Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
PortailCalendrierFAQAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mysterium Boul'Do'Gom

Aller en bas 
AuteurMessage
Mysterium Boul'Do'Gom
Piou
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 21
Guilde : Aucune
Date d'inscription : 20/04/2014

Personnage
Nom: Mysterium
Dieu: Osamodas Osamodas
Cercle de puissance:
116/200  (116/200)

MessageSujet: Mysterium Boul'Do'Gom   Mar 22 Avr 2014 - 0:59

[Note de l'éditeur: bon nombre de passages ont été retirés de cette histoire, car trouvés trop personnels par l'auteur]

Dans le verre de Balthazar, la bière luisait de reflets ambrés sous le soleil de Joullier. Autour du jeune homme, saltimbanques, bateleurs et montreurs de Kanigrous savants déployaient leurs tours, à l'amusement des milliers de personnes festoyant sur les gigantesques tablées dressées au milieu des plaines de Cania. Balthazar perdit son regard parmi la foule, sa femme de l’autre côté de la table le regardait avec un étrange sourire aux lèvres, elle attendait un fils.

Chapitre I : Herbe fraîche


Le soleil rayonnait sur l’ensemble de Terra Amakna et Balthazar en profitait depuis la terrasse de la maison ou il vivait heureux avec son épouse. Son regard se perdait dans l’immense terrain dont il jouissait pleinement, goûtant la chaleur et la douce ivresse procurées par son breuvage. La récolte avait été particulièrement bonne cette année. Je naquis sous ce soleil de Jouiller m’incarnant alors dans le Monde des Douze, accueilli par les sourires de mes parents. La famille Boul’Do’Gom comptait désormais un membre de plus.

Il est peu dire que mes parents étaient attentionnés, et malgré ce fait, je n’en restais pas moins intraitable. Il devait sembler qu’étant petit je préférais dresser plutôt que de l’être et en effet, je mettais déjà les animaux à ma botte. Mais je n’avais pas un tempérament guerrier, ma mère pensait que je ferais un bon disciple d’Eniripsa, tandis que Balthazar au contraire, pensait que je serais un fier disciple d’Osamodas, préférant la compagnie des bêtes à celle des humains. Le choix de mon culte donna finalement raison à mon père.

En atteignant un cercle de puissance plus élevé, je devenais capable d’invoquer un Bouftou, créature d’abord irascible qui me fit comprendre que je devrais m’entraîner dur si je voulais, un jour, pouvoir maîtriser les plus féroces monstres d’Amakna.

Je dus comprendre à mes dépens que la vie ne serait pas toujours aussi clémente avec moi, c’est pourquoi je redoublais d’effort, comblant mes lacunes, apprenant avec intérêt ce que m’enseignaient mes parents. Très tôt, mon seul objectif fut de me hisser à la première place du Royaume d’Amakna. Je voulus exceller en toutes matières. Lors d’une de mes aventures en solitaire, essayant de répertorier les différentes espèces qui composaient la faune d’Amakna, je fus attiré par un vrombissement qui m’était encore inconnu. J’avais noté le nom d’une espèce différente d’Edelweiss quand soudain la terre se mit à trembler. Croyant à un phénomène naturel, je fis ce que l’on m’avait apprit : courir à l’abri le plus proche et le plus solide. Je me trouvais à coté de la vielle église en ruine d’Astrub, c’est pourquoi, j’y courus et en deux trois sauts, j’atterris sous une table en pierre. Je fermais les yeux et protégeait ma tête de mes deux mains, recroquevillé sous cet abri solide.

Chapitre II : Les arènes de l’Hormonde

Quand j’ouvris les yeux, une lumière blanche m’éblouit. Je sortis du bâtiment illuminé par cette lumière…divine. Une vue magnifique s’offrit a moi. De l’herbe verte abondait sur une grande plaine remplie de champs de fleurs merveilleux. Un paysage aussi magnifique existait donc dans le Monde des Douze ? Que faisais-je là ? Posant mes pieds nus sur cette herbe étrange, je ressentis à bras le corps, l’immense beauté du paysage.

« Misérable Coach ! » Une voix étrange avait prononcé ces mots. « Je suis le Démon XVI et je te propose un match contre une équipe qui t’éliminera surement, ce seras amusant de voir tes combattants se faire laminer contre une équipe comme celle-ci, prépare-toi Coach ! »

Je n’avais pas eu le temps de répondre que je fus propulsé dans une pièce. Une douzaine de personnes se tenaient là, s’apprêtant à obéir à mes ordres. Ils attendaient ma stratégie. Mon esprit avait réagi rapidement pour comprendre tout ceci. Je disposais de moins d’une demi-heure, je sollicitais mes connaissances en combat tactique pour élaborer une stratégie dite « Piège-pivot ».

J’entrais en transe dans l’arène comme-ci tout cela était normal, je n’avais pas encore réalisé, toujours équipé des gants d’alchimiste de mon père que je lui avais emprunté pour les Edelweiss. « Arène de Fusion » avait annoncé la voix du Démon XVI. « Adversaire, prêt à combattre ». Une personne se matérialisa sur le plot à l’opposé du terrain qui se présenta comme être le chef du Clan Élémental, je n’en avais jamais entendu parler.

Mon équipe me regarda avec attention, prêt à faire face. "Que le combat commence !"
C'est ainsi que commença ma nouvelle vie dans l’Hormonde. Un temps, où je me consacrais a élaborer des stratégies pour affronter toujours plus d’adversaires, l’autre, à l’étude des bibliothèques riches de la petite île de Maknala. Au bout de quelques jours, j’avais déjà surpassé maintes fois les autres "débutants" de l'île de Maknala lors de combats amicaux... Commençant alors à avoir du succès, je défiais même certains habitués de la taverne. Lorsque j’épatais la galerie avec mes stratégies saugrenues, certains aimables me donnaient des équipements ou des conseils, chose que j’appréciais énormément.

Chapitre III : Retour en Amakna

C’est en y repensant que je me rendis compte que j’en oubliais Amakna, le cours des choses dans l’Hormonde était tel que l’on se détachait petit à petit de ses racines. L’Hormonde était certes, très belle, mais que faisais-je dans cette autre dimension loin de mes parents et de Terra Amakna, loin d’Astrub ? Il me fallait retourner sur le continent Amaknéen, mais comment faire ? Une idée me vint que seules mes connaissances avancées me permettaient d’imaginer. J’avais demandé à mes combattants de m’aider. Une disciple de Xelor, un disciple d’Osamodas et leurs magies: si l’on combinait la magie du temps à celle de l’invocation, l’on pouvait obtenir une synthèse de magie Eliatrope. Eliatropes ? Ça ne vous dit sûrement rien, mais je suis sûr qu’un jour vous saurez, quand vous vous plongerez dans les livres des bibliothèques les plus obscures et les plus éloignés de la vie citadine.

Une combine d’une feinte d’invocation et du sort « Horloge » créa un portail juste assez grand pour que mon corps si jette. Je n’avais même pas pensé à remercier mes sauveurs. Là bas, on allait s’apercevoir de ma disparition, mais ce n’était déjà plus mon affaire, j’étais sous une table, dans une église qui m’était familière. Je retrouvais non sans mal, le chemin de la maison. Mes parents ne semblaient pas étonnés de me voir, et mes vêtements m’étaient aussi familiers. Je n’avais donc perdu ni minute ni seconde de ma vie, les Démons des Heures étaient vraiment très fort en ce qui concerne le fait de jouer avec le temps, cependant je gardais bien en mémoire cette aventure au pays de l’Hormonde.

Mes études reprenaient, et je ne vous cache pas que les nombreux livres des tavernes de Maknala m’avaient servi. Certains professeurs se demandaient hardiment comment avais-je pu acquérir un aussi grand savoir sur le Monde et sur les sciences primaires. Si l’on me lançait dans un sujet sur l’Histoire du Monde, je m’emportais alors dans de longues épopées épiques sur la Genèse ou crachais des passages entiers de l’histoire de l’Horloge Divine de Xélor ou bien encore des récits anciens sur la fabuleuse aventure de Toh’Lo l’Osamodas, puis, j’avalais ma chope de Bière fixant souriant les visages des Astrubéens hébétés.

A cette époque, Astrub était une petite ville abritant peu de villageois, la plupart vivant dans d’autres terres reculées. La cité des mercenaires se faisait petit à petit oublier, et c’est ce que voulaient les habitants neutre : se faire oublier de la bataille que se menaient les deux légions antiques : Bonta et Brâkmar. J’avais décidé de rester neutre. L’on pouvait faire le bien autrement qu’en se mêlant au rang de Bonta la Blanche.

Chapitre IV : Roublardise

À force d’apprendre l’histoire, l’on tombe sur de bien grands mystères, alors me voilà, carte à la main devant une grande bâtisse que je venais de découvrir. Je traversais la grande salle de ce mystérieux endroit découvert derrière l’atelier des cordonniers d’Amakna. Sans me douter de rien, j’explorais les lieux. Trois longues tables occupaient la salle, l’argenterie et les verres réfléchissaient la lumière déclinante du soleil. Une armoire défoncée se tapissait dans le coin de la pièce. Je donnais une chiquenaude sur le plus grand des verres de la table, celui-ci émit un tintement sonore.
Il n’y rien de bien particulier, me dis-je en m’asseyant dans un des fauteuils en cuir vert, admirant les portraits sur les murs. Il y en avait des grands, des minces, des joufflues, tous portaient un bandeau noir sur le front ainsi qu’une cape de la même couleur.

Avant même de pouvoir m’être interrogé sur l’identité de ces personnes, j’entendis des voix de l’autre côté de la porte par laquelle j’étais entré. En un éclair, je jaillis du fauteuil pour m’accroupir derrière le dossier. Hélas, ce n’était pas le fauteuil le mieux adapté pour se cacher : il était situé au milieu de la pièce et, à moins de ne faire aucun bruit… La porte s’ouvrit, deux hommes entrèrent. L’un d’eux posa une lampe à huile sur la grande table. Ils s’assirent.

Alors, tu as pu récupérer les parchemins d’Uk’Not’Allag ?
Les voici.

L’homme qui venait de parler sortit de son sac une pile de parchemins froissés tandis que l’autre déposait une bourse remplie de Kamas sur la table.

Buvons à notre gloire !

Ils prirent une bouteille de Rhum. L’homme qui avait tendu la bourse sortit deux verres de son sac puis les remplit. Mais, celui-ci profita d’une minute d’inattention pour faire un acte de la pire espèce. Sa bague était en réalité creuse. Il ouvrit le dessus de diamant pour verser une fine quantité de poudre blanche dans le verre de celui qui était apparemment, son collègue. Je ne perdis pas une minute de la scène qui se déroulait sous mes yeux ébahis. Ils burent chacun leur verre d’une seule traite. Le poison fit immédiatement son effet.

Il tomba de sa chaise et s’affala de tout son long sur le sol. L’autre prit les parchemins étalés sur la table, il devait faire vite. Dans sa précipitation, il fit tomber une feuille de papier froissé qui roula sous le fauteuil. Puis, après les avoir récupérés, il but une potion bleuâtre et disparue dans un nuage de fumée rouge.

Me précipitant sur l’homme allongé au sol, je le fouillais sans vergogne et je récupérais la grosse bourse garnie de kamas ainsi que la feuille froissée. Me précipitant dehors, j’équipais ma fidèle Dragodinde et atteignit en toute hâte le Zaap le plus proche, celui de la Milifutaie qui me renvoya directement vers Astrub.

Chapitre V : Cania vu du ciel

Vous connaissez les transporteurs Brigandin ? Cet engin énorme aux voiles rose et sa grande coque en bois d’Ébène. Girl Pylote était là. J’avais eu l’habilité de redessiner une carte avec de l’encre de la plus mauvaise qualité pour qu’en cas de vol, celle-ci s’efface rapidement. Je montrais donc cela a Girl Pylote qui ne semblait pas convaincu et m’indiquant qu’il n’y avait rien de ce côté-ci et que les vents n’étaient vraiment pas favorables. Mais vous connaissez la force et le pouvoir qu’ont quelques Kamas…

Sortant une bourse, je la jetais aux mains de Pylote. Sans plus attendre j’embarquais donc, elle tira sur une manette, la nacelle émit un vrombissement puis s’éleva dans les airs.

J’étais aux anges, me penchant par-dessus le bastingage de ce bateau volant qui m’emportait au gré des vents vers des paysages surement convaincants. Mais trêve de rimes. Cania était maintenant en dessous et nous pouvions apercevoir la Pénates des Corbacs au loin. Les Massifs de Cania les plus éloignés et inexploré s’offraient à nos yeux. Nous avancions, il commençait à pleuvoir et de fines gouttes traversaient la toile du vaisseau. La nuit commençait à tomber et Girl Pylote se démenait sur le pont activant toute sorte de mécanisme et autres bidules.

Un orage comme je n’en avais jamais vu d’aussi proche. La pluie tombait à grosse goutte et des éclairs zébraient le ciel. Je regardais devant moi et je le vis. Un gros nuage sombre et dense s’était mis en travers de notre itinéraire, Girl Pylote avait suivi mon regard et me dit d’un ton catégorique qu’elle ne pourrait pas me suivre au-delà.

« Je vais vous lancer à travers le nuage à bord de la nacelle de secours ! Évitez de mourir et tout ira bien ! » J’étais dessus, il y eut une secousse, un morceau de bois se replia pour former une barrière entre notre pilote et nous. La partie de la coque en dessous de moi se détacha et un gouvernail sortit du plancher. Deux grandes ailes se déployèrent de chaque côté de cette navette qui se détacha enfin. J’entendis Pylote au loin crier « Bonne chance ! ».

Je fonçais à une vitesse hallucinante et je n’avais pas le courage d’aller tenir le gouvernail au risque d’être emporté par le vent. Le nuage m’enveloppa brusquement et j’aperçus l’espace de quelques secondes le sol du massif que je percutais violemment, la navette se retourna plusieurs fois et la barre me percuta violemment et tout ne fût que noir.

Même si en lisant ces lignes vous n’avez eu qu’eau à la bouche, attendant la révélation de ce qui se trame en haut des massifs de Cania vous n’aurez pas la réponse ici.

Chapitre VI : Mystère et boule de gomme

Combien d’aventures j’ai omis de vous raconter ?  Au cours de mes multiples voyages, j’avais en ma possession la collection complète des livres d’Acidrik Fenlapense, écrivain émérite. Ses livres m’avaient appris beaucoup sur l’histoire de notre monde. Je connaissais multiples endroits secrets et avais en ma possession, un bon nombre d’objets précieux.

Nous étions le 23 Aperiel 640. Nous nous étions levés très tôt. J’étais Historien et Force Naturelle, un Aventurier connaisseur à cette époque n’avait pas encore rejoint le clan Nedora. Nous préparions ce projet depuis pas mal de temps. Après avoir consulté Acidrik Fenlapense ainsi qu'Harry Stote, ce projet pouvait tenir la route.

Nous nous étions donné rendez-vous à la Taverne, où nous bûmes une bière. Les affiches sur la table étaient fin prêtes. Il était encore tôt! Et bientôt aux quatre coins du monde des douze, nous annoncions l’ouverture de la plus grande bibliothèque qu’il soit. Réunissant mille et une archives et documents historiques sur tout ce qui pouvait être raconté de ce monde. Désirant de me faire oublier, je changeais de nom et demandais à ce que l’on m’appelle Mysterium, et signais mes articles de ce nom.

Les archives d’Amakna étaient ouvertes, le temps passa et la poussière s’accumula.

Mon nom ? Je m’appelle Mysterium. Je suis l’un des aventuriers les plus fous d’Amakna, et peut-être même le seul, en tout cas, c’est ce que pensent les autres aventuriers ! Je n’ai d’autre secret que mon immense curiosité. Mais il existe un livre, le livre que j’emporte quasiment partout recensant tous les mystères que j’aie pu percer, répertoriant mille et une créatures du monde, sa faune, sa flore ou des divinités et d’autres bizarreries.

Pour le reste, c’est dans ma tête.


Dernière édition par Mysterium Boul'Do'Gom le Mer 23 Avr 2014 - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteriumbox.e-monsite.com
Lagan
Nedora d'Or
avatar

Nombre de messages : 2605
Age : 102
Grade : Grand Nedora
Date d'inscription : 03/11/2010

Personnage
Nom: Lagan O.
Dieu: Feca Feca
Cercle de puissance:
192/200  (192/200)

MessageSujet: Re: Mysterium Boul'Do'Gom   Mer 23 Avr 2014 - 12:14

Il me semble que tes archives avaient été interdites, non ? Par souci de plagiat me semble-t-il.

_________________
_Volens nolens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mysterium Boul'Do'Gom
Piou
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 21
Guilde : Aucune
Date d'inscription : 20/04/2014

Personnage
Nom: Mysterium
Dieu: Osamodas Osamodas
Cercle de puissance:
116/200  (116/200)

MessageSujet: Re: Mysterium Boul'Do'Gom   Mer 23 Avr 2014 - 15:32

Oh, et bien d'une part, l'ouverture dont parle l'histoire date de l'an 640. Cependant si ta question n'est pas en lien avec la chronologie de mon récit, la décision de fermer les Archives d'Amakna relève uniquement de moi. La fermeture du site étant plus liée à un ragequit qu'autre chose, concernant l'histoire du plagiat, c'est un peu plus compliqué ça, il est vrai que vu de haut l'on ne voit qu'un webmaster frauduleux récupérant vilainement des articles sans scrupules aux autres bibliothèques, cependant concernant cette histoire de plagiat, c'est un peu plus compliqué que mentionné sur le forum off !

Dans tout les cas, elles n'ont été interdites aucunement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mysteriumbox.e-monsite.com
Mapantoufle
Prespic
avatar

Nombre de messages : 369
Age : 28
Grade : Nedora
Date d'inscription : 12/08/2012

Personnage
Nom: Mapantoufle
Dieu: Enutrof Enutrof
Cercle de puissance:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Mysterium Boul'Do'Gom   Mer 23 Avr 2014 - 17:32

Il est mignon l'osa tout en haut, c'est le roi du pâté littéraire.

Je trouve ça assez adorable, je tenais à le marquer ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jistery
Nedora d'Or
avatar

Nombre de messages : 2730
Grade : Mercenaire Retraité
Date d'inscription : 09/03/2009

Personnage
Nom: Jistery
Dieu: Sadida Sadida
Cercle de puissance:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: Mysterium Boul'Do'Gom   Jeu 24 Avr 2014 - 15:14

[Je remet vite au point les choses.
Mysterium a effectivement fermé son site lui-même. Cette fermeture intervient suite à l'interpellation de Mayo-Jone qui lui reprochait du plagiat des textes présents en jeu (et surtout, des artbooks). Mayo-Jone n'a fait que demander de retirer le contenu litigieux, pour des raisons de propriété intellectuelle. Cela ne peut être autorisé qu'en l'état d'une autorisation explicite donnée par Ankama.
Ce qui reste autorisé, ce sont les courtes citations pour faire un texte. Il est conseillé de résumer simplement les textes plutôt que de les copier-coller, c'est qui est d'une part plus intéressant et, d'autre part, sans risques.

Il est donc évident que Mysterium ne peut, sur notre forum, réitérer ce qui lui a été reproché. En d'autres termes, nous veillerons au grain pour tous ces textes et sanctionnerons leurs auteurs en cas d'abus.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mysterium Boul'Do'Gom   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mysterium Boul'Do'Gom
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mysterium Boul'Do'Gom
» Mysterium Production [Quadraforce, la quête [Part 1]]
» Un pandawa eau lvl 115 ?
» Gallerie d'Initializ
» Y'a plus de fin, vive Dofus x)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: