Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Documents volés] L'Ordre Pourpre

Aller en bas 
AuteurMessage
Xxx-negreval-xxX
Prespic
avatar

Nombre de messages : 310
Age : 23
Grade : 10 Brâkmarien
Guilde : Hawkeye
Date d'inscription : 06/05/2012

Personnage
Nom: Xxx-negreval-xxX
Dieu: Feca Feca
Cercle de puissance:
200/200  (200/200)

MessageSujet: [Documents volés] L'Ordre Pourpre    Dim 18 Oct 2015 - 23:25

*Un ensemble de parchemins, chiffonnés et à moitié calcinés, est retrouvé près de la maison du clan.
Le piteux état des documents permet néanmoins encore d'en lire quelques extraits:*


Brâkmar avant juinssidor 642
Auteur: Anonyme

Oto Mustam… tel est le nom de celui régnant désormais en maître et d’une main de fer sur la cité Sombre...
Le Triumvirat n’est plus. Renversés par Mustam, les trois anciens pontes Kalfen, Domen, et Ralgen furent jetés dans les plus profondes geôles de la cité pourpre, pour y croupir le restant de leurs jours. Trois brâkmariens bien trop discrets, n’étant jamais en accord les uns avec les autres, menant le Triumvirat à d'incessantes disputes qui ne pouvaient que nuire à Brâkmar. Toutefois, je ne sais si le nouveau régime est préférable…
Mustam ne mérite pas plus sa place que les trois anciennes têtes. Il n'a pas la moindre autorité politique et, pire encore, ne prête aucune attention aux anciennes traditions qui sont pourtant à la base de tout Brâkmar !
Tous les honneurs lui ont été injustement donnés, et en dépit de ses compétences militaires, il n’est rien de plus qu’un recruteur… « Celui qui recrute n'importe qui »…
Il n'est pas rare de rencontrer des brâkmariens sans foi ni loi, des sauvages qui souillent notre image, des incultes allant parfois même jusqu'à ignorer l'existence de Rushu et l'histoire de notre ville. Ces larves n'éprouvent plus aucun respect pour les politiciens, ni pour nos différents cultes.
Égoïste, avide, impulsif et impitoyable, Mustam se moque éperdument de la qualité de son recrutement. Du moment qu’il ait la main mise sur eux, et qu'ils fassent de parfaits petits soldats obéissant, cela est dans son intérêt.
Si tous les autres partis politiques vivent, ou vivent encore… ce n'est que parce qu'il les tolère et qu’il peut encore en soutirer un avantage quelconque.

Voilà maintenant plus de deux ans que Brâkmar essuie défaites sur défaites concernant le contrôle des territoires du monde des Douze. Sa sphère d’influence ne cesse de diminuer, chacun de ses assauts sont repoussés, et pire encore, si le rythme se maintient, les armées bontariennes seront bientôt aux portes de notre cité.
A qui la faute me direz-vous ? A "maître" Mustam ? En aucune manière je ne me permettrais de critiquer ses stratégies militaires. S’il y a bien un domaine dans lequel il excelle, c’est celui-ci -et sans doute la torture aussi-. Toutefois, aussi irréfutables que puissent être ses stratégies, ses exécutants le sont beaucoup moins… Ces larves de nouvelles recrues, faibles et ignorantes, gangrènent notre milice, et la pourrissent de l’intérieur.
Mustam n’est pas sans l’ignorer, mais ne cherche pas à y remédier, car cela lui permet
au contraire de garder un contrôle total sur eux, et sur Brâkmar.

Toutes fois, si tout cela était dans son intérêt jusqu’à présent, les incessantes défaites qu’essuie la Pourpre, sont sujettes à de nombreuses interrogation sur son avenir. Certains parlent déjà de victoire de Bonta, de fin de l’ère Rushuiste, d’éradication du mal… mais comment ne pas être perplexe devant une milice rongée d’incapables issus d’un recrutement à tout va et n’arrivant plus aussi efficacement qu'avant à repousser les interminables assauts ennemis ?
Les deux autres grands ordres de la cité, celui d’Hécate et de Brumaire, se referment de plus en plus sur eux même, agissant dans l’ombre et chacun de leurs coté, laissant la milice de Mustam seule, comme unique rempart face à l’invasion Bontarienne.
Dès lors, il apparait donc dans l’intérêt de Mustam que de changer l’ordre établi, qui sinon ne ferait que mener vers une triste fin la cité pourpre…



An 603: Aux prémices de la Confrérie
Auteur: A moitié effacé, il est seulement possible de lire "..Archiviste de l'Ordre Pourpre

Fondée peu de temps après le dégel des cités, la Confrérie Pourpre était au commencement un mouvement clandestin de Brâkmariens issus de tous ordres, recrutés pour leurs compétences dans divers domaines (Espionnage, culture, étude des textes anciens, combat, politique etc…) agissant dans l’ombre, afin de rétablir la grandeur de Brâkmar, et remettre à l’ordre du jour les anciens préceptes, cultes et traditions de la sombre cité pourpre, se perdant de jour en jour…
Messes noirs, enseignements clandestins, actions secrètes, propagande, assassinats, espionnage … telles sont les activités que nous avons pratiqué durant près de 30 ans, dans l’ombre des recoins les plus sombres et inconnus de Brâkmar.
Nous sommes partout. Connaissons tous les passages secrets de la cité, et sans même que vous ne vous en doutiez, vous êtes sans cesse espionnés par nos adeptes.
N’avez-vous donc jamais remarqué un petit œil vous épiant à travers la mince fente d'un mur ?… senti une présence invisible dans votre pièce… ou un petit courant d’air glacial pour le moins inhabituel ?
Pourtant… cela ne suffit plus. Les actions de l’ex Triumvirat et de Mustam n’ont fait qu’éloigner la cité de ses véritables origines, et malheureusement, dans l’ombre, notre champ d’action est limité. En l'état, il nous ne nous est impossible de réparer constamment toutes leurs erreurs et les dégâts que provoquent leur politique de recrutement intempestives.
Il était grand temps de faire changer les choses. Il était grand temps pour nous de nous faire connaître.



L’éveil des Pourpres
Auteur: Ephystemia, Mage de l'Ordre Poupre

An 634. Après plus de 30 ans passés dans l’ombre, la confrérie avait acquis une influence sans pareil dans Brâkmar. Il n’était désormais plus possible de dissimuler son existence.

Le coup d’état d’Oto Mustam était l’occasion que nous attendions avec impatience.
Selon les archives, celui-ci aurait sans peine, avec l’aide d’une troupe de sa milice, prit d’assaut la grande tour de Brâkmar, et la salle du trône où siégeaient les trois pontes.
Mais l’histoire ne dit pas tout. Pensez-vous vraiment qu’il soit possible d’infiltrer la grande tour avec tout un bataillon d’Hommes, dévaler les couloirs avec ceux-ci, tuer les gardes intérieurs un peu rop bruyant et monter jusqu’à la grande salle, tout cela dans le plus grand silence et sans que personne ne s’en aperçoivent ? Sans que les trois dirigeants ne se soient doutés de quelque chose et n’aient prit la fuite dans un des nombreux passages secrets de la grande tour, bien avant que notre Chef des armées et ses hommes n’arrivent ne serait-ce qu'à mi-hauteur de la tour ?
Hahaha, que vous êtes naïf…
Maître Mustam s’attribue injustement tous les mérites de cette opération, mais pourtant cette nuit-là, les choses ne se sont pas tout à fait passées comme les registres l’indiquent.

La Confrérie savait depuis longtemps qu'il préparait un mauvais coup envers le Triumvirat. Et à vrai dire, elle n’était pas totalement opposée à cela. L’immobilisme de ce conseil ne mènerait à rien de bon, et il était devenu inéluctable de devoir le faire tomber, d’une façon, ou d’une autre...
La seule incertitude restait encore la date, mais dès que nos espions eurent vent du jour et de l’heure, nous mirent tout en œuvre pour que les sombres desseins de Mustam aboutissent sans encombre.
Nos plus infaillibles et fidèles adeptes avaient été mis sur le coup, afin de faciliter la montée silencieuse du général des armées, et empêcher toutes fuites éventuelles des trois Pontes.
Oto Mustam ne put bien évidemment pas atteindre le sommet de la tour sans que l’un des Espions de Ledrob Terceséc n’informe les membres du Triumvirat de ses intentions. Mais ces derniers se retrouvèrent coincés dans leur tant aimée salle des trônes, de laquelle la confrérie s’était arrangée pour condamner ou bloquer temporairement tous échappatoires. Ainsi, Mustam n’eut plus qu’à cueillir les trois incapables, servis sur un plateau d’argent.  

Voilà donc la véritable histoire de cette nuit-là, et la première fois que la confrérie Pourpre signait l'une de ses œuvres…



L’Ordre Pourpre
Auteur: Ephystemia, Mage de l'Ordre Poupre

A partir de ce jour, de plus en plus de nos actions furent signées ou revendiquées. Brâkmar toute entière devait savoir que nous existions.
Au fil des années notre influence ne cessa de croitre, nos adeptes devinrent de plus en plus nombreux, nos actions se multiplièrent, et nos sympathisants affluaient.
Nous faisions toutes fois preuve d'une extrême prudence et portions une attention toutes particulières aux répercussions de nos actions menées. Nous savions qu’à tout moment, Maître Mustam aurait pu décider de nous dissoudre ou nous tuer si cela lui chantait, et il fallait donc s'assurer les bonnes grâces de celui-ci en ne faisant rien qui pouvait de près ou de loin nuire à son autorité ou contrarier ses desseins.


An 640
Auteur: Anonyme
Brâkmar se faisait de plus en plus malmener par les forces bontariennes. Chaque jour nous perdions un peu plus de territoires. Les conséquences des politiques de recrutement trop laxistes de Mustam commençaient gravement à se faire ressentir…
Ironiquement, plus la cité allait mal, mieux notre confrérie se portait. De plus en plus de brâkmariens commençaient à douter de d'Oto Mustam -pas ouvertement bien sûr...- et rejoignaient nos idéaux et notre cause. Ce dernier se doutait bien que nous n’étions pas en accord avec sa vision des choses, toutefois, il était maintenant trop tard pour dissoudre la confrérie, devenue une organisation bien trop influente avec le temps, sous peine de voir son autorité déjà sensiblement affaiblie, largement remise en cause. Il ne voudrait pas donner un prétexte pour une révolution.
Nous étions devenus l’une des organisations parmi les plus influentes au sein de la cité Sombre... Nous étions devenus l’Ordre Pourpre.


L'ascension  
Auteur: le mauvais état du parchemin ne permet par de le connaitre

Il devenait dès lors très difficile pour Mustam de nous dissoudre sans provoquer de mouvement de révolte au sein de la cité. Et même si son règne de la terreur materait probablement en peu de temps
les dissidents, ce serait autant de temps perdu et de forces inutilement dépensées dont les armées de Bonta sauraient immédiatement profiter. Il n'est pas dans l'intérêt de Mustam de fragiliser la cité, et plutôt que de songer à comment mater ce nouveau mouvement qui n'avait jusque là jamais été une gêne, la meilleure solution serait plutôt de le prendre sous son aile et d'en tirer profit.
Une nouvelle ère commence pour L’Ordre Pourpre et ses membres
nommés les Oridriens.


« Origine » Le livre sacré
Auteur: Alya Aenor, grand inquisitrice de l'Ordre Pourpre
Malsoir à toi nouveau venu.

Peut-être, inculte que tu es, tu ne le connais pas encore, mais voici Origine.
Tu retrouveras dans  la tour et dans nos quartiers, de nombreux textes issus de cet ouvrage, et pour cause, il s’agit là de notre livre sacré, contenant la sainte parole de l’Ordre.

Composé en plusieurs grands chapitres, chacun traitant de savoirs essentiels pour tout bon Brâkmarien et Oridrien cultivé, il retrace l’histoire de la cité Pourpre depuis ses origines, mais également celle de ses différents cultes, traditions, valeurs, et idéaux.
Mais que serait Origine s’il ne parlait pas également de nous… de notre mouvement, de nos propres idéaux, de notre fondations et de notre histoire… En ce sens, il est donc l’ouvrage incontournable pour tout bon Oridrien, ou partisan de nos idéaux, et se devra d’être présent sur vos tables de chevet.

Car en effet, même si l’original Origine, contenant tous les textes les plus secrets, est précieusement détenu et caché par les hauts dirigeants, nous distribuons de nombreuses copies, plus ou moins allégées à nos adeptes, afin qu’ils puissent l’étudier et s’éclairer de son savoir.

A ce jour, nous distinguerons trois niveaux d’édition d’Origine.
La plus courante étant l’édition classique, allégée, distribuée aux partisans de nos idéaux lors des messes noires, ou à nos membres.
Les hauts gradés de l’Ordre (Inquisiteurs, Maître d’Armes ou plus) se verront quant à eux en possession d’une version plus complète, contenant des passages se devant de rester à l’abri des regards indiscrets, ainsi que de nombreuses formules occultes ou rituels de cérémonies.
Enfin, l’unique, le seul, l’original Origine, est entre les mains des trois hauts dirigeants en un endroit dont eux seuls ont connaissance et accès. Ils sont ainsi les seuls à détenir l’entier savoir absolu d’Origine, ainsi que tous ses plus noirs secrets...
Je pense vous en avoir assez dit sur Origine, notre guide.


Puisse sa sainte parole guider vos pas et illuminer votre esprit.




L’édit de Vhel

« En ce 25 Juinssidor 643, l’Edit de Vhel est promulgué, sur la base des accords établis par le Traité des Six, ratifié quelques semaines auparavant par les six grands états du monde des Douze.
Les représentants des états qui ont apposé leur signature sont :
- Danathor, intendant et représentant du Grand Conseil de Bonta, et Amayiro, chez de la milice de celui-ci.
- Oto Mustam, représentant de lui-même et maître de Brâkmar
- Le Grandapan, chef mystique de l’île de Pandala
- Viktorie Penk, représentant du Conseil de la Mer de Sufokia
- Le Captaine Ardier, conseiller municipal de la Bourgade, Capitale de l’île de Frigost
- Makia Vhel, représentante de Sa Majesté le roi Allister, souverain d’Amakna.
»

Auteur: Adroriax, Guerrier de l'Ordre Pourpre
Il est sans doute encore trop tôt pour dire si la ratification de ce fameux édit s’avèrera être, comme initialement souhaité par Mustam, une aubaine pour la Pourpre, ou bien si elle n’est juste que le résultat fâcheux et contraint, suscité par ses politiques de recrutement intempestives depuis toutes ses années... Mais ce qui est fait est fait dira-t-on, et il est vrai que certaines guildes Brâkmariennes devenaient de plus en plus incontrôlables ces derniers temps. En offrant à ces idiots, incultes et fanatiques, la possibilité de brandir leur propre bannière, cela devrait indéniablement leur permettre d’assouvir leur soif de pouvoir, et laisser ainsi la Pourpre respirer un peu mieux.
Moins de ces ignares Djaulistes dans l’enceinte de la Cité arrange bien entendu les affaires de l’Ordre, mais nous ne comptons pas non plus nous en contenter et rester en marge des nouvelles possibilités qu’offre cet édit. Ainsi, sous le commandement du Maître d’Ames Eris Tauph, une partie de notre branche militaire est désormais placée sous l’effigie d’un Blason de guilde associé à l’Ordre Pourpre, et consacrée au temple des Guildes d’Amakna. Par là même, les actes effectués par cette guilde n’engagent la responsabilité que de celle-ci et de son Meneur. Le reste de l’Ordre Pourpre de Brâkmar ainsi que ses dirigeants ne peuvent juridiquement pas être inquiétés ou tenus pour responsables de quelconques actes qui ne seraient pas en accord avec le susdit traité des Guildes, ou plus important encore celui de Vhel.
A la tête d’une alliance Brâkmarienne  composée de nombreux autres mouvement ou instances de la cité Sombre, les enjeux poursuivis par cette nouvelle guilde sont multiples. Pouvoir, et en toute légalité,  désormais annexer certains territoires clés pour en contrôler les points de passages, les transports et les ressources étant bien sûr l’un des principaux. A cela s’ajoute évidemment l’expansion de la sphère d’influence de l’Ordre ainsi que celle de la sainte parole d’Origine, le contrôle de l’information, l’enrôlement de nouveaux adeptes, les diverses facilités pour de quelconques trafiques ou la recherches de reliques anciennes…
Néanmoins, l’Ordre diffère grandement des idées reçues sur les ressortissants de Brâkmar, que peuvent avoir,  bon nombre d’habitants des contrées bien tranquilles d’Amakna. Bien plus civilisés que ces brutes Djaulistes, et bien moins avides de taxes que ces cupides Bontariens, nous offrons sur les territoires annexés, une paix durable et la moins oppressante possible. Nous protégeons les habitants d’une éventuelle annexion par une autre alliance Brâkmarienne moins complaisante, et préservons leurs économies. Qu’avons-nous à y gagner ? Tout voyons. Redorer le blason de la Pourpre et rétablir son estime auprès des populations fait partie des objectifs de l’Ordre. Mais derrière cela se cache bien sûr le meilleur moyen d’arriver à nos fins exposées plus haut. La Sainte Parole d’Origine se diffuse partout où nous passons… et plus grande sera son expansion, plus grand sera notre pouvoir.



-------- Rapport d'espionnage N°685 --------
---- Commanditaire: L'ordre du Cœur Vaillant ----

Prénom : Negreval
Nom : Drakiria
Age : 36 ans
Fonction actuelle : Haut Dirigeant de l’Ordre Pourpre
Né en : juinssidor, an 609.
Information sur les parents :
Mère : Adria, décédée. [Aucune autre information]
Morte en Juinssidor 609.
Père : Norus
Nom : Drakiria
Co-fondateurs de la Confrérie Pourpre. Aussi inconnu qu’il fût, il était pourtant l’un des plus éminents alchimistes de Brâkmar. Agissant dans l’ombre, il consacra sa vie à l’alchimie et aux sciences occultes. Qui sait jusqu’où ses expériences l’ont mené…
Mort en Martalo 609. Officiellement : tué dans un coupe gorge dans une sombre ruelle de Brâkmar. Officieusement : Mort des suites fâcheuses de l’une de ses expériences.

Informations sur le passé de Negreval :
Recueillit durant ses 8 premières années par une famille adoptive, il dût très vite apprendre à se débrouiller sans l’aide de personne, suite au décès de ceux-ci. A survécu seul dans les Landes noires durant 4 ans semble-t-il. Intègre officiellement à 14 ans les rangs de la milice de la Cité Pourpre, où il servit aveuglément les forces armées de Brâkmar pendant près de 3ans, avant  d’être enrôlé dans l’un des mystérieux Culte de Rushu, sous l’enseignement malveillant de son mentor Krougal, et du Maître Razalgar.
A l’issue d’une année passée en leur sein, il intégra ensuite la Confrérie Pourpre, une petite organisation grandissante de l’époque, devenue maintenant l’Ordre Pourpre que nous connaissons.

Informations sur sa personne :
Mystérieux, froid, dangereux, avide, sanguinaire, calculateur, imbu de sa personne, c‘est donc un très bon ami en perspective.
Enclin à de violentes démences, son esprit semble perverti et torturé par de noirs démons datant de son passés dans les Landes Noires. Cette certaine instabilité mentale peut donner lieu à d’imprévisibles coups de folies et autres pulsions, forte heureusement réfrénés de part des mixtures concoctées par ses soins.
Comme si cela ne suffisait pas, il semble souffrir d’une étrange forme de schizophrénie mettant en exergue l’esprit et la mémoire de son défunt Père. Volontairement non soignée, il semble se complaire dans cette forme de folie lui permettant selon des rumeurs de se voir transmettre la connaissance et le savoir des expériences accumulées par les générations précédentes de Drakiria. Il n’est pas étonnant de le voir se perdre régulièrement dans ses pensées.

Information sur ses activités :
Haut dirigeant de l’Ordre Pourpre, ses activités vont en conséquence de sa fonction. Toutes fois, il est obsédé par la quête de pouvoir, et l’exploration de nouveaux domaines de connaissance et de science occultes. Comme tout bon Drakiria, il continue les travaux de ses ancêtres, et est à son tour devenu un éminent alchimiste, agissant dans l’ombre des nombreux repères de sa famille, disséminés un peu partout à l’abri des regards, au sein de Brâkmar et de ses alentours.

Information sur ses pouvoirs et aptitudes :
Maître des Ombres, ses pouvoirs de camouflage et de téléportation sont redoutables.
Combattant aguerrit, il se bat généralement à l’épée –Une longue lame noire ornée de pics et de plumes similaires à ceux du Maître Corbac- et possède un panel plutôt conséquent de techniques de combat. Adeptes de l’alchimie, il a plus d’un maléfice dans sa bourse. Équipements empoisonnés, potions en tout genre, sciences occultes etc… Il semble tirer bien plus de sa puissance des pouvoirs de l’Ombre et des secrets d’Origine que de la Déesse Feca en elle même, qu’il est pourtant sensé prier.
Il mène également de nombreuses expériences sur son propre corps, mais il est malheureusement impossible d’en déterminer plus à ce sujet.

-------- Fin du rapport --------


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Documents volés] L'Ordre Pourpre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charte de l'Ordre du Mérite
» [Ordre de Mérite] Poitou
» [Ordre de Mérite] Normandie
» [Ordre de Mérite] Armagnac et Comminges
» [Commanderie] Marimont Les Benestroff - Ordre de Santiago

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: