Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
CalendrierFAQAccueilRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

 

 Simplement, Kalyniax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
   Kalyniax   

Kalyniax
Nombre de messages : 19
Guilde : Gwada
Age : 41
Date d'inscription : 10/06/2008

Mercenaire
Nombre de contrats: Kalyniax
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
Simplement, Kalyniax Empty
MessageSujet: Simplement, Kalyniax   Simplement, Kalyniax EmptyDim 15 Juin 2008 - 8:09

Un vieil Énutrof étendu par terre dans l’herbe sombre parsemant les landes de sidimote, émis une longue plainte effrayante.

À ses cotés se tenait une jolie femme aux cheveux orangés et aux longues jambes. Elle tentait, les yeux ronds et un peu affolée, d’arrêter le saignement résultant d’une profonde plaie à la poitrine. Il avait été attaqué par une bande d brakmariens assoiffés de pouvoir, et semblait sur le point de s’éteindre. Il refusa poliment de laisser partir la demoiselle pour chercher de l’aide en la suppliant, larmes à l’appui, de ne pas le quitter. Cherchant comment atténuer les douleurs du vieillard, elle lui demanda ce qu’elle pouvait faire.

« Racontez-moi, je vous prie, la plus belle histoire que vous connaissez. »

Comme aucun conte de fées ne lui venait en tête à ce moment précis, elle se mit à lui raconter sa propre histoire.

« J’m’appelle Kalyniax. Tout comme mes deux parents, je suis Disciple de Sadida mais cela, vous avez dû le remarquer. J’ai eu une enfance normale, enfin j’crois. Mes parents m’ont appris tout c’que j’avais à savoir. C’est ce qu’il y a de plus important à mon avis.
J’ai appris à manier le bâton dès mon plus jeune âge. C’est mon père qui m’a entrainé, un homme fort quoique… quelque peu poilu et parfois très paresseux. Ma mère, elle, était beaucoup moins physique. Elle passait de grandes journées, assise à l’ombre d’un arbre bien feuillu, à fabriquer toute sorte de bijoux. Elle m’apprit à cet âge comment en fabriquer aussi.

Oh j’me souviens d’un truc. Un jour, alors que moi et ma mère étions assise dans l’herbe à créer des amulettes, mon barbu de père à voulu faire une blague. Il venait d'arracher une plume du derrière d'un corbac et s'est approché sournoisement de ma mère pour lui chatouiller le cou. Mais il a toujours été maladroit le pauvre. Hahaha. Comment pensait-il passé inaperçu avec ses grands pieds et sa chevelure lui couvrant les yeux. Comme prévu, il s’est pris le pied dans une racine d’Abraknyde et c’est étendu de tout son long dans l’herbe. Hahaha.

Le plus drôle, c’est qu’il en a perdu son bâton. Il a volé dans l’air jusqu'à atterrir sur la tête de ma pauvre mère bien concentrée sur son amulette parfaite. Enfin… Elle était parfaite juste avant qu’un Kelinobranche ne l’assomme sans prévenir. Et moi j’étais tellement crampé de rire à coté, juste à voir la tête que faisais ma mère, j’en ai eu mal au ventre pendant des jours tellement j’ai ris aux éclats. Hahaha. »

Elle prit une pause, un large sourire illuminait son visage. Les yeux brillants, elle soupira joyeusement et repris son récit.

« C’est ce qu’il y a toujours eu de merveilleux dans ma famille. Nous avons tous, sans exception, un sens de l’humour à toute épreuve. Bon je dis à toute épreuve, mais je dois avouer que je suis parfois soupe au lait. En fait, j’ai un sacré caractère mais c’est ce qui fait mon charme non? Hahaha. On m’a toujours dis que j’ai un rire très communicatif ou je fais rire tout le monde par mes maladresses. C’est que j’manque un peu d’assurance parfois. Hihihi. Je suis une personne très sensible et j’aime bien aider ceux qui sont dans le besoin. Ce n’est pas toujours une qualité, croyez-moi. Cela n’empêche pas que j’sais très bien me défendre. Avec mon bâton j’peux tout casser. Hahaha

En parlant de tout casser, j’aime bien me promener un peu partout et taper sur tous les genres de monstres qui peuplent chaque endroit. Il m’arrive parfois de me penser un peu plus forte que je ne le suis en vérité. Hahaha.

Habituellement, j’ai un bon jugement et je suis prudente. J’aime bien discuter avec tout le monde, je suis très sociable, ce coté me viens de ma mère. Je peux parfois être tellement bavarde… Ou poser des tonnes de questions… »

Elle s’arrêta quelques secondes, l’air pensif…

« Vous croyez que je parle trop? »

Le vieux mourant semblait avide d’en connaitre d’avantage et après l’avoir rassuré, il lui demanda de continuer.

« Bon ensuite, un jour comme ca, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de partir à l’aventure pour parfaire mon apprentissage du monde qui nous entoure. Une fois, un aventurier m’a envoyé une flamiche dans la coiffe, me prenant pour un Abraknyde. Oh je vous jure, je n’étais pas contente, mon affreuse coiffe était toute noircie. Hahaha.

Ce Crâ est rapidement devenu un bon ami et m’a invité à faire partie de la confrérie dans laquelle il évoluait. Mhyst, le sombre Sram qui les menait connaissait beaucoup de gens venant d’un peu partout dans le monde et m’a fais rencontré quelques personnes. Donc agrandir encore plus mon cercle d’ami.

Ah et je ne vous ai pas dis… J’suis mariée depuis quelques années déjà. Oui monsieur. Hahaha Moi, Kaly, qui aime tant me prélasser les deux pieds nue dans l’herbe fraiche… J’ai laissé glisser mes p’tits pieds sur le carrelage froid de l’église, et me suis marié avec Le-vieux-dag, un Disciple d’Énutrof connu par hasard dans la forêt. Il est rapidement devenu mon confident mais aussi mon couturier personnel. Hahaha. Le pauvre… Pendant que je m’endors dans l’herbe, lui il court partout à la recherche de trésors et de ressources pour m’habiller correctement. Hahaha. »

Elle prit de nouveau une pause. Étaler toute sa vie ramenait dans sa tete de rêveuse, plein d’images agréable du passé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Kalyniax   

Kalyniax
Nombre de messages : 19
Guilde : Gwada
Age : 41
Date d'inscription : 10/06/2008

Mercenaire
Nombre de contrats: Kalyniax
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
Simplement, Kalyniax Empty
MessageSujet: Re: Simplement, Kalyniax   Simplement, Kalyniax EmptyDim 15 Juin 2008 - 8:21

Par une chaude soirée, une jolie Disciple de Sadida étendue dans l’herbe, écoutait le bruit que faisaient les feuilles du grand frêne sous lequel elle somnolait. Un boucan terrible lui parvenait de la taverne à quelque pas de là. Si elle avait été moins fatiguée, elle serait allée rejoindre ses amis qui festoyaient à l’intérieur.

Seulement voilà, la journée avait été rude. Elle avait passé le plus clair de son temps à apprendre à quelques jeunes disciples de sa classe, comment manier le bâton. Et ils étaient parfois très épuisant… Plus les minutes passaient, moins elle arrivait à garder les yeux ouverts, à tel point qu’elle sombra dans un profond sommeil.

La porte de la taverne s’ouvrit à la volée et deux jeunes personnes en sortirent.

« Kaly… Kalyniax! Allez… Bouge-toi! » Dit le Disciple de Sram qui s’approchait de la jeune demoiselle endormie.

« C’est peine perdu je crois. Quand elle est fatiguée, rien à faire pour la réveiller. Laisse la dormir un peu, on retentera le coup dans quelques heures. » Dit le Disciple de Crâ qui l’accompagnait.

Les deux amis se mirent à rire et s’assirent près de Kalyniax. Quelques instants plus tard, une bagarre éclata dans la taverne derrière eux. Plusieurs dizaines de personnes se précipitèrent à l’extérieur. Bontariens et Brâkmariens sortaient leurs armes, prêts au combat, en se regardant avec plus de rage qu’il n’en était nécessaire. Plusieurs individus furent agressés et tous gueulaient aussi fort que leur gorge la leur permettait.

Dans toute cette cohue, Kalyniax ouvrit les yeux, presqu’en colère de s’être fait réveiller par une telle cacophonie. Lorsqu’elle réalisa que la situation était plus sérieuse qu’elle ne l’avait pensé, il était trop tard, elle était déjà défiée par un grand Disciple de Iop. Après quelques coups d’épée ratés, il éclata d’une colère terrible et laissa Kalyniax s’effondrer par terre, dans herbe devenue humide de sang. Basculant dans les ténèbres, elle se laissa emporter par le vent de la peur qui soufflait sur son visage.

Lorsqu’elle se réveilla, elle sentit la douleur. Une douleur constante dans le creux de son dos. Et le sol d’un froid terrible lui transperçait la peau. Elle ouvrit les yeux…

« Non mais… Je suis où là? » Pensant parlée pour elle-même.

« Tu es à la prison de Brâkmar » Dit une voix semblant venir de nulle part.

Kaly parvint à s’assoir dans un gémissement de douleur pour regarder qui avait parlé. Une jeune Disciple D’Eniripsa était assise dans le coin de cette pièce mal éclairé.

« Si tu veux je peux te soulager un peu de ta souffrance… » Dit cette dernière.

« Je t’en serais très reconnaissante… Je croyais que j’étais morte! Quelle horreur. D’abord, pourquoi je suis emprisonnée… Il doit y avoir une erreur. Je ne suis pas une criminelle. »

« Je ne le suis pas non plus. J’ai tenté d’aider une dame qui a été attaqué la taverne d’Astrub mais j’ai faillis à ma tâche. Elle est morte et ces monstres Brâkmariens m’ont fais prisonnière… Ah et en passant, je m’appelle Roseline. »

Après s’être présenté aussi, Kaly reçue avec soulagement des soins précieux des mains douces de Roseline.

« J’étais tranquillement à me reposer, je n’ai engagé aucun combat et je me retrouve prise ici, derrière les barreaux. C’est quand même assez insultant. Merci encore pour tes bons soins. Maintenant que je suis sur pied… Comment on sort d’ici? »

« Je ne le sais pas, le garde là-bas ne veut pas me répondre. Soit il est sourd comme un pot, soit il prend plaisir à m’ignorer. »

« À en croire l’habitude des gardes de Brâkmar, je serais portée à croire qu’il prend plaisir à t’ignorer. J’ai un jour, moi aussi, été Brâkmarienne… Mais comme je n’aime pas les guerres et que je préfère m’allonger et discuter plutôt que de parcourir l’univers à la recherche de quelques têtes à couper, j’ai préféré déserter leur rang et racheter ma neutralité. Mais là, ca ne va pas, j’ai quand même été prise dans leurs filets. »

« Peut-être qu’il t’écoutera toi. Essaie de lui parler. » Demanda la toute petite Roseline.

« Hey! Toi! Dit Kalyniax, s’adressant au garde planté dos à elle devant la porte. Hey? J’aimerais bien sortir d’ici! Voyant qu’il ne répondait pas elle continua de plus bel. Hey TOI! Tu pourrais au moins me dire ce qu’on dois faire pour retrouver notre liberté.»

Le garde ne bougea pas d’un poil. Exaspérée, elle retourna s’assoir près de sa compagne de cellule.

« Je suis pourtant une gentille jeune demoiselle. Je suis sociable, attentionnée et souriante! J’ai été élevé dans une bonne famille, dans le rire et la joie de vivre. Alors pourquoi je me retrouve, sans raison apparente, dans une sordide cellule sombre et puante. Ca manque de verdure ici! »

« Tu semble en effet quelqu’un de très vivant, si je peux me permettre ce mot. Déjà à t’écouter parler, mon séjour est moins pénible. » Dit, dans un sourire, a petite infirmière en herbe.

« Alors la j’en suis heureuse. Si ma manie de trop parler te fait du bien je vais continuer sur ma lancé. Une fois, j’ai rencontré un vieil homme, sur le point de mourir dans les landes de Sidimote. Il m’a demandé de lui raconter une histoire pour l’accompagner dans la mort… Je lui ai raconté l’histoire de ma vie… Il est mort avec un large sourire imprégné sur le visage avant même la fin de mon récit. J’étais tellement contente d’avoir pu le rendre heureux, une dernière fois avant de quitter ce monde. J’aurais aimé aussi lui raconter toutes les péripéties qui peuplent ma vie mais je n’ai pas eu le temps. Le pauvre vieux... Si tu veux, j’te raconte comment ca c’est passé. »

« D’accord, je suis curieuse, je t’écoute. Par hasard, tu n’aurais pas un petit quelque chose à manger? »

Kalyniax sorti quelques cerise sous sa cape et les tendis a Roseline, ensuite elle commença le récit de son histoire… Le petite disciple d’Eniripsa l’écouta avec attention et eu même une petite larme au coin de l’œil.

« … Comme je te disais, il est mort. Ça m’a bouleversé. J’ai dû pleurer pendant des jours. Je déteste les guerres mais encore plus les gens qui cherche à toujours être les plus forts. Pour moi, peu importe qui tu es et comment tu vis, tu es le meilleur dans ta propre vie. Aucun besoin de traverser mer et monde et détruire tout sur ton passage pour prouver que tu es le plus fort. Mon but ultime moi, n’est pas de devenir la meilleure mais plutôt de m’endormir chaque soir, satisfaite d’avoir pu me rendre utile à au moins une personne… »

Elle s’arrêta brusquement de parler et ouvrit bien grand les yeux. Tout comme Roseline, elle avait entendu un bruit venant de l’escalier qui menait à la cellule. Pour la première fois, elles virent le garde bouger. Un gros morceau de pain atterrit à ses pieds et une voix venant de l’escalier lui cria :

« Hey, c’est l’heure de la bouffe. T’as pas du manger depuis longtemps. J’crois qu’un autre garde va v’nir te remplacer bientôt mais en attendant, mange ca. »

Le garde, un peu surpris, haussa les épaules et porta le pain à sa bouche. Kalyniax et Roseline, toute aussi surprise, regardaient la scène. Il dévora tout le pain en quelques secondes et s’assis par terre, à leurs grands étonnements. S’en suivit quelques instants de silence puis Kalyniax reprit la parole.

« Bref la mort de ce vieil Énutrof à été le moment décisif où j’ai quitté pour toujours la guerre faite entre Bonta et Brâkmar. Même si cet homme ne faisait pas partie de mon entourage, ce fût le moment le plus important de ma vie. Juste avant de mourir, il m’a chuchoté de courir à Bonta avertir la milice qu’un de leur fidèle venais de tomber au combat. Ça été un choc… Je refuse que le jour où je devrai regarder la mort en face, soit à cause que j’ai pris part à cette guerre. »

Elle prit une profonde respiration et replaça une mèche de ses longs cheveux qui lui tombaient sur le visage.

« Maintenant je me rends disponible pour aider quiconque en a besoin, si sa cause est juste bien sur... »

Les deux prisonnières restèrent en silence pendant un bon moment. Il régnait une telle chaleur dans cette cellule que peu à peu, tout effort devenait malaisé donc elles restèrent muettes.

« Pppsssiiiitttt… Kaly… »

Un jeune Disciple de Sadida arriva devant la cellule. Avec un large sourire, Kaly entendit le ronflement de leur surveillant de cellule et compris que le pain était une ruse.

« J’ai utilisé de la verveine, dans le pain. » Dit le jeune arrivant en ricanant.

Il les délivra et, espérant ne pas se faire prendre, tous trois partirent sur la pointe des pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Simplement, Kalyniax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthorius, ou plus simplement Testa
» Moriyama s'excite
» Ketal, simplement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: