Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
CalendrierFAQAccueilRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

 

 Ragnarocknroll, le renié.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
   Ragnarocknroll   

Ragnarocknroll
Nombre de messages : 1
Age : 28
Date d'inscription : 16/01/2009
Ragnarocknroll, le renié. Empty
MessageSujet: Ragnarocknroll, le renié.   Ragnarocknroll, le renié. EmptyLun 19 Jan 2009 - 19:15

Les silhouettes sont floues ... j'ai du mal a distinguer les couleurs ...
"Qu'est ce qu'il se passe !!! Ragna mon vieux, t'as encore abusé d'la bière
de bwork !" me dis-je. Des masses vertes, pourpres, jaunâtres
s'enchainaient ... On aurait dit un clip des Beatles ... Soudain, une masse
rouge et blanche se distingua des autres couleurs ... Puis les autres couleurs
disparurent, et cette masse pris la forme d'un iop ... le Dieu Iop.

Il portait sur la tête un clint et une étrange épée grisâtre (que je n'avais jamais vu) ornait sa
ceinture. Tout à coup, Iop me frappa violemment au crâne.



"Hu hu !!! Où suis-je !!!"
J'entendis des éclats de rire. J'ouvris les yeux et aperçu les autres autour de moi.
"Les autres", c'est ainsi que j'appelle les membres de ma tribu. Je
suis fils d'Athanos, chef des Fracasse-nuques, une confrérie de iop chasseur de
Bwork. Mon géniteur était notamment réputé dans Amakna pour son aptitude à
créer des lames dévastatrices. Les Fracasse-Nuques s'adonnent a des batailles
sans fins contre Bworks.

Bravoure, adresse, bellicisme, inconséquence, puissance : Voilà les valeurs de mon clan !
... On n'peut pas en dire autant de moi... je suis le mouton noir de la tribu.



"Ragna toujours a rêvasser !", "bouge toi cervelle de piou, c'est l'heure
d'aller au front !", "Encore obligés de se traîner l'autre boulet"

Toujours la même rengaine. J'en ai marre moi d'aller m'battre pour me battre, c'est
stupide, a quoi ça rime de mener chaque jour de la même manière ? Ces primates
me fatiguent !

Les bworks tombaient les uns après les autres sous le poids de nos lames, mon père
leur transperçait la peau rien qu'en un regard. Leurs cadavres formaient une
montagne nauséabonde sur laquelle une silhouette élancée vint se dessiner.

"Le bworker ! C'est l'bworker s'écrièrent d'une seule voix les iops"
L'ennemi pointa du doigt mon père et traça une ligne horizontale le long de son propre
cou comme pour lui dire que sa fin était proche. Il s'élança à quelques pieds
de mon père pour le défier.


Un bref courrant d'air me glaça le sang, comme un signe précurseur du malheur.
"Non Papa ! Fuis! Ne rentre pas dans son jeu!"
Vlan ! Un "des autres" me fis goûter son poing pour me faire taire. Les
iop se mirent en cercle autour du Bwoker et d'Athanos à l'instar d'un ring de
combat d'trool. Mon père ivre de son sentiment de toute puissance et porté par
les chants de guerre des autres s'engagea tête baissée dans le duel. Mon père
frappa le premier avec violence, tandis que le roi gobelin esquivait son
attaque avec maestria. Pour faire simple, mon père frappait un peu partout sans
réfléchir dans l'espoir d'atteindre a un moment ou l'autre sa cible, mais le
Bworker je jouait de lui avec une facilité déconcertante. L'élégance dont il
faisait preuve pour éviter les assauts s'apparentaient a une danse hypnotique.



Mon père leva son bras au ciel, la foudre frappa son épée qui se chargea de colère
divine.

"Colère ! Colère ! Colère !" S'écrièrent l'autre bande d'abrutis finis.

Le temps que mon père s'exécute, le Bworker eut le temps de danser une macarena,
un Madison et de trouver le remède contre le cancer du col de l'utérus. Ainsi
l'épée de mon père s'enfonça dans le sol. Il asséna a mon père le coup de
grâce, puis repartit aussi vite qu'il était arrivé.

Mon père gisait sur le sol, le sang coulait de sa boîte crânienne.
"Dégagez bande de crétins, laissez moi passer ! Papa, Papa, dis quelque chose!"
"Rag ..na "
"Oui, continue !!! Tient le coup !"
"Ragna ... Tu es la plus grosse déception de ma vie ..."
Mon cœur s'arrêta quelques secondes, celui de mon père pour de bon... Sa griffe
rose resta sur le sol ... C'est la dernière chose qu'il me reste de lui.

La nuit fut longue ... très longue ... et cette phrase me revenait constamment en
tête et me hantait, bien plus que la mort de mon père en elle-même. A mon
réveil, les autres avaient disparu. Je devais m'y attendre, après tout ma
présence au sein du clan n'était due qu'à la couleur de mon sang. Ainsi, je
fuis le camps des bworks, non seulement il y régnait un froid d'coincoin, mais
en plus de ça les coins n'étaient pas sûrs.

Soudain, le Bworker apparut et en un éclair me mis a terre. "Un avorton sans
intérêt ... Occupez vous de lui !" le maître disparut et une horde de
bwork foncèrent dans ma direction.

Je sentis alors une rage incontrôlable m'envahir, je dégainai la rose de mon père
et la planta dans la chair du premier ennemi qui croisa mon chemin. Je frappai
la terre d’un coup de point avec une violence telle qu'ils tombèrent tous au
sol. Puis, pour la première fois, leva le poing au ciel, et déchargea sur eux
tout ma colère... pas un ne survécurent.

"Je … je l'ai fait ...!"
Et à se moment là je me dis ... que si Papa avait vu ça ...


Quelques lieux plus loin, une bataille avait lieu entre anges et démons. C'était un
affrontement des plus épiques ! Le tintement des lames contre les boucliers résonnait
dans l'air comme un sifflement épouvantable.

"Mais ... qu'est ce que c'est que ca?"
Des guerriers aux ailes mécaniques vinrent en aide aux anges qui perdaient alors la
face. L'un d'eux, sans doute leur meneur, portait un clint et faisait tournoyer
dans les airs un lame grisâtre. Leur élégance n'avait d'égale que leur valeur
au combat ! Au bout de quelques secondes ... les Brakmariens battirent en
retraite. Un étonnant phénomène se produisit, les anges offrirent aux
mystérieux guerriers une bourse de kamas. Les combattants disparurent aussi
vite qu'ils mirent en déroute leurs ennemis. Je m'approchai alors d'un des
séraphins "Excusez moi noble serviteur du bien, mais qui sont ces gens ?"

"Ce sont des mercenaires, les Nédoras-Riem, l'argent et la gloire dicte leurs
pas"

Tout devint alors limpide, l'apparition que j'eus quelques jours auparavant n'était
pas le fruit du hasard ... Mon destin était de les rejoindre et peut-être que
lorsque moi aussi je ferai tournoyer cette lame d'argent, mon père me regardera
de la haut et sera fier de son fils.



Ragnarocknroll, le renié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Invité   


Ragnarocknroll, le renié. Empty
MessageSujet: Re: Ragnarocknroll, le renié.   Ragnarocknroll, le renié. EmptyMar 20 Jan 2009 - 12:08

J'adore ton histoire, elle ma donné des frissons...
Bonne chance a tantot
Revenir en haut Aller en bas
 
Ragnarocknroll, le renié.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: