Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
CalendrierFAQAccueilRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

 

 [Mémoire d'un Gaucher]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
   Invité   


[Mémoire d'un Gaucher] Empty
MessageSujet: [Mémoire d'un Gaucher]   [Mémoire d'un Gaucher] EmptyMar 1 Sep 2009 - 20:07

Tiens voila mes effets personnels, Mon Clint et ma Clef, mes raisons ?
Je n'en ai pas, ça fait de moi un lâche ? Non je ne crois pas, je
n'abandonne pas le clan, j'abandonne juste le travail que j'ai fais pendant tous ce temps.

Combien de temps mes chères amis que je suis là, et oui six bons mois de loyaux services, avec des vacances de trois semaines
dont deux hors du clan. Je ne suis ni un obsédé du travail, ni un
artiste du bon travail, je suis un gaucher, ne l'oubliez pas mes
frères, je suis le mal dans tout ce qu'il y a de bon, je suis l'intrus dans ce monde, je suis maléfique, pourquoi ça ? Parce que
je suis un Artiste, un poète, un guerrier, je ne suis pas parfait et je
m'en vente, j'aime mes défauts et surtout, je suis gaucher !

Je suis le bonheur absolu, j'ai toujours eu ce que je voulais, grâce à quoi ? A moi-même, à mes convictions, à ma persévérance, Rushu tremble en me voyant parce qu'il sait que je n'ai pas peur de lui, Djaul se met à genou devant moi car je le terrasse, tous ses droitier, minable qu'ils sont, s'ils savaient combien j'ai peur, mais je ne le montre pas, tous à croire des légendes aussi vielles que les Nedora, pourtant plus j'avance dans la vie, plus j'y crois, mais moi je ne suis pas le mal, je suis un artiste, le combat et ma drogue, la poésie et mon extasie et les couleurs font mon bonheur. Je n'ai besoin
pour vivre qu'un peu d'amour et d'eau fraiche, je donne de l'amour mais
n'aime pas en recevoir, je préfère en faire cadeau qu'un cadeau me soit
fait. Sourire..... J'aime sourire, si vous saviez comment un sourire
pouvait rendre le bonheur aux autres, tous ça pourquoi ? Ecarter les lèvres montrer ses dents, faire voir qu'on est heureux. Qui à dit que le bonheur coutait chère !?

Toutes ses belles paroles, vous vous demandez de qui elles viennent ?

Mon prénom est Titanz, mon nom ? J'en ai pas besoin je suis déjà assez
unique comme ça. J'ai vite développé en moi la poésie et le romantisme,
mais j'ai également appris les armes et la guerre, à vrais dire je suis
née dans tous cela. Mes parents ? Deux artistes exemplaire, mais une guerre familiale permanente, mon
père était un disciple Osamodas pratiquant l'élevage comme personne ne
l'a jamais fait, il jouait avec ses dindes dansaient dans les enclos avec une main souple mais un bras d'acier imposant le respect et la droiture il était le meilleur. Ma mère ? Une disciple Eniripsa à la voix d'or, j'aurais tellement aimé
avoir la même voix, lorsque j'allais à ses concerts elle me faisait
rêver, un Diva sensuelle, élégante avec beaucoup de grâce dans ses
mouvements. Sauf que lorsqu'ils étaient dans la même maison, une guerre
sans pitié des coups des mots balancer, vulgaire et sans intérêts, tous ça pourquoi ? Pour rien évidemment....
Je n'ai compris que plus tard pourquoi ils restaient malgré tous ensemble, pour moi, n'avaient-il jamais compris que les voirent
se déchirait me faisait plus souffrir que ne pas les voir ensemble ?
N'avaient-ils jamais compris que seul leur bonheur me suffisait !? Et tous cela à détruit ma jeunesse ! C'est pourquoi je me suis enfuie seul équipé d'un chapeau feudala et d'une cape Houte, Seul avec juste ma main comme arme et ma plume de tofu royal comme poésie... Seul sans savoir qui je suis.
Et c'est là que j'ai appris à me battre. Qui à dit que les lueurs de la nuit étaient reposante pour tout le monde ? Mensonge !! Si je vous racontais les dizaines de nuits blanchse que je faisais pour rester en vie, armé d'une simple baguette et de ma puissance dans une tempête, les soirs ou l'hiver avait posé son voile, les nuits ou seul les monstres dormaient dehors, ne pas les voir, mais être obligé de les entendre, marché sans savoir ou aller, reculer jusqu'à taper un arbre sans s'avoir enfaîte que vous avez tapé un kanigrou qui dormait, deux de réveillé, tu ne les vois plus, tu as froids, tu trembles ne sachant pas si c'est de peur ou de froids, tu recules encore est encore, tournant la tête furtivement pour voir si quelqu'un est derrière toi, tu sens une aura s'approché de plus en plus vite, foncent droit sur toi ! Et tu cours, comme tu n'as jamais couru dévalent les plaines espérant que ton bruit réveilles quelques campeurs, mais tu te trompes, sans le savoir tu réveille d'autres monstres qui te voient qui sentent ta peur. Et la tu trouves enfin le repos, une grotte ! vide en plus l'endroit idéal pour les attaquer de front, de la lumière il faut de la lumière. C'est alors que tu t'aperçois que la seul chose qui t'as courue après c'était ta peur, les monstres se sont bien levé, ils t'ont vue, mais ne te voyant pas agressif il t'ont laissé, mais ta peur t'as envahie et lorsque tu t'en rends compte tu pleures, mais ce qui nous tue pas nous rends plus fort, et j'ai compris que la seul chose auquel nous avons peur, c'est de la peur elle-même.
C'est dans ses cas la que
tu t'aperçois que tu grandis, c'est lorsque tu commences à apprendre.
Et durant huit années j'ai appris à ne plus avoir peur pour être
invincible, après tous, qu'est-ce qui te rend faible ? Le peur, elle te dis
de faire attention, de ne pas aller dans certains endroits, elles
dictent tes mauvais pas, t'envoie de la rancune, mais sans elle ! Tu es
invincible ! Tu oses
regarder les autres plus méchants que violant, tu imposes le respect
aux plus roublard d'un seul geste tu fais trembler ceux qui disent être
des dures et à ce moment précis, tu deviens une machine de combat, plus personne n'osent t'affronter et les seuls pouvant te battre ne le savent pas qu'il ils te respectent mais ne t'aiment pas, tu te rends compte que personnes ne t'aiment ils ont juste peur de toi, alors tu te fais oublié, tu pleures, tu pleures.... Et tu te rends comptes que tu avais oublié ce que tu avais au plus profond de toi, l'amour, la poésie, ce qui fait chanté ton coeur d'un peux de bonheur et qui te fais oublié ta rancoeur, dans ton océan d'étoile tu imagine un instant banale que tu combles avec un voile argenté.... J'en veux juste un, oui juste un. Un moment comme celui la qui te fait revivre, il te fait sentir la joie, tu oublies tes erreurs, tu répares ce que tu as cassé et tu combines ça avec ta méchanceté. Tu peux dire que tu es un être divin !



Remarquer à faire sur mon Rp

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
   Invité   


[Mémoire d'un Gaucher] Empty
MessageSujet: Re: [Mémoire d'un Gaucher]   [Mémoire d'un Gaucher] EmptyMar 11 Mai 2010 - 17:20

Oh toi petit parchemin, comme tu as de la chance de pouvoir compter sur moi pour te faire remarquer, pour qu'on puisse voir ta beauté, pour qu'on te touche et qu'on frissonne... mais tous ce travail à être mis en forme, créer, poli ne sert à rien, car ce n'est pas toi qu'on regarde, se sont mes mots qui sont lus. C'est sur cette pensée dite philosophique que repose ma théorie sur notre espèce. La seul choses qui nous intéresse c'est nous; nous même et personne d'autre. Lorsque les gens prétendent qu'ils s'intéressent aux autres plus qu'a eux, c'est pour que les autres le remarque, à la fin, que fait-il de plus ? Il nous à écouté pendant une demie heure à ce faire chier mais des gens l'ont remarqué et le complimente... il a gagné. Quand les dieux nous ont crée nous simple petites races, ce n'étaient que pour les divertirent et se sentir grand car des millions d'individus sont à leurs pieds, sinon pourquoi serions-nous là ?

Je me suis intéressé une foi à une personne, parce qu'elle m'avait sauvé la vie, je l'ai admiré, la ou j'ai échoué elle a réussie, le comble de l'ironie, j'ai appris quelques semaines plus tard que la chose qui m'avait attaqué lui appartenait... elle avait gagné, je l'ai tué. Je suis un gaucher, l'être parfait, je n'aime pas être mené en bateau... c'est moi qui le mène ! Lorsque j'échoue, c'est que c'est un complot, lorsque je meurs... non je ne meurs jamais, je fais semblant pour surprendre.

Je suis plus un jeunot maintenant... enfin je crois, j'ai acquis de l'expérience durant tant d'années, ou j'ai réfléchie à mon sort, ou j'ai rie, j'ai pleuré, j'ai aimé, j'ai haï. Pour comprendre que je n'étais pas l'être parfait. Une personne parfaite n'est pas une personne qui a que des qualités, c'est une personnes qui à aussi tous les défauts ! La perfection que l'ont prêtant qu'elles soient... n'est que le regards des nôtres, porté sur les nôtres ! Un défaut dans un cas peut être une qualité et l'inverse marche aussi. Lorsque nous sommes déplaisant pour certain, nous sommes plaisant pour d'autres, lorsque nous sommes fort pour certains, nous sommes faibles pour d'autres c'est là que nous savons que nous sommes parfait, c'est quand on à tous pour nous, les bonnes choses, comme les mauvaises. Et c'est pour ça que la perfection n'existe pas.

On m'a souvent traité comme un faible, comme une merde, on m'a prit de haut car ils pouvaient se le permettre, je n'ai pas répliqué, mais sachez qu'un jour ou l'autre, ils comprendront que je me suis vengé, et la ils ne pourront plus répliquer. C'est n'est pas aux grades ou aux pouvoirs qu'on juge une personne, mais à la grandeur de sa gueule ! Je suis une grande gueule dans tous les sens du terme, qu'est-ce que je suis alors ?

Si un jour on me reproche mes paroles, alors c'est qu'ils ne les auront pas compris, car toutes mes paroles sont réfléchie. Elles flottent dans l'air comme une poésie, d'où elles touchent un point précis. La fierté.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mémoire d'un Gaucher]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide Mémoire 44
» Présentation de Tara
» C'est quoi des Go Ram ?
» maps memoire 44
» Pour mémoire : Avertissements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: