérité lui décocha un sourire inquiet.
Et ce fut l'apocalypse.

La porte de la taverne implosa, déversant sur la foule une vague de flammes voraces. Une poutre chancela. La salle s'effondrait sur elle-même, refermant ses griffes sur un peuple apeuré, désarmé, désoeuvré.
Les Djaulistes achevaient une fois encore de protéger leur Brâkmar.
Achevaient une fois encore les survivants.


********************


- Cette esquisse de rébellion a été décapité. Un partie privé de ses têtes, un idéal moyen de dissuasion. Le monopole politique de la Pourpre nous est définitivement assuré.
- Urgal aura finalement su servir nos intérêts, nos informateurs avaient vu juste !
- Son corps a été retrouvé ?
- Évaporé.
- C'est inquiétant.
- Il y a pire. Il semblerait qu'il nous ai laissé quelque chose.
- Un parchemin ?
- Une nouvelle menace.


********************


La brise prit fin, laissant place à une froideur dénaturée.
Trois coups, vifs, précis, tintèrent dans une Astrub à peine éveillée. La porte s'entrouvrit sur une fine silhouette, aux lèvres de laquelle se dessina un sourire faussement intrigué. Ses yeux perçaient tout.

- Qui va là ?
- Celui qui n'a su accepter ce qu'il a échoué à changer.
- La neutralité ne coulera jamais dans tes veines, Magnum. Ta venue chez les mercenaires n'arrêtera pas ta chute ni ne défera tes liens, nain bleu ! Mon veto sera apposé demain.
- Elle saura me libérer j'en suis convaincu. Quant à ma neutralité, les djaulistes ont juré ma perte et la Blanche ne me connait que trop. Tu le sais, Lyanae.
- Le clan et moi-même n'avons rien à gagner à ta venue.

Le silence plana de longs instants. Les deux dignitaires se dévisageaient, deux vagues glaciales s'entrechoquant entre deux mondes. Les yeux et l'esprit de l'intemporelle vénérable s'élargirent, s'ouvrant à des souvenirs d'une curieuse conversation remontant à la veille. "Bien, écoute. Mes trois collaborateurs sont ta priorité dans ton monde; ils peuvent causer un désastre s'ils venaient à trouver le cadran, ou quoi que ce soit de la sorte." Elle avait effectivement quelque chose à y gagner : une réorientation d'Urgal à ses propres fins. Une chose qu'Urgal ignorait et lui permettait d'en demander plus encore. Lyanae poussa un profond soupir des plus formels. Le silence était révolu. Urgal avait à parler.

- L'entretien a été passé. Je viens cueillir une dernière perle de sagesse.
- Tu nous caches tes recherches, Magnum. Dévoile moi leur sujet, que je m'assure de tes bonnes intentions. Pour le bien du clan.


La porte s'ouvrit plus largement, invitant l'ancien brâkmarien à entrer dans un large sourire moqueur. Balayant les alentours du regard, Urgal abaissa la tête. Le vent avait reprit, offrant leurs paroles aux oreilles des impertinents. Ils n'avaient pas été seuls. Glissant sa main dans ses bandelettes, Urgal en tira une liasse de parchemins.

- Gardes-les. Cachés.


********************


"A toi qui lis mes lignes,
Il a pesé ton âme,
Vois, le temple à Sa gloire,
Rushu quitte ta Brâkmar"





Nea Hïordek Sheltra !



[Avec l'aimable autorisation et participation de Lyanae]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 30 Juil 2014 - 14:15

Mensonges ! Fables ! Ragots !


T'es-tu bien amusé à jouer avec mon nom, Mahl Terrom ?
Eh bien. Je vais t'offrir matière à continuer, dans ce cas.

MagnumUrgal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sogrol
Dark Vlad
avatar

Nombre de messages : 1165
Age : 19
Grade : Fantôme, Grand Maytre des Lags
Guilde : Ceux Qui Veillent
Date d'inscription : 28/03/2012

Personnage
Nom: Syleas Sog
Dieu: Eniripsa Eniripsa
Cercle de puissance:
160/200  (160/200)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 6 Aoû 2014 - 22:42

[HRP]

J'ai enfin eu le temps de lire ce fabuleux récit et je n'ai qu'une chose à taper du bout des doigts: Excellent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Ven 6 Mai 2016 - 12:13

[HRP]


Maisial 646, le vœu d'une fiche descriptive de nos personnages a été formulé : je la partage à l'éventuel lecteur qui passerait ici !


Nom : Urgal (véritable : de Guillemaut).
Prénom : Magnum (véritable : Urgal).
Naissance :  31/12/588 [soit 51 ans alors que je fixais cet âge, désormais 58 ans... quel coup de vieux]
Sexe : Homme.
Profession : Mercenaire du clan Nedora-Riem, érudit.

Taille : Osez mesurer, pour voir.
Couleur de cheveux : Absence de cheveux.
Couleur des yeux : Rouges.
Couleur de peau : Inconnue (en vérité : Magnum est poussière)

Familier : Eliôme.
Vêtements : Couleur pourpre-noir, sobres ou classieux selon les occasions. Son accoutrement n'est pas à l'image de la mode d'Amakna, mais vous rappelle bien plus un curieux mélange entre Brâkmar et le Xélorium.

Qualité : Expérience, Erudition, Maîtrise de la fuite, Maîtrise du Temps (non blessant).
Défauts : Magnum est sur une toute autre temporalité. Le temps défile, et avec lui le monde change. Les générations de nedoras se succèdent, les échos du passé résonnent, innombrables sont les morts. Au milieu de ce tumulte perpétuel, Magnum est.
Immuable, impassible, c'est ainsi qu'Urgal s'est voulu. Très littéralement, d'ailleurs... Ceux qui l'ont connu diraient qu'il a bien changé. Mais Magnum n'en dirait rien. Ce n'est pas qu'il garde son savoir secret, mais bien plutôt qu'il ne prendrait pas l'initiative de le partager au-delà des questions qui lui sont posées, et au-delà de ce qu'il souhaite révéler.


Passion : Magnum aime et déteste très peu de choses. A un stade, les émotions s'amenuisent et la flamme s'éteint. Il le sait. Son sourire n'est pas un signe de joie. C'est un combat contre la torpeur qui avance inexorablement en lui. Dans ce combat, il possède un seul atout. Magnum aime le jeu. Mais l'amour du jeu, pour un esprit comme celui de Magnum, c'est une danse sur le fil tendu entre l'humanité et la bête.
Il n'aime pas : Son destin.

Objectifs : La plupart des objectifs de Magnum sont derrière lui. Ses combats ont révélé le pire et le meilleur de lui. L'Institut de Brâkmar, l'Inquisition de Bonta, le Summens Time, son départ de Brâkmar, le Clan Nedora-Riem, Lyanae, le Cadran,... Magnum a mérité du repos.
Souhait à court/moyen terme : Vivre.
Souhait à long terme : Mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mer 24 Mai 2017 - 22:11

Que vous soyez nedora, brâkmarien, bontarien,
Amis ou ennemis, 
Je vous remercie pour ces moments,

Vous avez donné corps à vos rêves, et avez fait vivre ce corps,
Offrant ainsi à mes yeux fatigués le plus beau des spectacles,
La plus belle des joies,

C'est sans aucun regret que je pousse mon dernier soupir,
Un cache oreilles sur le cœur,
Je retourne à la poussière,

MagnumUrgal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnumUrgal
Prespic
avatar

Nombre de messages : 393
Age : 23
Grade : Nedora
Date d'inscription : 27/11/2009

Personnage
Nom:
Dieu: Xelor Xelor
Cercle de puissance:
1/1  (1/1)

MessageSujet: Re: MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre   Mar 15 Aoû 2017 - 18:56

Secrets & Fragments de vérité


Sur la base des Fiches découvertes de Theochaos, j'apporte quelques réponses aux mystères qui gravitent autour de MagnumUrgal. Ces secrets peuvent ou non être connus de votre personnage, à vous de voir quels critères vous remplissez !

A travers le monde, il semblerait que de nombreuses personnes portent le nom d'Urgal. De nombreux ouvrages partagent cette signature, et tant de documents historiques en font mention. Si Magnum est un prénom, la famille Urgal de laquelle il doit fait parti compte apparemment de nombreuses et prestigieuses personnalités.

Urgal & Brâkmar:
 

Urgal & l'Alchimie:
 

Urgal & Xélor:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» Mael ? Ne revivez le passé que s’il vous sert à construire le futur.
» Schema camouflage petit buisson pour futur conversion
» Bignozz, un futur plus intelligent ? [lvl 16x ; Feu/Air]
» aerdala futur panda air sur hécate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque d'Amakna :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: