Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire du Marquis de Lhambadda

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ilamai(Ryusei)
Intendant Nedora
Intendant Nedora
avatar

Nombre de messages : 1238
Age : 21
Grade : Grand Nedora
Guilde : Hawkeye
Date d'inscription : 09/11/2015

Personnage
Nom: Ilamaï
Dieu:
Cercle de puissance:
199/200  (199/200)

MessageSujet: Histoire du Marquis de Lhambadda   Dim 28 Fév 2016 - 18:55

MessageSujet: Histoire du Marquis de Lhambadda Mer 26 Aoû - 13:19 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message Supprimer ce message Voir l'adresse IP du posteur
J'ai longtemps promis de garder secrète l'existence du Marquis - même s'il n'a jamais eu de mal à se faire connaitre sans moi - mais il faut croire que son aptitude à se causer à chaque fois des problèmes l'a empêcher d'acheter mon silence ce mois-ci !
Cet incroyable bonhomme est d'ailleurs un excellent sujet de livre et croyez bien que je n'attendrais pas plus pour vous le présenter.

Banni de Pandala pour avoir insérer des plantes diurétiques dans les tonneaux de boisson sacrée de la taverne du Pandawa Ivre à deux reprises la même journée, détesté par Amayiro pour avoir échangé l'arsenal de la Milice Bontarienne contre des boucliers en mousse la veille d'une importante capture de territoire et pourchassé par le Mage Ax depuis le jour où il a troué des fioles utilisés à un concours du Jeune Alchimiste dont il était le juge principal, le Marquis de Lhambadda se reconnait par son aptitude à se faire une quantité incalculable d'ennemis dans des délais raisonnablement courts.


Par chance, le Marquis est riche. Il est abondamment riche. Il m'a raconté un jour qu'il avait hérité tout cela d'une femme qu'il avait jugé bon d'épouser à son quinzième anniversaire et à qui il a offert une lune de miel sur un bateau en partance pour l'île de Moon. Hélas, la mariée et le navire n'ont jamais atteint la terre ferme : il avait cru bon de percer la coque du rafiot au petit matin et de s'enfuir à l'aide d'une barque. "Pourquoi ?!" lui ai-je demandé.
"Pour la chute de l'histoire" me répondit-il avant de continuer, "Je voulais que mon héritage soit à la hauteur de ma capacité à faire chavirer... les cœurs."
Je me souviendrais toujours de ce petit sourire qu'il a gardé durant tout le temps qui suivit son récit et me demanderai à jamais s'il ne racontait que des sottises, ou s'il s'était vraiment rendu aussi loin dans sa mesquinerie.

Le Marquis a toujours joué avec les tendances les plus fourbes et n'a jamais envisagé le Bien ou le Mal comme une ligne de conduite à adopter impérativement. Joie, mépris ou tristesse sont des sentiments qu'il juge de valeur équivalente, si au moins la façon qui nous conduit à une telle émotion en vaut le coup. Adepte du chaos, je crois en fait que notre Marquis est rongé par une crainte immonde qu'il hérite sans doute de son enfance : il est terrifié par les choses monotones !
Dirigé par la frayeur de passer un seul moment sans se divertir, il se présente comme le tout premier partisan d'une vie complète et mouvementée. Je crois en ce sens que la mort n'a pas grande importance dans l’équation de son existence : pour lui, c'est bel et bien l'ennui qui s'oppose à la vie.


Je ne lui connais aucune enfance, bien que j'en vienne a croire qu'il n'en a jamais vraiment passé le cap. Si son tempérament est bel et bien celui d'un quarantenaire rempli d'une profonde assurance et d'une noblesse d’âme exquise, son esprit reste celui d'un gamin dont rien n'arrête la nervosité. Personne n'a jamais su le canaliser et personne n'arrivera à l'embourber dans la monotonie. Si par chance ou par un divin malheur il vous venait l'occasion de le croiser, priez pour ne pas devenir le centre de son intérêt mauvais ! En effet : quand on constate qu'il s'amusait à mettre le feu aux réserves de poudres d'un bastion pirate qu'il avait infiltré, imaginez ce qu'il a bien pu me faire en voulant prouver qu'un disciple de Sadida pouvait préférer le divertissement au repos. Les poils brûlés de mon postérieur s'en souviennent encore, Marquis de Lhambadda.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire du Marquis de Lhambadda
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque d'Amakna :: Histoires, livres et légendes du monde des XII :: Ouvrages divers-
Sauter vers: