Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Varkhan
Tofu
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 23
Grade : Nédora
Guilde : --Born To Be Wild--
Date d'inscription : 03/10/2009

Personnage
Nom: Varkhan
Dieu: Osamodas Osamodas
Cercle de puissance:
139/200  (139/200)

MessageSujet: Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]   Dim 17 Jan 2010 - 21:48

Dark like snow

[En Pause !]

Prélude:

Il existe une autre version à cette histoire, sa suite, car celle ci est le début de tout ... Ces écrits sont quelque part dans la vaste bibliothèque que l'on a surnommé "Toile" ... Bibliothèque que seuls les plus curieux réussiront à consulter ...

Playlist: Varkhan's Theme


Varkhan était adossé contre le mur d'une sombre pièce illuminée à la seule lueur d'une minuscule bougie. Les flammes éclairaient ses cheveux blancs comme neige, emmêlés et coiffés négligemment. Ses yeux d'un pourpre inhabituel, tendant vers le violet, regardaient une cicatrice circulaire sur son avant bras droit. Une blessure étrange, traçant un cercle enchevêtrer de trait fin, qui semble avoir été fait avec une lame puis chauffé douloureusement. Le jeune homme se releva, se dirigea d'un pas lent vers une fenêtre proche puis contempla un paysage enneigé.

La neige est blanche, à la fois éphémère et éternelle. Elle se dresse partout où elle le désir, elle se laisse emporté par le vent en des destinations inconnues. Rien ne l'arrête si ce n'est elle même, son flot peut être continue ou au contraire variable, sa proportion est tout aussi changeante, de la simple chute de neige à la terrible avalanche. La neige est synonyme de pureté, d'innocence ...
Mais pourquoi la neige est blanche ?
Mais pourquoi la neige est elle belle ?
La neige est blanche parce qu'elle a oublié sa véritable couleur, elle est belle car quelque soit la manière dont on l'observe, elle reste pure de toutes émotions ...
Cette neige, c'est l'innocence, la simplicité et l'enfance. On dit d'un enfant qu'il a le cœur pur, et je le pense aussi ... Mais qu'adviendra t-il de lui si il oublie cette pureté ? Si quelqu'un lui enlève tout ce qu'il a de plus innocent ?
Dîtes à un enfant que le soleil n'existe pas, ne lui montrer pas la lueur du jour, et celui ci évoluera dans les ténèbres les plus absolues ... Mais même si vous retirez toute joie à cet enfant, jamais vous ne pourrez empêcher un sourire innocent se dessiner sur son visage ...


Chapitre I: La contradiction, l'esprit et l'innocence.
Suite: En cours
Correction/Amélioration: En cours

(Je demanderai peut être une légère touche d'indulgence, c'est la première écriture de ce background donc sans relecture approfondie ni "embellissement" ^^)



Un claquement de fouet se fit entendre, un second, puis un cri ... Une voix puissante et sévère s'éleva de la pièce, traversant murs et couloirs, crachant des paroles plus cruelles les unes que des autres.

- Décidément tu ne comprend rien à rien !!

Un homme immense, robuste, dont les nombreuses cicatrices témoignaient des batailles qu'il avait vécu, abattit une nouvelle fois son fouet sur l'enfant qui se tenait devant lui ... L'enfant ne devait pas avoir plus de 8 ans, il se tenait recroquevillé sur lui même, les mains devant le visage dans une tentative vaine de défense ... Une nouvelle trace écarlate apparut sur son dos nu déjà recouvert de nombreuses cicatrices, une douleur atroce parcourait son corps mais la lueur dans ses yeux ne s'atténuait en rien. Des yeux d'un violet foncé dont les pupilles dansaient tel des flammes, une couleur de colère et de haine qui emplissait ses yeux, cette couleur là que Naléandre désirait voir chez les enfants. Naléandre attrapa le petit enfant par le coup, le tenant fermement dans sa main.

- Tu sais dans quel monde tu vis ... N'oublie jamais que dehors est bien pire, nous n'avons que faire des faibles dans ton genre, tu finira mort si tu continue ... N'oublie jamais où est ta place, ose encore t'adresser à moi comme tu l'as fait et je te trancherais la langue sur le champ ! lui siffla-t-il aux oreilles.

Il jeta l'enfant de l'autre côté de la pièce sombre, remit son fouet à sa ceinture et quitta la pièce en prenant soin de lancer un dernier regard empoisonné au gamin avant de partir. Varkhan demeura dans l'obscurité de la pièce un long moment, son dos le brulait et des larmes coulaient sur son visage. Autour de lui il n'y avait ni fenêtre ni lumière, une petite salle vide plongé dans la noirceur absolue qui ne comportait qu'une unique porte ...

Les ténèbres, c'était là où marchait les enfants de cet "orphelinat", des ténèbres emprisonnant leur sens et leur esprit, affutant leur perception et aiguisant leur rage. Ce lieu aurait tout aussi bien pu être l'enfer, un "orphelinat" qui recherchait des enfants et les conditionnait dés leur plus jeune âge. Ces enfants n'avaient pas de famille, ne l'avaient jamais connu, n'en connaitrons jamais, ils n'étaient destinés qu'à devenir des armes. Éduqués pour devenir des assassins au service d'Amakna tandis que la guerre des Cités fait rage. Des enfants qui n'étaient pas élevés mais endoctrinés, apprenant le langage et une maîtrise parfaite de leurs mouvements, devenant plus agiles que des fauves. Éduqués à des préceptes les vouant au combat, à ne ressentir aucun sentiment si ce n'est la colère, la haine ou la fureur, par des instructeurs qui avaient à leur charge plusieurs enfants. Ceux ci ne voyaient jamais la lueur du soleil, enfermés dans cet "orphelinat" où la lumière se faisait rare, encore une fois dans le but de les faire vivres dans l'obscurité, habituer leur vue, affûter leur ouïe, les rendre plus silencieux que la mort et tout aussi dangereux. L'Ordre ... c'est ainsi qu'était appelée cette organisation secrète ...

Varkhan se releva douloureusement, titubant, il n'eut cependant aucun mal à trouver sa veste et la revêtit avant de quitter la pièce sans un bruit. Il arpenta les couloirs sombres, illuminés par d'insignifiantes bougies tout les 15 pas. Le couloir semblait sans fin avant que l'enfant ne tourne et ouvrit une porte, qu'une personne normale n'aurait certainement pas vu, débouchant sur une grande pièce avec un peu plus de lumière dans laquelle se dressaient de nombreuses tables et tabourets. Il y avait d'autres enfants qui mangeaient dans un silence total, ils étaient séparés de plusieurs tables, n'échangeaient aucun mot. Le jeune Varkhan se dirigea vers un comptoir où on lui servit son repas, s'installa à une table éloigné. Les enfants ne discutaient pas, ne se connaissaient pas, mais pourtant se réconfortaient de leur présence. Sous la surveillance des maîtres ils ne pouvaient communiquer, mais ils se sentaient tout de même moins seuls pendant ces courtes périodes, ce que leurs instructeurs ne pouvaient leur enlever ...

Varkhan passait son temps libre là où il pouvait être seul et se retrouver avec lui même, dans ses quartiers, une petite chambre muni d'un simple lit en bois, éclairé par une bougie magique qui luisait pendant une demi-journée et restait éteinte l'autre moitié durant. Des heures s'écoulaient indéfiniment, entre ces murs qui symbolisaient un cauchemar ... Le temps ne semblait plus être le même et le seul moyen permettant d'en avoir encore une notion était de regarder l'état des bougies et de la cire qui s'en écoule, bougies changés par les enfants durant leurs corvées.
Le conditionnement, qui réduisait l'esprit et le cœur de ces enfants à néant, déchirait leur âme, était le moyen parfait de les changer en soldats, des corps vides obéissants aveuglément aux ordres ... C'était ce qu'on leur inculquait alors qu'ils ne savaient à peine parler ... Un enfant qui ne connait ni joie ni tendresse, c'est un enfant qui perd cette lueur de pureté dans ses yeux ...

- Le monde extérieur est ... horrible, empli de mensonges, de crimes et perversités en tout genre ... Au delà de ces murs, règnent guerres et complots ... Et dans le monde où nous vivons, le peuple subit ... et c'est pour rétablir l'équilibre que nous, L'Ordre, existons. Notre raison de vivre est de préserver un équilibre fragile, entre les différentes cités qui se livrent une bataille sans merci, et les autres qui en subissent les conséquences ... Nous sommes des guerriers, nées pour faire couler le sang des ennemis de la nation, pour maintenir ce que le peuple appelle "paix" ... Qu'en pense tu, Varkhan ? demanda le tuteur.

Naléandre se délectait de ses propres paroles, ses mensonges devenaient un délice une fois que les enfants s'en abreuvaient, devenant peu à peu les instruments de L'Ordre. Varkhan, qui avait droit aux mêmes discours des années durant, plongeait dans la manipulation et l'illusion.

- Ceux ... qui iront contre le cours de l'existence, mourront ... Ceux qui se mettront sur notre route, mourront ..., répondit-il faiblement.

- Garde en tête, que la société n'est bâti que sur un vulgaire mensonge ... Le peuple vit dans l'ignorance et dans la duperie, les dirigeants manipulent les gens pour parvenir à leur fin, le monde se ment pour vivre, leur vie même n'est qu'un mensonge après tout ... La société fonctionne ainsi ... Cependant une fois que l'on leur arrache la vie, on voit la vérité, celui du vainqueur ...

Le maître éclata d'un rire sadique qui se répercuta en un effrayant écho. Le cours dura encore de nombreuses heures dans cette pièce, seules les paroles de l'instructeur et le bruit strident de la craie sur le tableau rompait le silence apparent des lieux. Varkhan ne se contentait que de répondre aux questions qu'ils lui étaient posés, tandis que le cours interminable continuait, son esprit lui était ailleurs: Il se demandait à quoi pouvait bien ressembler le monde si affreux qu'on lui racontait, comment était la faune et la flore de dehors, mais surtout, comment étaient les gens qui peuplent le monde extérieur ... Il désirait voir cette vérité avec ses propres yeux, y faire face de lui même, sans se douter que le monde n'est pas forcément comme on le lui avait décrit ...

- A quoi ressemble le soleil ? Pourquoi restons nous à l'obscurité, maître ? demanda discrètement Varkhan.

Le cours sur les créatures de monde des Douzes venait de prendre fin, et Varkhan s'était permis une question sans autorisation ! Son instructeur pouvait tout aussi bien le châtié de son impertinence mais décida de répondre à la question, pour que les choses soient claires une bonne fois pour toute:

- Le soleil apporte la lumière en dehors ... Il fait briller chaque chose par la couleur, et cette couleur ci trompe les sens ... Les gens qui vivent à l'extérieur ne font que voir avec leurs yeux, ils ne savent pas percevoir autrement que par la vue, ils sont aveugles en croyant le contraire ... Nous vivons dans l'obscurité, nous habitons dans les sombres ténèbres, nous avons acquis un degré de perception bien plus élevé que ceux de l'extérieur ! Alors que eux, ont peur de l'obscurité ! assura Naléandre de son habituel ton tranchant.
- Pourquoi ont-ils peur ?
- Parce que dans les ténèbres tapissent les démons et les créatures de la nuit, ainsi que nous. Les humains ordinaires craignent de marcher sans lumière, ils trébuchent, ils ne sont que des bouftous dévorés si facilement par les mulous !

Le maître mit fin à la conversation et au cours, pourtant en quittant la salle il commençait à se demander si Varkhan pouvait réellement devenir un "Soldier". Il ressemblait beaucoup trop aux enfants ordinaires, trop curieux, trop perspicace et avait cette minuscule lueur d'innocence dans yeux ... Naléandre devait remédier à ce problème mineur avait qu'il ne prenne trop d'ampleur.
Quelques jours plus tard débutaient les cours martiaux, portés sur l'utilisation des armes et de la magie. Une étape importante pour ces enfants destinés à devenir des combattants. Maître et élève était au centre d'une grande pièce rectangulaire, avec de nombreuses cibles le long des murs. Une salle d'entrainement munies de quelques grandes bougies placés au plafond, illuminant les lieux d'une faible lumière rougeoyante. Assis en tailleur devant Naléandre, Varkhan écoutait attentivement les consignes de son instructeur.

- Pendant toutes les années à venir, tu apprendra à utiliser les armes, à perfectionner ta magie. Nous passeront beaucoup de temps dans cette salle et tu te familiarisera avec tes armes de prédilections et les techniques de combat, expliqua le maître.

Il se dirigea vers des râteliers d'arme bien garnis, il passa devant de nombreuses armes différentes les unes des autres, arcs, épées, bâtons, dagues et beaucoup d'autres mais s'arrêta devant le râtelier qui l'intéressait. Il prit deux marteaux d'entrainement en bois et en jeta un aux pieds de Varkhan. Il lui fit signe de le prendre et de se mettre face à lui.

- Tu es un disciple d'Osamodas, tout comme moi, le marteau est donc l'arme qui devrait te correspondre le mieux. Tu peux aussi utiliser le pouvoir qui circule partout autour de nous pour invoquer toutes sortes de créatures, cette magie je t'apprendrai à l'utiliser efficacement, si tu en es capable ...

Il leva la main sur le côté et fit apparaître instantanément dans un nuage de poussière une immense créature humanoïde en pierre, un craqueleur haut de plusieurs mètre et qui peut d'un simple coup abattre des rochers. L'élève regarda d'un air ébahit le craqueleur qui se tenait naturellement dans la pièce

- Osamodas nous donne la force de puiser les fils de magie pour invoquer des créatures du néant, plus la créature est puissante et plus il faut d'énergie pour l'invoquer mais également pour la contrôler. Ces créatures n'ont ... pas de volonté * il prit un plaisir intense cette idée * ce ne sont que des pantins qui n'obéissent qu'aux ordres de leur invocateur.

Naléandre fit disparaitre le craqueleur et mit son marteau face à son élève:

- En revanche il se pourrait que tu ne puisse te servir des tes invocations, soit parce que tu n'en a pas le temps soit parce que tu n'en a plus l'énergie, si l'adversaire est proche tu pourra le combattre au marteau.

Il se mit devant un mannequin d'entrainement et lui porta un coup léger à l'épaule. Le mannequin réagit en pivotant pour porter un coup extrêmement rapide à Naléandre qui le para aisément avec le manche de son marteau et abattit son arme sur le pantin qui se brisa de toute part sous l'attaque puissante de l'instructeur.

- Bien, maintenant tu va apprendre les bases et petit à petit tu deviendra un combattant à part entière ... du moins je l'espère pour toi ...


Dernière édition par Varkhan le Jeu 4 Fév 2010 - 16:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodfus.blog.jeuxvideo.com/
Varkhan
Tofu
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 23
Grade : Nédora
Guilde : --Born To Be Wild--
Date d'inscription : 03/10/2009

Personnage
Nom: Varkhan
Dieu: Osamodas Osamodas
Cercle de puissance:
139/200  (139/200)

MessageSujet: Re: Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]   Dim 17 Jan 2010 - 21:55

Chapitre II: /

Playlist: [En cours]

[Statut: A venir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodfus.blog.jeuxvideo.com/
Varkhan
Tofu
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 23
Grade : Nédora
Guilde : --Born To Be Wild--
Date d'inscription : 03/10/2009

Personnage
Nom: Varkhan
Dieu: Osamodas Osamodas
Cercle de puissance:
139/200  (139/200)

MessageSujet: Re: Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]   Dim 17 Jan 2010 - 21:56

Chapitre III: /

Playlist: [A venir]

[Statut: A venir]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodfus.blog.jeuxvideo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark like snow, Varkhan's story [En cours:Pause]
» Présentation dark link [en cours]
» [D&D - Pathfinder] The Treyz Dark Stories
» Dark Mechanicum
» Demande d'autorisation de suivre les cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque d'Amakna :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: