Le Clan de mercenaires de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore)
 
CalendrierFAQAccueilRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Piti session de fight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
   MaugrimHart   


Nombre de messages : 2
Age : 22
Date d'inscription : 04/10/2012
MessageSujet: Piti session de fight   Ven 11 Jan 2013 - 22:31

Tout autour de moi l’éclat de la foule m’entourait, ce sentiment d’être invincible, intouchable, d’être plus qu’un homme…presque l’égal d’un dieu.
Malgré ma peau couverte de sueur et de sang, mon bras qui me lançait, les écorchures et les éraflures courant et serpentant sur mon corps, j’étais prêt à me battre, en cet instant toutes les éventualités les plus folles me semblaient réalistes. Mon imagination s’envolait, suivie de près par les cris de cette masse en assoiffée de morts.
La clameur des spectateurs m’avait élevé au-dessus de ma condition d’homme, de ma condition d’esclave, j’avais été moins qu’un esclave, un simple voleur. Promit à une exécution brutale mais sans douleur, on m’avait offert une alternative, on me l’avait offerte avec un sourire carnassier et sournois.
Le colisée.
Six combat durant je m’étais battu, six combats durant j’avais vaincu, six combats durant la ferveur des simples gens avides de sang avait grandi, de simples murmures admiratifs les applaudissements étaient nées, grandissant en un tumultueux enthousiasme pour leur nouveau champion.
Mon septième adversaire été étendu devant moi, sur le sol sableux de l’arène de Brâkmar. Il s’était bien défendu, mais il n’avait pas fait le poids. Etonnamment jeune, ses innocents yeux bleus criaient l’injustice d’une mort prochaine et prématurée.
La pointe de mon épée sur la poitrine, tout mouvement lui était interdit, déjà, un filet de sang perlait, traçant une petite rigole pourpre le long de ses cotes.
Rigole pourpre…voilà le pâle reflet des ruisseaux de sang qui avait coulés des têtes décapitées de mes anciens adversaires, qui n’étaient maintenant plus que de vague trace de sang absorbées par le sable chaud.
Moi, à genoux au-dessus de lui, je le regardais. Avais-je eu de la pitié dans mon regard ? Mes yeux noirs corbeaux avaient-ils laissaient apparaitre un peu de compassion alors que je savais sa mort proche ?
Des fois je me forçais à le croire, comme pour me rassurer. Des fois je me forçais à croire que la dernière chose qu’il ait vue soit un regard implorant le pardon, un regard d’altruisme.
A quel stade peut-on considérer qu’un homme perd de son humanité, qu’il se transforme en une bête carnassière et meurtrière ?
Le jeune homme releva un peu la tête pour mieux plonger son yeux dans les miens, nos regards se rencontrèrent, s’accrochèrent. Je savais ce qu’il lui arriverait. Ce public décadent était impitoyable avec les perdants. Leurs vices répugnants les poussaient à venir contempler la mise à mort des leurs. De leur propre peuple.
Le publique avide de carnage criait et huait ce perdant, trop faible pour tuer. Son destin avait été selé dès sa mise à terre.
Puis trois coups de tambours résonnairent. Trois coups sonnant comme une fin, ces trois coups annonçaient l’heure du vote.
La foule s’immobilisa aussitôt….
Quelques secondes de silences. Terribles. Assourdissantes.
Puis les murmures malsains montèrent comme une nuée d’insecte en colère. Les chuchotements vicieux clamaient tout bas ce que chacun pensait haut et fort.
Un homme se leva et pointa son pouce vers le bas, cette homme avait certainement des enfants, le jeune homme à ma merci pourrait être son fils. Pourtant son regard était dur et froid…inhumain.
Puis une personne à sa gauche l’imita, puis un autre et encore un autre. Ce fut une vague déferlante de sert réclamant la mort qui se précipitait sur les gradins.
Bientôt une majorité écrasante de personne avaient votés.
Je détournais les yeux du condamnée, par peur de ce que je pourrais y lire pour m'épargner cette instant terrible, lache que j'étais.
Je me préparais, pris une inspiration. Un coup sec et net, rien de plus et puis...
Une pression sur mon épée me fit redresser la tête, je tournais la tête vers le jeune homme à mes pieds.
Là, allongé devant moi, il saisit le fil de mon arme de sa main droite. Lentement il fit remonter la pointe de celle si jusqu'a ce qu'elle soit au niveau de sa gorge. Ses maines tremblaient horriblement. Ses yeux rivés sur les miens, il me dit :
- Un coup à la gorge, moins de souffrance ainsi.
Je le regardais hésitant. Quel été cette homme aussi fort, aussi courageux sur ses derniers instants ? Ses yeux n'était que deux boules de volontés aussi solides que l'aciers et malgrès les tressautements le parcourant, tout son être n'était que courrage.
Je détournais la tête un nouvelle foi. Son bras acompagna mon mouvement lorsque mon épée perfora sa gorge. Et, même si je ne vis rien, n'entendis rien qu'un dernier soupir. Je sentis le sang éclabousser mes jambes, ruisseller le long de mes mollets. Lourds, poisseux, sale. Il m'éclaboussait.
Comme l'aciers durcit trempé dans l'eau froide. Je durcit à son contacte. Une nouvelle déternmination m'envahit. J'allais gagner. Cette certitude s'encra en moi alors que le corps sans vie du jeune homme été évaqué.

//////

Un nouveau combattant était entré, il se tenait maintenant debout face à moi. nos regards s'affrontaient dans la silencieuse arène, se jaugant, échangeant promesses de mort.
Lui, frais et dispo se tenait devant moi, l'assurance et la nonchalance transpiraient de tout son être, par tout les pores de sa peau. Son long sabre battait mollement sa jambre droite.
Moi, en face de lui, tendu au maximum, un fauve de muscles et de détermination. La lame froide, pret à en découdre. Ma main époussetait le manche bandé de tissus humide de sueur.
J'avais affreusement mal aux yeux, comme s'ils subissaient une pressions énorme. Je voyais tout : Les grains de sables que soulevait son pas nonchalent, volant dans ses foulées, les fébriles contraction de son index gauche.
J'entendais tout. Le résonnement de ses pas sur le sol battait mes tympans une mélodie éfrénnée. Le sang battait un rythme enfiévré à mes tempes.
Le gong rententi. Une fois. Longuement. Une lutte allait commencer, un seul s'en sortirait.
Nous commençame à nous tourner autour, lentement. Tentant de nous juger mutuellement. Les cercles que nous décrivions se resseraient de plus en plus. Le temps s'emblait s'étirer à l'infini. Tout ralentissait, le battement de mon coeur. Les images semblaient s'imprimer au ralenti sur ma rétine en de brefs mouvements saccadés.
Soudain sa masse de muscle se mit en mouvement, à la seconde précédente il marchait et maintenant il fondait sur moi à une vitesse vertigineuse. Sa lame fendit l'air qui hurla, en un éclair indistinct, le temps reprit sa course.
Je ne puis dire ce qui m'avais averti, peut être cette crispation de sa paupière, un éclair dans son regard ?
Je déviais son premier coup d'estoc du plat de ma lame pour aussitôt répliquer par une fulgurante contre attaque. Mon adversaire était aussi bon que moi et n'eut aucun mal à répliquer à son tour. Les coups s'enchainaient, s'orchéstraient. Une danse léthale se déroulant pour le plaisir sadique des spectateurs.
Attaques et parades s'enchainaient à une vitesse ahurissante faisant naitre une pluie d'étincelles à chaque fois que les lames s'embrassaient. Le chant de nos lames ondulant et se cabrant dans leurs étreintes endiablées était tragiquement magnifique.
Le ballet mortel et envoutant ne semblait trouver aucun vainqueur. Je mettais toute ma force dans mes coups sans parvenir à briser la garde de l'autre. L'air était envahi d'arcs métaliques fendant l'air de leurs sifflements sauvages, nos épées réspectives criaient de leur mortel feulement, cherchant à mordre la chair à tout prix.
La transpiration coulait de mon front sans que je puisse l'essuyer, coulant dans mes yeux, piquant affreusement et m'aveuglant à moitié.
De leur place, les spectateurs avaient l'affolante impression que chacun de nous deux était protegé par un écran métalique, ils étaient captivés par cette lutte. La foule ne prononçait pas un mot, cet étrange silence n'était brisé que de part le fracas des armes se répondant.
A mesure que les passes d'armes s'enchainaient je sentais mes forces faiblir; mon bras s'engourdissaient, il était de plus en plus lourd. Chaque coup résonnait plus lourdement, remontant jusqu'a mon épaule. J'avais du mal à maintenir ma garde qui ployait sous les coups. Aux anciennes plaies venaient s'en ajouter de nouvelles, brûlantes qui m'affaiblissaient lentement mais durablement.
Soudain mon adversaire fit un faux mouvement, il trébuchat, ses bras s'écartèrent pour rétablir l'équilibre, découvrant tout son torse. Ma lame plongea en un clin d'oeil, fulgurante, et s'enfonça jusqu'a la garde.
L'homme contempla un instant la poignée dépassant de sa cage toracique, un air d'incompréhension sur le visage, puis il ouvrit les lèvres mais seul un flot de sang en jaillit.
Son coeur cessa brusquement de battre et il s'effondra dans un dernier hoquet.
La foule contempla un instant la scène, hébétée et silencieuse. Puis elle se leva comme un seul homme, son cris monta haut dans le ciel.





Patte d'Encre.



PS : D'ailleurs si un admin pourrait me rename Aliscia cimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Drylia   

avatar
Nombre de messages : 135
Age : 24
Date d'inscription : 22/06/2011

Mercenaire
Nombre de contrats: Drylia/Ophyde/Bifteck/Manchot
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
MessageSujet: Re: Piti session de fight   Sam 12 Jan 2013 - 13:08

Vraiment très bien écrit, on s'y croirai presque. Peut être un seul regret, je trouve que ça manque d'attaches avec l'univers de Dofus. Mais j'aime bien quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   MaugrimHart   


Nombre de messages : 2
Age : 22
Date d'inscription : 04/10/2012
MessageSujet: Re: Piti session de fight   Sam 12 Jan 2013 - 13:55

Merci pour la lecture et le commentaire.

Ouaip tout compte fais j'aurais pu mettre genre des nom d'équipement ou d'arme de dofus, où même quelques sorts.
Mais j'ai toujours trouvé leurs utilisation bizarre en rp, et en rp papier aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Drylia   

avatar
Nombre de messages : 135
Age : 24
Date d'inscription : 22/06/2011

Mercenaire
Nombre de contrats: Drylia/Ophyde/Bifteck/Manchot
Nombre d'animations:
Nombre d'élèves:
MessageSujet: Re: Piti session de fight   Sam 12 Jan 2013 - 21:51

Pas nécesserement. Je parlais plutôt vis à vis de l'utilisation de sorts par exemple, et peut être aussi du fait qu'il n'existe pas de "colisé" où des gens se battent en un contre un à Brâkmar. Enfin, ça n'est que mmon avis, comme je te dis, je trouve le texte bien écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
   Contenu sponsorisé   


MessageSujet: Re: Piti session de fight   

Revenir en haut Aller en bas
 
Piti session de fight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fight Club !
» Session invalide... mirror disparu de 'mes objets' !
» [Stop-Motion] HERO FACTORY : BREAKOUT FIGHT
» Samedi 7 juillet : Dernière session d'Elric / Juntalcool
» piti jeux simpa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan de Nedora-Riem (DOFUS - Pandore) :: Le village d'Amakna (Section Role Play) :: Bibliothèque Nedora :: Histoires et récits des aventuriers-
Sauter vers: