Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
CalendrierFAQAccueilRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Nombre de messages : 832
Guilde : L'Ordre des XII
Age : 22
Date d'inscription : 19/06/2016

Mercenaire
Nombre de contrats: Kira-Dura
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
MessageSujet: [Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]   Ven 26 Mai 2017 - 1:08


Premier Fragment retrouvé par Eruna, Adilhya, Latioss et Hiyoko suite à leur visite dans la bibliothèque d'Amakna :


Il est dis dans les légendes que des plus grandes épopées naissent les plus grands héros, vous découvrirez à travers ces lignes que l'histoire que nous allons vous compter n'est pas ce genre de récit. Elle n'est que le résumé d'une vie qui un jour par le plus grand des hasards embrassa l'aventurer à pleine lèvres, cruelle ironie du sort ? Ou destiné inexorable ? Vous le découvrirez par vous même...


Issu d'une banale famille d'alchimiste connu pour avoir inventé un bon nombre d'inventions farfelues dont le journal comestible il y'a fort longtemps, Ederas Elric fils d'Ivering le Brikoleure ne se doutait pas du fabuleux sort que les Dieux lui réservaient, ce simple rotturier d'un petit village dans les terres de la grande couronne n'aurait jamais pu y croire par ailleur, toute sa vie n'avait été qu'une gigantesque insulte à son égard disait-il. De naissance moyenne, doté d'un intellect moyen, il était l'incarnation de l'insatisfaction personnelle, sa corpulence moyenne ne le prédestinait pas à de grands travaux guerriers, quant à son alchimie nous diriez vous ? Elle était moyenne effectivement, le pauvre garçon n'avait jamais été premier en quoi que ce soit, qu'importe l'objet de ses désirs, qu'importe ce qu'il entreprenait, il trouvait inexorablement meilleur que lui.
La légende raconte même qu'il naquit lors de la deuxième pluie du printemps  et que lorsque vint pour lui l'heure de pousser son premier cris, un orage vint s'abattre contre un rocher pour en masquer les échos. 

S'il fallait retenir quelque chose d'Ederas, c'est qu'il n'était pas le plus doué, prenez garde, il n'était pas nul pour autant, il était de ces marginaux qui s'il avait été le plus ambitieux aurait probablement changé la face du monde, il trouvait que l'uniformisation des mœurs était en train de créer une société sans visage, que les traditions commençait à disparaître au profit de la banalité dont les mérites était sans cesse vanté.
Il fallait être le meilleur car c'est ce qui devait être fait, il fallait une geléevision dans chaque pièce car c'était ce qui devait être fait, et boire du Cocalane vous rendait cool, car c'était ce qui devait être fait. "Ai honte de ce que tu es car tu n'es pas comme nous" était une de ses phrases préférées qu'il aimait rabâcher d'un ton sarcastique à longueur de journée. Ainsi donc pour marquer les consciences dans un geste d'insoumission révolutionnaire, le jeune homme alors adolescent refusa de choisir l'un des Douze, une révolte qui sortait de l'ordinaire, même à notre époque, et qui aurait pu attirer l'attention sur lui, sur sa sagesse insoupçonnée, le premier à enfreindre une coutume ancestrale, ce choix aurait forcé la remise en question du collectif, si toutefois un enfant doté d'une terrible tare mentale  n'avait pas manifesté la même volonté devant le prêtre, le même jour, juste avant le fils Elric en soulignant:"Dieu prout dans moi pas faire poisson.. Y'a k'sa kadire.. Gato ?" Ironie du destin qui condamna Ederas à porter le surnom de "Deuxième idiot de village" jusqu'à son départ.

Les années passaient, enchaînant fiole d'argent et alambic de cuivre, le jeune alchimiste se mourrait intérieurement, le temps semblait s'écouler à un rythme effréné telle des rapides qui emportait avec elle les espoirs du jeune homme, nourrissant en amont sa rancœur envers ce monde aux allures de farce pour enfant, dix septs année et toujours pas de première place, dix septs années et toujours aucune victoire à son tableau, dix sept année d'amertume qui avait fini par rendre le souriant Ederas Elric totalement aigri, la sclère de ses yeux reflétait à présent l'avidité de ses ambitions: Arriver premier, goûter à la victoire ne serait-ce qu'une fois pour en connaitre ce doux parfum qu'il avait fini par idolâtrer bien plus que ce poster de Miss éprouvette caché sous son lit. Ainsi dans cette quête de reconnaissance prit il la décision de partir de son village natale pour le domaine du château d'Amakna, la milice affichait des ordres de mission chaque semaine à l'attention des mercenaires avait-il entendu dire, "La bas je jouirai enfin de la douce symphonie du succès". Après toute ces années d’humiliations, il lui fallait une quête à la hauteur de ses malheurs... Il marchait sans le savoir, vers le chemin de la flamme d'or.

[Une note est griffonnée en bas des pages:" fragment n°1"]


Dernière édition par Adilhya Elric (Kira) le Mer 7 Juin 2017 - 17:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

avatar
Nombre de messages : 832
Guilde : L'Ordre des XII
Age : 22
Date d'inscription : 19/06/2016

Mercenaire
Nombre de contrats: Kira-Dura
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
MessageSujet: Re: [Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]   Ven 26 Mai 2017 - 23:25

Deuxième Fragment retrouvé par Eruna, Adilhya, Idemorta et Hiyoko dans la bibliothèque du Chateau d'Amakna.


C'est donc sans surprise que l'alchimiste arriva dans la grande capitale de la couronne, toisant de ses yeux ébahies les hautes tours du palais royale et ses milles-et-une fenêtres qui semblait dominer la cité dans un sentiment de grandeur qui n'avait d'égale que l'histoire de sa grandeur d'antan, les grands affrontements contre Uk Not Allag, les deux frères fondant la première guilde du Monde des Douze, les gravures dorées qui scintillaient au levé du soleil reflétant sur le courant d'eau qui entourait l'immense ville, les statue de ces héros  qui jadis avait forgé une nation à la seule force de leurs convictions. "Si je dois connaitre la gloire, ce sera ici" se jura le fils Elric sur la montre de son arrière arrière grand père fondateur de sa ligné qui avait connus un immense succès en inventant le fil à couper le beurre et le sceau de buée pour nettoyer les vitres. Malheureusement pour notre protagoniste, à peine eut-il le temps de trouver le chemin jusqu'à la milice qu'un ecaflip au pelage gris venant des terres de Cania vint le faucher avec son Dragokart à Eau dit le "Tété". Ederas fut emmené de toute urgence au temple eniripsa avec de multiples fractures, cet accident aurait pu en rester là et l'alchimiste une fois remis sur pied n'aurait gardé aucune séquelle.. Cependant ce n'était pas le premier patient à avoir subis le même sort, le fameux idiot du village qui avait jadis fait passé notre ami pour un demeuré pendant des années était en voyage ce jour là et il avait littéralement "Mangé un platane" trouvant le dicton amusant. Ederas perdit l'usage de son testicule gauche et son gros orteil droit ce jour là pour une raison qui nous échappe, une erreur médicale ou alors une profonde rancœur du docteur Kasthon Ketcheur qui était réputé pour avoir les pieds palmés ?


 Nul ne le saura jamais.. Ainsi donc après trois semaines de convalescence, c'est presque entier qu'il reprit la route de la milice d'Amakna, s'efforçant de faire abstraction de tout les avertissements du destin qui le mettait en garde contre un futur bien plus terrible qu'Ederas tomba nez à nez avec le grand panneau d'affichage des requêtes et autres missives de la couronne:
-Chasser un nid de sousouris dans les donjons du château.
-Couper les ongles d'un Bwork qui venait d’être adouber suite à un arrangement politique.
-Retrouver le Chacha d'un notable de la couronne.
-Donner des cours de danse à une princesse qui allait se marier.


Vous pouvez imaginer la rage qui parcouru le jeune aventurier ce jour là, aucune de ces tâches ne pourraient laver le déshonneur de sa vie, nul parchemins n'étaient digne de ces desseins glorieux...
Alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, comme abattu par le coup du sort, le jeune homme décida de prendre une chambre dans une taverne de la cité royale, après tout il avait grand besoin de faire le vide en lui avant d'interpréter les signes des augures, alors qu'il allait passer le seuil de la porte de "l’Échoppe des Cras moisis", qu'une femme à barbe logée au premier étage de cette même enseigne vida le contenu de son pot de chambre à sa fenêtre, comme il était coutume de le faire à cet époque.. Le pauvre garçon broyait du noir si vous voyez ce que je veux dire, cette journée allait être gravé d'une pierre brune dans l'histoire de sa vie.. Il.. Bon vous avez compris ! Il était dans la mouise ! Après avoir pris un bon bain, laver ses vêtements qui allaient porter l'odeur d'une grand mère de quatre vingt printemps pendant des jours, le jeune homme passa la nuit à regarder le plafond de cette ruine qui lui servait de logement, de multiples fissures semblaient dessiner un parfait cercle de la forme suivante: 




Ainsi au levé du jour, Ederas Elric se mit sur le chemin du retour, visiblement peut content de cet aventure au parfum d’échec cuisant, alors qu'il allait passé tête baissé les grandes portes menant à Madrestam sans même faire attention aux rues étrangement vide pour un jour de semaine que notre alchimiste préféré tomba sur une curieuse assemblée composée de paysans, de nobles et de soldats, au sommet d'une estrade, un homme vint s'adressé à la foule:
"Messieurs dames, ne paniquez pas ! Au nom de sa majesté, la couronne requiert votre aide ! Vous savez déjà qu'un Dragon a établi domicile dans la caverne au nord ouest du village ! Nous couvrirons d'or quiconque réussira à la faire partir !" 

[Le fragment semble s'arrêter ici, vous remarquez encore une note inscrite en bas de la page:]
Fragment numéro 2 


Dernière édition par Adilhya Elric (Kira) le Mer 7 Juin 2017 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage

avatar
Nombre de messages : 832
Guilde : L'Ordre des XII
Age : 22
Date d'inscription : 19/06/2016

Mercenaire
Nombre de contrats: Kira-Dura
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
MessageSujet: Re: [Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]   Mer 7 Juin 2017 - 17:00

Troisième Fragment retrouvé par Latioss et Adilhya dans le Saharach


Quelle ne fut pas la surprise de l'assemblée lorsque le jeune homme éleva la voix:
- Je suis volontaire ! 
- Et quel est ton nom mon garçon ? Rétorqua le milicien au timbre mielleux.
- Ederas Elric ! Je suis un alch-.. À peine eut-il le temps de répondre que les rires éclatèrent autour de lui, ce qui provoqua chez notre aventurier quelques spasmes nerveux.
- Elric ? Comme ceux qui ont inventé le papier qui se mange ? À cause de cette invention, bon nombre d'ouvrages ont été perdus ! 
Le jeune homme était bien conscient des travers de son héritage, sa famille avait été célèbre de par ses inventions, cependant très peu se sont révélée utile, il n'eut d'autre choix que d'hocher bêtement la tête en fixant toute ces personnes qui le dévisageaient.
- Effectivement, mon nom n'est pas des plus convaincants, cependant est-ce ma milice qui est tenus en échec et qui se couvre de honte en demandant l'intervention de la population ? 
Le milicien qui siégeait en haut de son estrade baissa la tête ne sachant pas quoi répliquer, c'est que cet empaffé n'avait pas tord au fond, il adressa alors un mystérieux signe de la main gauche à ses soldats qui s'empressèrent de capturer Ederas pour l'emmener à l'extérieur de la capitale, il avait beau se débattre et tenter de se libérer, la force du nombre l'emportait sur ce frêle individus. 
- Je me demande vraiment comment un faible dans ton genre va s'en tirer face à un dragon.
- Aucun doute qu'il se fera manger ! 
- C'est certain, vous avez tout dis mon sergent ! 
- Taisez vous ! Lui n'a pas fait dans son armure lorsque nous avons demandé aux plus valeureux d'entre vous de partir le chasser que je sache ! 
La troupe de fantassin se tut face à l’implacable vérité que leur commandant venait de leur jeter en plein visage. Ils libérèrent Ederas à plus de dix kilokamètre de la fameuse caverne, de peur de s'en approcher de plus près, juste avant de faire marche arrière, ils lui laissèrent une épée de la milice qu'il refusa, s'échangeant quelques brèves paroles sur les vaines tentatives de dénicher la créature pour lui faire abandonner son domicile, notre jeune alchimiste était à présent seul, marchant d'un pas décidé vers ce qui allait sceller à jamais son destin. 

Il se moquait bien des richesses, ce qui l'intéressait et motivait son âme c'était la gloire, celle de revenir victorieux de cet affrontement, quitte à mourir, autant que ce soit là, maintenant, enfin c'est ce qu'il avait beau se répéter, il avançait nettement moins vite depuis quelques kamamètre, sentant son cœur se serrer dans sa poitrine alors qu'il s'approchait inexorablement de son funeste avenir... Il était arrivé, la fameuse caverne, cette dernière semblait jonché d'une centaine de corps en tout genre, tantôt milicien, tantôt aventurier, même les mineurs y était passé, il n'eut d'autre choix que d'enjamber ce charnier humain pour se frayer un chemin vers l'intérieur de cette grotte qui semblait sans fin, traçant quelques traits pour s'orienter dans le cas d'un potentiel retour à la civilisation, notre alchimiste préféré commença à sentir un étrange souffle lui caresser le visage, un souffle sec et ardent, comme un vent sec qui vous déchirerait la peau à la manière d'une rapière affûtée...
Soudain, un hurlement vint frapper les parois rocheuse de la caverne, un puissant hurlement fit se soulever la plupart des pierres autours d'Ederas qui ne put contenir un cri strident digne des plus attachantes ménagères d'Astrub lorsqu'elle voit une arakne s'approcher de leurs petites chaussures vernies. Deux yeux écarlates s'illuminant dans les profondeurs ténébreuses qui l'entouraient, il ne put percevoir que quelques écailles dans la pénombre, une voix vint s'adresser à lui, le genre de voix qui pourrait vous traumatiser durant un bon moment si vous avez le malheur de la répéter dans votre tête..
- Je sais pourquoi tu es là, humain.. Tu as eu l'audace de venir après ce que j'ai fait à tes congénères, pour te remercier, je t'offrirai une mort longue et douloureuse. Ton regard s'apprète à voir ses dernières images, aurais-tu une ultime volonté ?
- A-.. A-Attendez !?! Je ne suis pas là pour vous tuer ! Je veux simplement vous convaincre de partir d'ici ! S'écria notre jeune donzelle qui semblait avoir perdus toute trace de masculinité. 
- Me faire partir ? Toi, un être inférieur, tu voudrais me faire croire que tu pourrais me convaincre de quoi que ce soit ? Je ne suis pas du genre à apprécier l'humour, tu finiras dans mon estomac comme les autres ! 
- Je n'ai plus rien à perdre, dragon. Je te propose un défi, j'accepte de me laisser dévorer volontiers en cas de défaite, et en gage de bonne foi, je veux bien mettre un bras dans ta gueule que tu pourras croquer en cas de victoire.. Si j'arrive à te faire rire, alors tu n'auras d'autre choix que de t'avouer vaincus et tu quitteras cette grotte ! 
- Toi ? Un insecte ? Me faire rire ? Réprima le dragon qui semblait quelque peu désappointé par autant d'impudence, cependant l'on pouvait sentir dans sa voix rauque que l'idée de se défiler devant un être qu'il jugeait insignifiant lui déplaisait fortement.
- Effectivement ! Si tu préfères me manger sans que je ne puisse te prouver que je peu te battre, alors fais donc. Je déteste ces gens, je ne repartirai pas d'ici de toute façon !

[Le fragment semble se finir ici, vous pouvez percevoir qu'une fine écriture est encore présente en bas de la page:
Dernier fragment.
NDA: Cette histoire touche à son terme, et me voilà fortement embêtée car je ne vois franchement pas ce que je vais en faire maintenant... Aucune idée de cette fichue fin, et qui plus est si on venait à apprendre que j'écris des comtes pour enfants... Ça jaserai dans mon entourage, je préfère le disperser un peu partout, si jamais quelqu'un le retrouve, mais c'est peu probable.. À vous d'en imaginer la suite ou de le jeter du promontoire. .  Kira Duras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Contenu sponsorisé   


MessageSujet: Re: [Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Livre] Ederas et la Flamme d'Or [Fragment 3/4]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Le Livre des Merveilles ("Le Devisement du Monde") - Livre premier
» Ethique à Nicomaque, Livre X
» Ethique à nicomaque, Livre VII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: